Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du Lundi 13 janvier 2014


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du Lundi 13 janvier 2014

Égalité - Orientation - Formation - Utopie ?


Égalité

Ce matin, le ministre Vincent Peillon était à Villeurbanne (69) en compagnie de Najat Vallaud-Belkacem pour promouvoir le portail du programme « ABCD de l’égalité » hébergé par le SCEREN-CNDP. Il s’agit d’un outil que proposent conjointement le Ministère de l’Éducation Nationale et le Ministère des droits des femmes, pour accompagner les enseignants dans la transmission des valeurs d’égalité et de respect entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, qui constitue une des missions essentielles de l’école.
Ce site accompagne tout particulièrement l’expérimentation qui se déroule pendant l’année scolaire 2013-2014 dans dix académies volontaires et concerne 275 écoles et plus de 600 classes.
Le journal de France 3 y consacrait un reportage dans son édition de la mi-journée (à partir de 14:44 min), tourné dans une école de Fécamp (76).
Les stéréotypes ont en effet la vie dure. Dans un article (hélas réservé aux abonnés), Le Bien Public, le quotidien de la Côte d’Or remarque qu’effectivement, l’école est encore trop sexiste.

Le Figaro, tenterait-il de réanimer en douceur la querelle du « gender » avec ses deux articles publiés hier ? Le premier intitulé « École : un nouveau genre de programme » avec en chapeau « Les controversés « ABCD de l’égalité », censés lutter contre le sexisme, arrivent dans 600 classes. » On apprend à la lecture de l’article que la constestation se limite au syndicat de droite UNI et à l’Association des familles catholiques (AFC). Article ambigu qui souligne par ailleurs la nécessite de cette expérimentation veut « agir (…) sur les orientations professionnelles que l’on sait sexuées ».
Le second article, « Les talons du Roi-Soleil soumis aux enfants de maternelle » apporte le témoignage d’une directrice d’école maternelle, très loin des agitations que l’on peut lire dans certains commentaires de ces deux articles (dont je ne vous conseille pas la lecture). L’objectif de lutte contre les stéréotypes de genre est pourtant bien clair.

JPEG - 57.8 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Petite cerise sur le gâteau, Antoine Compagnon, éminent membre du Collège de France répond dans Les Inrockuptibles à une mini-polémique née d’une de ses dernières tribunes. Je vous laisse le plaisir de la découverte.


Orientation

Libération se fait l’écho d’une expérimentation menée dans 117 collèges et 12 académies. Elle est prévue pour trois années. Dans ces établissements, les parents d’élèves auront le dernier mot sur le choix d’orientation de leurs enfants en fin de 3e. Initiée par la ministre déléguée chargée de la réussite éducative, George Pau-Langevin, l’objectif de cette expérimentation est de lutter contre le décrochage en évitant les orientations « subies ».

Redoubler, pour quoi faire ? Le site Euronews est allé voir ailleurs pour tenter d’apporter un autre éclairage sur la question. En Uruguay, on mise sur la prévention et en Hongrie, la décision est revenue récemment entre les mains des enseignants à partir du primaire. Sompong Jitradab, spécialiste thaïlandais des questions éducatives affirme qu’il faut “améliorer la qualité de l’enseignement et non pas faire de la quantité.” Alain Sotto, psychologue et spécialiste des stratégies d’apprentissage, souligne que “le redoublant est en période de danger » : pour certains élèves, le redoublement peut également être complètement contre-productif et conduire au décrochage.


Formation

Formation des enseignants : éspé, espoirs et désespoirs … Luc Cédelle publie le deuxième volet de son interview de André Ouzoulias. Critique sur le « discours selon lequel le renouveau passe par la professionnalisation des concours », dont il pense qu’il « pèche par excès de simplicité et par naïveté » en confondant concours et recrutement. André Ouzoulias propose plutôt un processus graduel de formation. « Supposons qu[e le concours] ouvre sur une formation qui nécessite l’obtention progressive d’un master dans lequel il y a, dès le début, des stages pratiques [et qui] se conclut par un certificat d’aptitude pratique… alors le recrutement véritable se fait à cette étape, à l’issue d’un processus graduel - j’insiste sur ce terme - qui permet de réorienter, assez tôt dans la formation, des lauréats qui montreraient des difficultés importantes d’adaptation au métier."

Si la formation des enseignants est davantage ancrée dans la pratique comme le titre La Croix, elle ne l’est peut être pas encore assez. VousNousIls dresse un bilan des premiers mois d’ESPE à travers des témoignages de futurs professeurs des écoles et titre « Les futurs enseignants veulent une formation encore plus pratique ». « Deux fois deux semaines de stage d’observation et de pra­tique accom­pa­gnée, c’est trop peu !  », estime Coline, étudiante en MEEF pre­mier degré à l’ESPE de l’académie de Versailles.


Utopie

Enfin, rêvons un peu avec Brockwood Park school, un lycée créé par le philosophe et éducateur Jiddu Krishnamurti, dans la campagne du sud de la Grande-Bretagne. Dans cet établissement, et depuis 1969, "la quête de ses propres talents, la recherche d’un mode de vie juste, respectueux des hommes et de la planète, prime sur la course aux examens et aux diplômes". C’est à lire sur le site de Reporterre.

À demain pour une nouvelle revue de presse !

Mila Saint Anne


Dans la librairie du CRAP

JPEG - 151.6 ko

- Filles et garçons à l’école
Revue n°487 - février 2011
L’école mixte est régulièrement mise en cause, accusée de desservir tour à tour les filles ou les garçons. La question des violences sexistes et homophobes préoccupe les acteurs de l’école. Ce dossier rend compte des débats, met en lumière l’inventivité de tous celles et ceux qui agissent en faveur de l’égalité entre filles et garçons.

Quelle formation pour les enseignants ?
Hors-série n°17 - août 2010
Ce dossier propose des réflexions de chercheurs et de nombreux témoignages de praticiens. Il s’adresse aux formateurs aussi bien qu’à ceux qui se destinent à devenir enseignants, de manière à ce que chacun puisse interroger ses pratiques. Il ouvre également sur ce qui se fait dans d’autres pays.

Le sens de l’orientation
Revue n°504 - mars 2013
Comment adapter l’éducation à l’orientation aux besoins de chaque élève, en prenant en considération les plus fragiles ? Comment concilier les compétences et le rôle de chaque acteur ? Comment éduquer à l’autonomie, développer l’estime de soi dans un système qui aiguille le plus souvent uniquement en fonction des résultats scolaires ?