Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 3 février 2014


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 3 février 2014

Du flouze pour l’Enseignement supérieur — Mais à quoi sert l’éducation ? — Genres, diversité, égalité, neutralité… — Bonne lecture


Nous commencerons par une bonne nouvelle pour l’enseignement supérieur. Nous aborderons ensuite une question taraudante : Mais à quoi sert l’éducation ? On ne pourra encore éviter les débats autour de genres, diversité, égalité, neutralité…Et on terminera pas une proposition de bonne lecture.


Du flouze pour l’Enseignement supérieur

BFMTV annonce : Les universités vont obtenir 1,3 milliard d’euros de la BEI, Les Echos indiquent que pour le Plan Campus : la BEI met 1,3 milliard sur la table
L’Etat signe aujourd’hui un accord avec la Banque européenne d’investissement.
Il s’agit de relancer la modernisation des bâtiments universitaires. « Les universités vont emprunter alors que certaines connaissent une situation financière difficile, ne manquent pas de souligner certaines voix critiques N’empruntent que celles qui allaient, de toute façon, signer un contrat de long terme sur vingt-cinq ans, rétorque-t-on dans l’entourage de Geneviève Fioraso. Où l’on ajoute qu’on leur permet d’accéder à des taux d’emprunt inférieurs à 3,5 %, alors que les PPP les conduiraient à recourir à des banques privées qui prêtent plutôt à 5 %. En adossant les emprunts à des institutions solides comme la BEI ou la CDC, les universités vont pouvoir financer leurs travaux à moindre coût, insiste-t-on au cabinet de la ministre. »

Les formations supérieures organisées dans une logique d’apprentissage
« L’un des objectifs du ministère de l’enseignement supérieur est la simplification de l’offre de formation, pour la rendre plus accessible et plus lisible. A cette fin, 45 intitulés de licences générales sont mis en place dès cette année au lieu des 322 mentions et 1800 diplômes qui brouillaient la lisibilité. »


Mais à quoi sert l’éducation ?

Sur le blog de Yann Le Galès hébergé par le Figaro, les résultats d’une étude dans les pays européens : Les ETI demandent aux gouvernements d’investir plus dans l’éducation.
« D’après le baromètre Sage Business Index, attirer et retenir les bons profils sera l’une des priorités des ETI (définies dans cette étude comme comptant plus de 100 employés), dans les mois à venir.
- plus d’un tiers des entreprises estiment que les gouvernements devraient investir davantage dans le développement des compétences et l’éducation ;
- le manque de main-d’œuvre qualifiée représente également un obstacle majeur. « 
http://blog.lefigaro.fr/legales/2014/02/attirer-et-fideliser-les-talents-dans-les-eti.html
Formation : les entreprises et les jeunes déçus par l’enseignement supérieur
« Les employeurs estiment que le cursus des étudiants les prépare mal au marché de l’emploi. Les jeunes regrettent d’être mal informés sur les métiers, selon une enquête McKinsey.
 ». « « La France souffre d’un problème structurel de formation des jeunes au marché de l’emploi .Le système éducatif qui répond peu aux attentes de ceux-ci est également en fort décalage avec les besoins des entreprises », observe Éric Labaye, président du McKinsey Global Institute. Seulement un quart des employeurs jugent les jeunes bien préparés pour leur premier poste. Les entreprises dialoguent peu avec les représentants de l’enseignement supérieur. Elles ne sont que 37 % à rencontrer plusieurs fois par an des responsables d’universités, d’écoles de management et d’ingénieurs contre 78 % des employeurs au Royaume-Uni, 74 % en Allemagne et 50 % en Espagne.  »

JPEG - 44.4 ko
Le dessin de Fabien Crégut

« Elu en mai 2013 Président de Sport Accord, l’organisme qui regroupe les fédérations internationales olympiques et non-olympiques, le président de la Fédération internationale de judo Marius Vizer fait de la protection de l’intégrité du sport l’une de ses priorités.  » Il déclare :"L’éducation doit permettre de lutter efficacement contre la manipulation des résultats sportifs ".

Record d’absentéisme scolaire à Marseille
« Dans la cité phocéenne, l’absentéisme scolaire, prélude au décrochage, touche 10% des élèves, un taux quatre fois supérieur à la moyenne nationale. »

Détention : étudier dedans pour s’en sortir dehors
Rectorats et services pénitentiaires ont renouvelé la convention relative à l’enseignement en milieu carcéral pour les académies des régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes.


Le Figaro
 : Les émissions de téléréalité font baisser les notes des adolescents
« Selon une étude de l’Éducation nationale, les jeux vidéo n’ont en revanche pas d’incidence sur les performances scolaires.Selon une étude de l’Éducation nationale, les jeux vidéo n’ont en revanche pas d’incidence sur les performances scolaires.  »

L’Express : Si tu regardes la télé-réalité, tu auras des mauvaises notes à l’école

Les Cahiers pédagogiques avaient présenté cette recherche de la DEPP : L’impact des loisirs des adolescents sur les performances scolaires par Alain Lieury et Sonia Lorant.

Afrique,Rapport de l’Unesco sur l’éducation : Qui a peur d’une école de qualité ?
« Grâce à une école de qualité, l’Afrique peut parvenir à ce que Césaire appelle « un humanisme à la mesure du monde ». Oui, le temps de l’Afrique viendra. Mais sans une éducation de qualité, il ne viendra jamais. Mais, en fin de compte, en Afrique, qui a peur d’une école de qualité ? Ce sont probablement les élites politiques, celles qui font de l’obscurantisme, de l’ignorance des populations des rentes viagères garantissant et perpétuant leurs statuts. » Mais est-ce seulement là-bas qu’il en est ainsi ?

Genres, diversité, égalité, neutralité…

Parlons de genre, un article long et particulièrement documenté pour faire taire la rumeur signé Anne-Charlotte Husson

L’Humanité propose une vidéo-témoignage : "Cette professeur des écoles à Dijon explique comment les anti Mariage pour tous se sont saisis du programme "ABCD égalité" de lutte contre le sexisme et ont organisé leur réaction, souvent violente, menant un an plus tard à la "rumeur du genre" dans les écoles.". Comment les réacs de la Manif pour tous ont propagé la "rumeur du genre"

Mara GOYET dans Neutralité scolaire ou abdication ? propose deux textes pour soutenir notre réflexion : « Deux textes anciens pour éclairer la très difficile question de la neutralité scolaire. Une seule et même préoccupation : le droit à la vérité pour l’enfant.  ». Mais de quelle « vérité » s’agit-il ?

Pascal Riché propose : L’école républicaine, fabrique d’êtres asexués : il y a un siècle déjà. « Ce n’est pas la première fois que la République est accusée de vouloir, sous le prétexte d’égalité entre les sexes, gommer les différences « naturelles » entre les filles et les garçons. Cette bataille a été entamée par la droite réactionnaire dès la fin du XIXe siècle. Avec, dans les arguments échangés, des échos savoureux à ce qu’on lit et entend aujourd’hui. » La peur de l’indifférenciation...

Elisabeth Roudinesco, Historienne de la psychanalyse propose sur son blog du Huffingtonpost un article intitulé : De quoi la "théorie du genre" est-elle le fantasme ? Et qu’elle termine ainsi : « Pour ma part, il y a belle lurette que j’ai intégré dans mon enseignement d’historienne de la psychanalyse, les études de genre et je ne crois pas avoir fomenté le moindre complot contre l’école républicaine. N’en déplaise aux ligues fascistes. Il ne faut pas s’y tromper : l’ennemi à combattre aujourd’hui c’est la "bête immonde" dont les partisans accrochent pêle-mêle au cou de leurs enfants en bas âge, lors de leurs manifestations, des pancartes où l’on peut lire : "à bas les homos, à bas les Juifs, à bas Taubira, à bas les familiphobes, dehors les étrangers, etc...". Je me demande ce que penseront ces enfants-là quand, parvenus à l’âge adulte, ils découvriront le spectacle de ces manifestations auxquelles, bien malgré eux, ils avaient été conviés. »
Claude Lelièvre propose sur son blog de Educpros : L’histoire de la lutte contre les stéréotypes sexistes à l’Ecole plus longue que prévue. Il en reprend l’histoire, récente, depuis 1982.

Et juste avant de terminer cette revue, Géraldine Duboz m’a signalé ce papier de Bruno Roger-Petit :"Théorie du genre" à l’école : quand Eric Zemmour se fait le porte-parole d’Alain Soral. Il y développe un sacré décryptage.

En Allemagne, Des parents saluent « l’acceptation de la diversité sexuelle » à l’école
L’acceptation de la diversité sexuelle pourrait faire son apparition dans le programme d’enseignement du Bade-Wurtemberg
. article faisant état du débat Outre-Rhin. Et en Suisse, Education sexuelle : l’initiative conservatrice a abouti. «  Le peuple va probablement devoir se prononcer sur l’initiative populaire « Protection contre la sexualisation à l’école maternelle et à l’école primaire ».  »


Bonne lecture

Terminons par le résumé proposé par l’auteure elle-même, Jocelyne Menard, de sa thèse, trouvé dans les signets de Ghislain Chasme : La construction d’un métier de l’enseignement entre logiques identitaires et activité des sujets : le travail du professeur documentaliste : une conception contemporaine de la fonction enseignante ?. « Par un processus interactif entre conduite individuelle et collective, il participe à la structuration de son développement professionnel et à la définition de ressources pouvant servir d’appui à la professionnalisation des métiers de l’enseignement en général. C’est pourquoi, cette étude conclut sur une nouvelle hypothèse, celle du caractère révélateur des mutations des métiers de l’enseignement mises en valeur par les tribulations de ce métier mal (re)connu.  » ; A quand la publication de la thèse elle-même ?

Demain la revue vous sera proposée par Laurent Fillion.

Bernard Desclaux

JPEG - 59.9 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N°497 Le corps à l’école
Coordonné par Armelle Legars et Odile Tripier-Mondancin
avril 2012

N°487 - Filles et garçons à l’école
Coordonné par Isabelle Collet et Geneviève Pezeu
février 2011