Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 24 janvier 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 24 janvier 2018

Lycée, bac et parcours sup - Eduquer - Professionnel

C’est essentiellement la remise du rapport Mathiot sur le lycée et le bac qui agite la presse aujourd’hui. Quelques autres informations sur l’enseignement professionnel et sur l’éducation.


Lycée, bac et parcours sup

Les médias commentent aujourd’hui le rapport Mathiot sur la réforme du lycée et du bac. Il y a les articles d’avant l’annonce et les articles d’après.

Avant, selon les fuites, c’est une mention Très Bien qu’il faudrait décerner au ministre selon Les Echos. « Un sans-faute : à la redoutable épreuve de « réforme du baccalauréat général », à laquelle ont échoué tous les ministres de l’Education nationale, c’est une copie quasi parfaite que s’apprête, cette fois, à produire Jean-Michel Blanquer. Elle lui est remise aujourd’hui par l’ancien directeur de Sciences Po Lille, Pierre Mathiot. Et le ministre d’Emmanuel Macron serait bien inspiré de ne rien y retoucher tant elle répond bien à la question posée. »

Pour l’Humanité, la réforme ne s’annonce pas bonne. « Les préconisations dévoilées aujourd’hui par l’universitaire proche de Macron s’attaquent au statut national de l’examen et renforcent la logique de sélection. » Réservé aux abonnés.

Le Café pédagogique s’intéresse aux enseignants des lycées. et s’inquiète.
« On croit déjà tout savoir du rapport Mathiot qui sera publié le 24 janvier après midi par la mission chargée de la réforme du bac. Pourtant les questions les plus importantes sont encore dans l’ombre : celles qui concernent l’impact de la réforme sur le travail enseignant. S’il est très probable qu’il y aura des pertes d’heures sensibles au lycée dès la rentrée 2019, la réforme du bac, qui impose un lycée modulaire, pourrait aussi changer radicalement le fonctionnement du lycée. »

Pour Claude Lelièvre, le baccalauréat est un nœud gordien qu’il faudrait trancher. Il revient sur l’histoire de cette réforme (impossible ?).

Cet après-midi, Pierre Mathiot a remis son rapport "Un nouveau baccalauréat pour construire le lycée des possibles".
Des réactions sont vite arrivées. Le Café pédagogique s’inquiète encore plus car se pose la question de l’annualisation des services
« Si vous aimez la machine à gaz du bac vous ne serez pas déçu avec le nouveau bac imaginé par Pierre Mathiot et sa commission. Il gagne en complexité entre "unités générales", "unités d’approfondissement et de complément" et "unité d’accompagnement", sans parler des majeures, mineures et options. Mais on retiendra surtout trois points. Le principal c’est que la réforme du bac est l’outil pour changer le lycée et non seulement l’examen. Ensuite, le projet n’est pas évalué en terme de postes ce qui n’est pas bon signe. Il pose bien la question du maintien d’un volume hebdomadaire d’enseignement pour les professeurs et du maintien du groupe classe. Mais les réponses sont peu convaincantes. La réforme du bac pourrait bien faire sauter les statuts et altérer profondément les enseignements. »

Sur le site de l’Etudiant : « Une partie des épreuves du futur bac compterait pour Parcoursup. Un bac avec moins d’épreuves terminales mais avec des épreuves ponctuelles en cours d’année qui seraient intégrées dans Parcoursup : voilà ce que propose Pierre Mathiot, chargé de réformer le bac pour 2021. Le lycée changera aussi : fini les séries, place aux majeures/mineures. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, annoncera mi-février 2018 les propositions qu’il veut garder. »

D’ailleurs : « Orientation des étudiants : quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup !
Le projet ficelé par l’actuel gouvernement plonge un peu plus l’université dans le désarroi. Histoire d’un triple rendez-vous manqué. »


Eduquer

En ces temps où beaucoup de parents veulent absolument occuper chaque minute du temps de leurs enfants il faut savoir que « l’ennui est essentiel au bon développement de l’enfant. Les lumières de Philippe Meirieu, chercheur et écrivain, spécialiste des sciences de l’éducation. »

Comment l’éducation influence le cerveau
« À la lumière des découvertes des neurosciences, le Dr Catherine Gueguen nous invite à faire preuve de plus de bienveillance pour éduquer nos enfants. »

Ecole et parents : comment renouer le dialogue
« Voilà vingt ans que le mouvement ATD Quart monde met en œuvre son « croisement des savoirs », une méthodologie de débat entre groupes de pairs, pour créer le dialogue entre des personnes en situation de pauvreté et des professionnels. Depuis 2015, il le développe aussi dans des écoles du Nord de la France, avec l’Éducation nationale et des centres socio-culturels : pendant trois jours, des enseignants, des acteurs du quartier, des parents ayant un bon souvenir de l’école et des parents en ayant gardé un mauvais souvenir discutent, d’abord par groupes de personnes partageant la même expérience, puis entre eux. « L’idée est de mettre les acteurs à égalité, précise Sreng Truong, d’ATD Quart monde. Il s’agit pour chacun d’entrer dans l’univers de l’autre ».


Professionnel

Enseignement professionnel : Blanquer amuse la galerie
« Quand vous n’avez rien à dire, que les décisions à prendre ne sont pas arbitrées ou se prennent ailleurs, comme sur l’apprentissage, faites un hackathon ! Le 23 janvier les deux chargés de mission sur la réforme de l’enseignement professionnel, la députée C Calvez et le chef étoilé R Marcon, ont animé un show au bénéfice d’un ministre qui a repeint l’avenir en rose. Mais rien de concret n’est sorti de la journée si ce n’est un doute sur le financement des lycées professionnels (L.P.). »

Cette année 15% des ingénieurs diplômés seront des apprentis !
« En 2016-2017, ce sont pas moins de 20 901 apprentis qui préparaient un diplôme d’école d’ingénieurs parmi les 152 454 inscrits dans des formations du supérieur en apprentissage, soit une hausse de 6,5% comparativement à 2015 (+5,9 % pour l’ensemble) selon les données publiées par la CDEFI. 5 352 diplômes d’ingénieur ont ainsi été délivrés par la voie de l’apprentissage en 2016, ce qui correspond à 15% des 35 707 diplômes d’ingénieur délivrés en formation initiale en 2016-2017 (hors année de spécialisation). »

Géraldine Duboz


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 542 - Bienveillants et exigeants
Dossier coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk
janvier 2018
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.

N° 541 - Les tâches complexes à la loupe
Dossier coordonné par Christophe Blanc et Florence Castincaud
décembre 2017
Depuis l’instauration du socle commun et l’incitation des enseignants à mettre en œuvre des «  tâches complexes  » dans leurs classes, on assiste à un foisonnement de propositions, personnelles et institutionnelles. Un dossier pour poursuivre la réflexion et nous aider à faire des choix pédagogiques et didactiques plus pertinents.