Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 22 au 26 décembre 2008


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 22 au 26 décembre 2008

Durant cette période de vacances scolaires, l’actualité de l’éducation est plutôt calme mais les journaux s’intéressent à la jeunesse.
L’Humanité consacre un long dossier à Cette jeunesse qui encaisse la crise”. Le journal donne la parole à de nombreux adolescents. Ceux-ci parlent de la crise et ont la certitude que demain “on va tous galérer”. David résume assez bien le sens de la mobilisation : “On craint pour notre futur, bien sûr, mais on craint surtout pour notre présent. C’est maintenant que ça se passe. ”.
Dans une interview dans le même journal, le sociologue Olivier Galland réfute l’idée d’une “génération sacrifiée” “Certes, les conditions d’entrée dans la vie adulte de tous les jeunes ont changé. Il existe désormais une phase de transition, plus ou moins précaire, à la sortie des études, qui concerne tous les jeunes. Une phase qui se termine bien, en général, pour les jeunes diplômés, qui finissent par trouver un emploi stable. Mais elle se termine beaucoup moins bien pour les jeunes non diplômés. L’écart entre ces deux jeunesses ne fait que s’accroître. C’est cette fracture-là qui est prégnante, selon moi.”. Il analyse aussi les raisons qui ont conduit à l’abandon de cette réforme. “Les jeunes sont attachés à des symboles d’égalité formelle, très importants dans l’idéologie de la méritocratie scolaire à la française. Ils rejettent donc tout ce qui leur semble remettre en cause ce principe d’égalité. C’est ce qui s’est passé avec le mouvement de ces dernières semaines.”. Pourtant dit-il, le système scolaire va mal et est “dans un état de grande opacité”. Et il ajoute, “dans ce système opaque, les acteurs craignent les réformes, chacun ayant peur de perdre quelque chose. Et pourtant, c’est vrai, le système fonctionne très mal. Il génère des taux d’échec très élevés, 20 % des jeunes sortent du système éducatif sans diplôme
Dans un tout autre registre,la philosophe Chantal Delsol se livre dans Le Figaro du 23 décembre, à une analyse du mouvement lycéen. Son texte constitue une sorte de synthèse (voire même de quintessence) de la pensée décliniste sur l’école. Elle considère que la « révolte » des lycéens est le résultat d’un mensonge et en premier lieu celui de la valeur des diplômes. “En France, la sélection est un gros mot. Le baccalauréat est largement distribué, l’entrée à l’université automatique. Tout se passe comme si tous étaient également capables et également travailleurs, et comme si la sélection ne devait pas s’instaurer en fin de compte, et durement, au moment de la recherche d’emploi. Mensonges, mensonges. ” écrit-elle. Et elle rajoute : “Finalement, la grande majorité des étudiants qui expriment leur révolte dans la rue sont frustrés de ne pas obtenir des places qu’on leur a laissé espérer par pure démagogie, car ces places n’existent pas en si grand nombre, et de surcroît beaucoup d’entre eux ne sont pas capables de les occuper

Signalons aussi que dans Libération, André Varinard, président de la commission qui a fait des propositions pour réformer l’ordonnance de 45 sur la justice des mineurs se défend. Il revient surtout sur la responsabilité pénale à 12 ans qui a fait tant de bruit. Pour lui “Cette proposition, si elle était adoptée, pourrait potentiellement concerner une quinzaine de mineurs de 12-13 ans condamnés chaque année pour crimes mais elle pourrait, par ailleurs, éviter à plus cent jeunes de 13-14 ans de connaître la prison après avoir été condamnés en correctionnelle.”.
Un juriste qui se fait son propre avocat, c’est finalement logique...

« L’école communale a tendance à accentuer l’inégalité des chances ! » dénonce Philippe Séguin, premier président de la Cour des comptes dans Le Figaro
C’est un rapport très critique que vient en effet de publier cette institution sur le financement des écoles par les communes. Le rapport pointe de grandes disparités d’équipement et appelle à une répartition plus équitable des ressources au niveau intercommunal et national. En effet, s’il y a une obligation sur la construction et le fonctionnement des écoles, en revanche, il n’y a pas de contraintes sur les fournitures, les équipement informatiques et autres dotations pédagogiques. Ce qui entraine de profondes inégalités. D’après la Cour des comptes, le budget annuel consacré aux fournitures scolaires varierait du simple au double, entre 31 et 64 euros par élève. De même pour l’équipement informatique qui est encore plus inégalitaire. Ces inégalités dans la prise en charge conduisent à une école « plus ou moins gratuite selon le lieu où on habite », selon Philippe Séguin.

La fin de l’année c’est aussi le temps des rétrospectives.
20 minutes propose le bilan d’un an de Sarkozy et consacre un article à l’éducation. Celui ci commence ainsi “ Malgré un bon début entre Xavier Darcos et le monde enseignant, les relations se sont vite tendues...” Et c’est vrai que la nomination du ministre Darcos avait au départ été plutôt bien accueillie. Un homme du sérail qui avait gravi tous les échelons et qui parlait un langage susceptible de séduire les différents courants traversant l’ éducation nationale. Mais très vite deux motifs de conflit sont apparus. Les réductions de postes tout d’abord qui ont conduit à ce que “toutes ses réformes ont ensuite été perçues comme “une politique du moins” »,” selon Jack Lang. Ensuite, la communauté éducative a également reproché aussi au ministre d’avoir mené ses réformes au pas de charge et sans concertation.
Mais le passage à l’année nouvelle est souvent aussi celui des bonnes résolutions. Après avoir dit qu’il “ne serait pas le ministre de l’hésitation nationale”, il a souhaité être le ministre de “l’explication nationale. S’il l’est encore en 2009, peut-être peut-il devenir le ministre de la “concertation nationale” ?
On peut espérer même si les enseignants ne croient plus depuis longtemps au Père Noël...

Bonnes fêtes !

Bonne Lecture...


Libération du 22/12/08 au 26/12/08

Réforme chez les carabins
Santé . Vers un an de tronc commun pour les études de santé.
Lire la suite de l’article

Une « cordée » qui hisse en prépa
Le réseau d’entreprises et d’universités aide des élèves de banlieue.
Lire la suite de l’article

En prison à 12 ans, pour crime
André Varinard président de la commission chargée des propositions pour réformer l’ordonnance de 1945 relative à l’enfance délinquante, docteur en droit.

[...] Douze ans est, en effet, l’âge proposé pour la responsabilité pénale, âge conforme aux engagements internationaux de la France et aux préconisations du Comité des droits de l’enfant de l’ONU, alors qu’aujourd’hui, dans notre pays, un enfant peut être déclaré responsable, autrement dit condamné, bien en dessous de cet âge. Notons que l’incarcération est toujours une possibilité et non pas une automaticité, laissée à l’appréciation d’un juge de la liberté et de la détention ou à un tribunal des mineurs. Cette proposition, si elle était adoptée, pourrait potentiellement concerner une quinzaine de mineurs de 12-13 ans condamnés chaque année pour crimes mais elle pourrait, par ailleurs, éviter à plus cent jeunes de 13-14 ans de connaître la prison après avoir été condamnés en correctionnelle.
Voici donc la portée réelle de cette proposition de « bon sens », souhaitée notamment par les juges des enfants siégeant à la commission, et votée à l’unanimité des participants avec une réserve formulée par un parlementaire de la majorité. Un équilibre des sensibilités en présence, en somme. Mais plus inquiétante encore que l’exercice de clarification face au déchaînement médiatique est l’absence de mémoire de beaucoup. [...]
Lire la suite de l’article

La sottise créationniste
Jean-Luc Nancy philosophe.

Les créationnistes gagnent du terrain, nous dit-on. Ils imposent l’introduction de leurs vues dans l’enseignement et sur la place publique. Les scientifiques leur répondent qu’il faut garder distincts les registres du savoir et de la croyance. C’est en effet la moindre des choses.
Mais il faut dire plus, beaucoup plus. Le « créationnisme » est simplement une sottise, et il l’est aussi bien sous l’angle du savoir que sous l’angle de la foi...
Lire la suite de l’article

L’instit désobéissant prend une deuxième punition
Bastien Cazals, enseignant dans l’Hérault, devrait être de nouveau sanctionné suite à des propos tenus sur son blog.
Lire la suite de l’article

Wafa va chaque samedi à Normale Sup ’
Jeudi, madame Lamraouane, la principale du collège Denis Diderot d’Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, réunissait pour la troisième fois son groupe de parents. Thème de la rencontre : les résultats scolaires. En réalité, on va surtout beaucoup parler d’orientation. Preuve s’il en était besoin de l’angoisse qui étreint les familles face au devenir de leurs enfants, et des choix qui sont demandés très tôt - trop tôt ? - aux collégiens.
Lire la suite de l’article


Le Figaro du 22/12/08 au 26/12/08

École : les inégalités se creusent entre les communes
La Cour des comptes appelle à une répartition plus équitable des ressources au niveau national.
Lire la suite de l’article

Mouvement des lycéens : mensonges, mensonges
Par Chantal Delsol

La philosophe et écrivain Chantal Delsol, auteur du livre « Qu’est-ce que l’homme ? », nous livre son analyse de la révolte étudiante.
Lire la suite de l’article


Le Monde daté du 22/12/08 au 26/12/08

Petits arrangements entre géologues
Depuis plusieurs mois, un document sulfureux circule dans la communauté des sciences de la Terre. Et si beaucoup acceptent de le commenter en termes acerbes, c’est presque toujours pour finir par préciser : "Surtout, vous ne me citez pas !" L’affaire est empoisonnée. Le ou les mystérieux corbeaux qui l’ont déclenchée restent dans l’ombre, espérant que le scandale éclate. Il vise certains des plus grands géologues français. Dont Claude Allègre et sa garde rapprochée, au moment où il se murmure que le géochimiste est à nouveau candidat à un poste ministériel.
De quoi s’agit-il ? D’un document d’une centaine de pages. Pour le béotien, ce n’est qu’une compilation d’articles de recherche, publiés entre 1992 et 2008 dans l’une des plus prestigieuses revues de sciences de la Terre, Earth and Planetary Science Letters (EPSL), éditée par le géant anglo-néerlandais de l’édition scientifique Elsevier. Les articles sélectionnés ont pour point commun d’avoir été rédigés par des chercheurs de l’un des fleurons de la recherche française, l’Institut de physique du globe de Paris (IPGP). Le malaise ? Tous ont été acceptés pour publication par des scientifiques qui étaient à la fois membres du même IPGP et du comité éditorial d’EPSL. Juges et partie, donc.
Lire la suite de l’article

Un "chéquier-presse" pour chaque jeune,
par Philippe Robin et Serge Guérin

Le nombre de jeunes qui lisent diminue. La relation à l’écrit - presse et livre - se distend toujours plus. Toutes les études réalisées montrent également une très forte inertie des comportements de lecture tout au long de la vie.
Le niveau de lecture régulière atteint par une génération, vers l’âge de 20 ans, est au mieux conservé au long de sa vie, il n’augmente jamais. Il est urgent de stopper ce déclin terrible de la lecture, donc de la diffusion de l’écrit. Et d’empêcher un désastre démocratique, dès lors que l’écrit reste le lieu privilégié de l’expression des idées et des débats.
[...]Il faut qu’au moment de ses 18 ans soit remis à chaque jeune un "chéquier-presse" nominatif d’une valeur totale de 50 euros - soit le prix d’une quinzaine de magazines ou plus d’un mois de lecture d’un quotidien ! [...]
Lire la suite de l’article

Noël : le pape demande plus de respect pour les enfants
Au cours de la traditionnelle messe de minuit prononcée, jeudi 25 décembre, par le pape dans la basilique Saint-Pierre de Rome à l’occasion de Noël, Benoît XVI a lancé un appel urgent pour que cessent toutes les formes d’abus contre les enfants. Il a également prié pour que la paix règne à Bethléem (Cisjordanie).
Lire la suite de l’article

Oui à la diversité, mais à toutes les diversités, y compris le handicap
par Monique Pelletier et Edouard Braine

Oui, les Etats-Unis ont un président noir. Pour autant, Barack Obama n’a pas été élu à cause de sa couleur de peau. Oui, plus de soixante ans auparavant, le président Roosevelt avait exercé la fin de son second mandat présidentiel en fauteuil roulant. Quant à l’Allemagne, elle a, depuis près de vingt ans, un ministre important en fauteuil roulant. Wolfgang Schäuble, ministre de l’intérieur de la coalition d’Angela Merkel, ne doit aucunement son poste à sa paraplégie, mais à sa constante réélection au Bundestag et à sa brillante carrière ministérielle.
Non, la France n’a aucun élu de premier plan qui soit "venu d’ailleurs" ou "différent" du fait de son handicap. L’ouverture à la diversité, ce chantier nouveau, engagé tout récemment par le président Sarkozy, concerne la diversité ethnique. Et c’est très bien. Quant au handicap, domaine où nous sommes, hélas ! la lanterne rouge en Europe, aucun ministre ne porte un handicap visible, sauf le précédent cruel d’un secrétaire d’Etat chargé précisément du handicap et convaincu de malhonnêteté. Dans la fonction publique, quelques nominations modestes, celle, à Cahors, d’un secrétaire général de préfecture ou, dans le Kurdistan irakien, d’un consul, tous deux en fauteuil roulant, ont été accueillies comme de véritables "novations". [...]
Lire la suite de l’article

Fadela Amara : "L’élite ne souhaite pas voir émerger les enfants d’ouvriers
Vous avez, dans ce pays, une partie de l’élite qui ne souhaite pas voir émerger les enfants d’ouvriers. Ça commençait à m’agacer sérieusement de voir qu’en haut lieu certains énarques freinaient des quatre fers. J’ai tapé du poing sur la table en le disant au président de la République, avant son discours sur la diversité. En février dernier, nous avions annoncé l’installation de 350 délégués du préfet dans les quartiers. A l’heure où je vous parle, il n’y en a même pas une quinzaine qui sont en fonctions. C’est quand même scandaleux. Et ce n’est pas faute d’avoir tapé du poing sur la table...
Lire la suite de l’article

Les ados au cœur du débat
Nous sommes au lycée international Honoré de Balzac. Avec quelque 1 100 élèves en second cycle, c’est l’un des plus grands établissements scolaires de Paris. L’ambiance est à la fois sérieuse et animée. "Attendez, on s’écoute !", exhorte Rémi Douat à la vingtaine de lycéens de première et de terminale qui l’entourent. Chacun doit développer la question qui lui semble pertinente à partir d’une problématique. Il faut construire !".
Depuis la rentrée, le journaliste, cofondateur de l’Atelier de journalisme de Bobigny (une structure associative de Seine-Saint-Denis) est le principal animateur des séances au cours desquelles se prépare chaque numéro de "Questions de génération", magazine mensuel apparu en octobre sur France 4, la chaîne qui se veut celle des 15-34 ans. De véritables conférences de rédaction inspirées de celles qui président à l’élaboration des journaux (presse écrite, radio ou télévision). Les propos jaillissent et se mélangent ; et ceux qui parlent le plus fort ne se font pas toujours le mieux entendre.[...]
Lire la suite de l’article


L’Humanité du 22/12/08 au 26/12/08 (un jour de retard)

Ados des cités et SDF : rencontre un soir de décembre
À l’initiative d’un centre social, Oumarou, Annoir, Ashley,Dounia et beaucoup d’autres ont accompagné, pendant cinq semaines, la tournée du SAMU social de la Croix-Rouge dans le centre-ville de Marseille.
Lire la suite de l’article

« Les jeunes Français pessimistes »
Pour le sociologue Olivier Galland, il n’y a pas de « génération sacrifiée ». Mais, assure-t-il, l’écart se creuse entre la jeunesse diplômée et celle qui ne l’est pas.
Lire la suite de l’article

Les lycéens prennent date pour le 8 janvier
Les deux principaux syndicats de lycéens appellent à une journée de mobilisation le 8 janvier, alors que le gouvernement craint une reprise violente des manifestations après les fêtes de fin d’année.
Lire la suite de l’article

Cette jeunesse qui encaisse la crise
Regards de lycéens de Paris et de banlieue en marge des mobilisations de la semaine dernière contre la réforme Darcos. Ils évoquent le malaise social actuel, la politique et nous parlent de leur avenir. Reportage au fil des manifestations parisiennes.
Lire la suite de l’article


Le Parisien du 22/12/08 au 26/12/08

Les syndicats maintiennent la pression contre Darcos
Sept fédérations de l’Education —FAEN, Ferc-CGT, Fnec-FP-FO, FSU, SGEN-CFDT, SUD-Education, UNSA-Education— appellent « à participer massivement à la grève et aux manifestations, le 29 janvier, aux côtés des autres salariés du privé et du public ». Cet appel concerne à la fois les personnels de l’Education, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, ainsi que de la Jeunesse et des Sports, précisent les syndicats, dans un communiqué commun.
Lire la suite de l’article


La Croix du 22/12/08 au 26/12/08

D’ici à 2017, les effectifs de l’université devraient fondre
Une étude publiée mercredi 24 décembre par le ministère de l’enseignement supérieur montre que le nombre de jeunes poursuivant des études après le baccalauréat devrait, d’ici à 2017, diminuer de 6,9 %. L’université serait particulièrement touchée par cette réduction d’effectifs
Lire la suite de l’article

Des écoles s’ouvrent aux parents
Les écoles maternelles et primaires commencent à renforcer la coopération avec les parents d’élèves. Pour leur bienfait, comme celui des enfants et enseignants
Lire la suite de l’article


Les échos du 22/12/08 au 26/12/08

Le lycée de tous les dangers
Michel Segal, professeur et auteur de « Autopsie de l’école républicaine  », Editions Autres Temps, février 2008.

Il y a une semaine, Xavier Darcos renonçait à sa réforme du lycée, sans doute inquiet du risque d’épidémie présenté par des événements tels que le blocage répétitif d’établissements par les élèves. Au-delà de la péripétie d’une réforme avortée, c’est la question globale de l’autorité qui se pose justement dans l’institution censée l’incarner. Qu’en reste-t-il ? C’est parce que je suis enseignant dans le secondaire que je veux témoigner de la réalité d’une situation à cet égard très dégradée et qui présente un danger autrement plus inquiétant.
Ce 18 décembre au matin, un peu avant 8 heures, comme tous les jours depuis une semaine, un petit groupe d’élèves ferme la porte principale de mon établissement puis se poste à l’entrée latérale. La quinzaine de lycéens arbore des airs fiers, prend des postures militaires, porte parfois des brassards et forme une haie pour dévisager chaque élève qui se présente. Ce sont les bloqueurs, ils ont quinze ou seize ans. Ils laisseront entrer qui ils veulent et refouleront qui ne leur plaît pas. Par exemple, il leur arrive de laisser entrer les étudiants des classes préparatoires, mais d’autres fois, non. Ça dépend de leur humeur. Comme tous les enfants, et c’est bien naturel, ils sont contents de jouer aux soldats, ravis de soumettre la communauté à leur pouvoir discrétionnaire, pour une fois sans risquer de punitions. Le lycée sera-t-il fermé aujourd’hui ? y aura-t-il cours ? Il leur arrive d’être une vingtaine à décider en toute tranquillité de l’ouverture ou non d’un établissement de 1.500 élèves et de 150 enseignants. Ils mettent quelques poubelles devant la porte, se montrent entre 8 heures et 10 heures puis s’en vont. Les portes resteront fermées et les poubelles en tas toute la journée.
Jamais l’école ne m’a paru aussi efficace que dans cette forme singulière d’enseignement du mépris de la République et du droit. De fait, elle incite des adolescents à tenir ce discours : «  Nous fermons le lycée quand bon nous semble et si ce droit nous est contesté, alors nous créerons des désordres. » Quant au millier d’autres, ceux respectueux de la loi qui croient donc encore à l’autorité de l’école, ils sont invités à baisser la tête et attendre. Les bloqueurs n’ont ni courage, ni imagination, ni conscience politique, et encore moins le sens de la révolte : ils font ce qu’on leur dit.
Lire la suite de l’article

Enseignement supérieur : fort recul des effectifs en vue
Les effectifs des étudiants dans l’enseignement supérieur devraient fortement reculer au cours des dix prochaines années, une baisse estimée à 6,9 %, notamment à l’université et en IUT, selon un scénario prévisionnel du ministère de l’Enseignement supérieur détaillé dans une étude publiée mercredi. En 2017, le nombre d’inscrits dans l’enseignement supérieur devrait atteindre 2.074.400 personnes, soit 153.800 étudiants de moins qu’en 2007. Deux facteurs expliquent cette baisse. D’abord un effet démographique, « du fait de la baisse des naissances au début des années 1990 ». Deuxième explication : « Les bacheliers ont de moins en moins tendance à poursuivre leurs études dans l’enseignement supérieur, et plus particulièrement à l’université », notent les auteurs de l’étude. Cela « au profit d’autres formations en France ou à l’étranger, ou alors pour arrêter leurs études », ajoutent-ils.
Lire la suite de l’article

Education : sept syndicats appellent à la grève le 29 janvier
Sept fédérations de l’Education —FAEN, Ferc-CGT, Fnec-FP-FO, FSU, SGEN-CFDT, SUD-Education, UNSA-Education— appellent "à participer massivement à la grève et aux manifestations le 29 janvier aux côtés des autres salariés du privé et du public", dans un communiqué publié mardi
Lire la suite de l’article

Darcos promet d’être « le ministre de l’Explication nationale »
Xavier Darcos a affirmé hier sur Canal+ qu’il serait « le ministre de l’Explication nationale » pour renouer le dialogue avec les syndicats et les lycéens sur la réforme du lycée. Le ministre de l’Education a concédé qu’il « aurait pu faire mieux », tout en regrettant « la perte de temps » après le report d’un an de la réforme. « Les jeunes sont plus inquiets et sont plus rétifs au changement », a-t-il dit. « Je suis absolument certain qu’on va trouver des voies de dialogue » à la rentrée, a-t-il déclaré. En fin de semaine dernière, il avait assuré qu’il ne serait « pas le ministre de l’Hésitation nationale ». Les lycéens ont prévu une nouvelle mobilisation le 8 janvier.
Lire la suite de l’article


20 minutes du 22/12/08 au 26/12/08

Rien vu...

Lire la suite de l’article

« Accompagner les élèves de milieu modeste pour qu’ils rentrent par la grande porte »
Pierre Mathiot est directeur de l’Institut d’Etudes Politiques de Lille. Son établissement mène depuis janvier 2007 une politique d’accompagnement aux concours de Sciences Po avec des lycées de la région...
Lire la suite de l’article

Neuf ans et diplômée du Microsoft Professional Certification
Vous faisiez quoi à neuf ans ? En général, on apprend la division et on commence les opérations à trous. Lavinashree, elle, vient de réussir le Microsoft Certified Professional (MCP), un examen qui certifie de compétences informatiques diverses et variées et plutôt passé par ceux qui cherchent du boulot dans la Silicon Valley.
Lire la suite de l’article

Bilan d’un an de Sarkozy : le point sur l’éducation
Malgré un bon début entre Xavier Darcos et le monde enseignant, les relations se sont vite tendues...
Lire la suite de l’article


Rue89 du 22/12/08 au 26/12/08

Darcos se trompait de cible dans sa réforme de l’Education
Par Jean Matouk, Economiste

L’entreprise de demain a besoin de scientifiques et d’ingénieurs. Mettons le paquet sur ces filières, enseignons l’économie dans toutes les classes générales, et surtout, revoyons à la hausse les crédits alloués à l’Eduction nationale, avant d’en envisager la réforme, comme l’a fait Xavier Darcos, qui se trompait d’objectif.
L’échec de Xavier Darcos à engager la réforme des lycées, et qui tient beaucoup à sa maladresse, n’est pas très grave car malgré quelques bonnes dispositions, cette réforme ne visait pas l’essentiel.
Car le but de l’enseignement, s’il est de donner des bases culturelles et de former des citoyens, est aussi, en partage avec la formation continue, de préparer les générations successives aux métiers nécessaires à l’avenir de l’économie.
Lire la suite de l’article


Ouest-France du 22/12/08 au 26/12/08

Ces enseignants qui se sentent bâillonnés
Les professeurs opposés aux réformes ont peur de s’exprimer. Censure, disent-ils. Devoir de réserve, oppose la hiérarchie.
Lire la suite de l’article


Le Journal du Dimanche du 22/12/08 au 26/12/08

Le soutien scolaire en rodage
Mesure phare de la rentrée, qui touche un million d’enfants de primaire, l’aide aux élèves en difficulté suscite des polémiques. L’objectif était de compenser le passage de 26 à 24 heures hebdomadaires de classe induit par la suppression de l’école le samedi matin. Mais certains dénoncent la précipitation qui a accompagné ce nouveau dispositif. D’autres s’interrogent sur sa pérennité.
Lire la suite de l’article


Le Nouvel Obs Permanent du 22/12/08 au 26/12/08

Stella Baruk

Au bonheur des maths

Cette enseignante hors norme qui veut comprendre pourquoi l’élève ne comprend pas a inventé une méthode réconciliant les nuls avec les mathspar
Lire la suite de l’article

Touche pas à mon concours

Du soutien scolaire, mais pas de voie nouvelle pour les minorités : le plan Sarkozy déçoit
Lire la suite de l’article

A quoi sert Dolto ?
On l’accuse d’avoir sapé l’autorité, dévoyé l’éducation et même oublié le père. Pourtant sa pensée est toujours vivante et inspire au quotidien des centaines de thérapeutes français. Transmis par eux, le message de Françoise Dolto, disparue il y a vingt ans, soulage les souffrances des familles et des enfants à qui elle a reconnu le droit à la parole. Reportage
Lire la suite de l’article


L’Express.fr du 22/12/08 au 26/12/08

Pakistan : des talibans menacent de tuer les filles qui iraient à l’école
Des talibans de la très instable vallée de Swat, dans le nord-ouest du Pakistan, ont interdit aux filles d’aller à l’école à partir de janvier et menacé de tuer toutes celles qui braveraient cet ordre, ont annoncé jeudi des responsables locaux.
Lire la suite de l’article


Le Café Pédagogique du 22/12/08 au 26/12/08

Darcos, ministre de l’explication avec Nadine Morano ?
Des déclarations tapageuses de Nadine Morano prennent à contre-pied les efforts du ministre de l’éducation nationale. "Je serai le ministre de l’explication nationale" a affirmé le 21 décembre Xavier Darcos exprimant sa foi dans le dialogue. Le même jour, alors que Xavier Darcos vient de signer avec l’Ageem, association de professeurs de maternelle, un accord important qui reconnaît la scolarisation à deux ans, la secrétaire d’Etat à la famille annonce la fin de l’école maternelle à deux ans et la multiplication des jardins d’éveil. "La maternelle n’existe pas pour les deux ans" a asséné N. MOrano, au Grand jury RTL, Le Figaro, LCI le 21 décembre. "L’école maternelle c’est trois ans". Elle a précisé qu’elle travaillait au financement des jardins d’éveil par les communes, la CAF et les parents.
Lire la suite de l’article

Bastien Cazals re-sanctionné
Visage du mouvement des "désobéisseurs" qui refusent les programmes de 2008, Bastien Cazals est-il en train de devenir une tête de turc ? Il avait été sanctionné la semaine dernière. Vendredi 19 décembre on apprenait que l’académie de Montpellier levait les sanctions et que B. Cazals accueillerait "tous les élèves dont les parents le souhaitent sur le temps dévolu à l’aide personnalisée pour mettre en place des activités complémentaires du travail effectué en classe". On pouvait penser être arrivé à un compromis satisfaisant.
Mais lundi 22, le rectorat de Montpellier fait savoir que, puisque B Cazals "n’a pas tenu ses engagements, nous revenons sur la décision de passer l’éponge sur les sanctions". En réaction, sur son blog, Bastien Cazals "réaffirme son engagement d’accueillir des élèves sur le temps dévolu à l’aide personnalisé à partir de janvier 2009, et précise que cela sera fait dans le cadre du dispositif déjà validé par l’Inspectrice de l’Education Nationale de la circonscription de Gignac, conformément à ses obligations de service".
Lire la suite de l’article


Une sélection dans les dépêches du 22/12/08 au 26/12/08

Les effectifs dans l’enseignement supérieur devraient fortement reculer d’ici 2017 (étude)
Les effectifs des étudiants dans l’enseignement supérieur devraient fortement reculer en dix ans, une baisse estimée à 6,9%, notamment à l’université et en IUT, selon un scénario prévisionnel du ministère de l’Enseignement supérieur détaillé dans une étude publiée mercredi.
Lire la suite de l’article

Ecoles : un recours en Conseil d’Etat demande l’annulation de "base élèves"
Deux personnes ont déposé un recours en Conseil d’Etat demandant l’annulation de l’arrêté portant création de la base de données informatiques de l’école primaire, "base élèves", a annoncé mercredi un Collectif national de résistance contre cette base dans un communiqué.
Lire la suite de l’article

Discrimination : un collégien parisien lauréat du concours de la Halde
Un collégien parisien de 13 ans a gagné le concours organisé par la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde) pour une chanson qui dénonce les souffrances et handicaps engendrés par les discriminations, a annoncé la Halde mardi dans un communiqué.
Lire la suite de l’article

Affaire Dray : la Fidl dénonce "une tentative de déstabilisation"
L’organisation lycéenne Fidl a réagi mardi à l’enquête préliminaire visant le député socialiste Julien Dray, dénonçant "une tentative de déstabilisation" en période de "mobilisation" des lycéens contre le projet de réforme du lycée.
Lire la suite de l’article

Sept syndicats de l’Education appellent à la grève le 29 janvier
Sept fédérations de l’Education —FAEN, Ferc-CGT, Fnec-FP-FO, FSU, SGEN-CFDT, SUD-Education, UNSA-Education— appellent "à participer massivement à la grève et aux manifestations le 29 janvier aux côtés des autres salariés du privé et du public", dans un communiqué publié mardi.
Lire la suite de l’article


La démocratie a besoin de la presse.
La presse a besoin de lecteurs pour vivre...
Lisez et achetez des journaux !