Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 2 juin 2013


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 2 juin 2013

Dans le monde, comment va l’éducation ?

En picorant les infos internationales

L’apprentissage, le sauveur !
Pas très loin, en Suisse, plus exactement dans le Valais, la situation à ce propos n’est pas brillante. Action Jeunesse à la rescousses des ados sans place d’apprentissage
« Chaque année, 400 à 500 jeunes ne trouvent pas de place d’apprentissage après la scolarité obligatoire en Valais. Le service d’Action Jeunesse propose une forme de coaching ciblé pour ne pas rester sur le carreau.
Pas de place d’apprentissage, rupture de formation, etc., des jeunes sans solution après la scolarité obligatoire, le Valais en compte plusieurs centaines. En cause, un marché du travail plus tendu, un parcours scolaire moyen, un manque de réseau, des difficultés parentales, un problème plus personnel et surtout, un sentiment d’impuissance face à ce nouveau défi qui ouvre la porte au monde des adultes. »

Le temps du bac
Pendant qu’en France, 20 Minutes.fr présente « Les techniques de fraude les plus courantes au bac » , en Tunisie, les examens sont sous haute surveillance.
« Le ministre a aussi indiqué que son département discute actuellement avec le ministère des télécommunications la possibilité de brouiller les communications par GSM ou autre moyens d’information dans les centres d’examens pour éviter toute tentative de fraude. »
Et en Algérie, pour le Baccalauréat 2013 : Le ministre de l’éducation nationale donne depuis Ouargla le coup d’envoi des épreuves du baccalauréat (session juin 2013) auquel prennent part 566.694 candidats, dont 175.072 libres à l’échelle nationale."
Et el Watan précise : Les filles plus nombreuses au bac. « Le nombre de candidats scolarisés est de 154 884 garçons (39,55%) et 236 738 filles (60,45%), alors que celui des candidats libres est de 95 017 garçons (54,27%) et 79 055 filles (45,73%). Par rapport au baccalauréat session 2012, leur nombre a augmenté de 6644 candidats, indique la même source. »

L’orientation en question en Algérie
Le système actuel d’orientation réduit "considérablement" le flux des élèves vers l’enseignement professionnel (Mebarki)
"On valorisera beaucoup mieux la diversité des métiers en organisant l’orientation au plus près des besoins, au plus près de l’offre économique et au plus près des personnes", a estimé M. Mebarki qui intervenait à l’ouverture de la conférence nationale de la formation et de l’enseignement professionnels.
"C’est là le rôle des conseillers à l’orientation et à l’insertion professionnelle", a-t-il rappelé.

JPEG - 62 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Et el Moudjahid indique
« À ce sujet, le ministre mettra l’accent sur le rôle déterminant des conseillers à l’orientation et à l’insertion professionnelle, dans la vulgarisation des études et de formations, en adéquation avec les besoin du marché de travail. « Il faut réviser le système d’orientation national, on doit y réfléchir pour dégager les solutions les mieux indiquées », a-t-il précisé, ajoutant dans le même sillage, que le cloisonnement entre l’enseignement professionnel, l’enseignement supérieur et l’enseignement général doit être atténué.[…]
Le ministre a insisté, à ce titre, sur la nécessité que celle-ci devrait « valoriser les aptitudes à l’exercice d’un métier par le développement de formations de courtes durées qui répondent aux opportunités du marché du travail ».

Mondialisation de l’enseignement supérieur
Inauguration de l’académie Al Bayan pour l’apprentissage de l’anglais à Batna (Algérie)
« L’académie numérique privée Al Bayan, inaugurée jeudi à Batna, en présence de l’ambassadeur du Royaume-Uni en Algérie, Martin Roper, fera de la capitale des Aurès, un centre d’excellence, de l’enseignement et l’apprentissage de l’anglais, a estimé la directrice, Mme Nadjia Ghrib.
L’académie, la première du genre, à l’échelle nationale, reposant sur les technologies de l’information et de la communication, comme moyen pédagogique d’apprentissage a été réalisée en partenariat avec des partenaires britanniques et français, selon les explications fournies, au cours de la cérémonie d’inauguration. »

Et la Chine sort de ses frontières
Voir cet article
« L’université du Zhejiang, une des cinq principales universités du pays, va établir un campus à Londres, la dernière indication que les universités chinoises se mondialisent peu à peu.
L’université et l’Imperial College London ont signé plus tôt ce mois-ci un protocole d’entente pour stimuler la collaboration universitaire. »

Au Maroc
D’un côté, « Près de 1 500 congressistes, venus du monde entier, participeront au septième Congrès international de l’éducation à l’environnement (World environmental education congress-WEEC), prévu du 9 au 14 juin à Marrakech, a indiqué la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement dans un communiqué. » indique Le Matin.ma, et de l’autre il y a du hacker dans l’air :
L’Opinion.ma titre Circulaire pour le mariage des enseignants : La vraie fausse rumeur
« Le ministère a certes démenti catégoriquement ces fausses informations. Mais au-delà de la rumeur, ce sont ces instigateurs qui dérangent. La fausse circulaire porte une fausse signature du ministre, ce qui va certainement ouvrir la voie à une enquête policière, voire à des poursuites judiciaires. Sur le plan moral et éducatif, on se demande ce qui pourrait justifier ces allégations mensongères, ces rumeurs sans fondements dans un secteur prioritaire pour l’avenir du pays et surtout qui constitue, en tant qu’espace de connaissance et de savoir, le dernier rempart contre un obscurantisme ambiant et inquiétant. »
Et le même jour, le même site signale que Le ministère de l’Education nationale dément avoir adressé une correspondance relative à la promotion sur diplôme de licence

Les compétences, là-bas aussi, au Sénégal
EXAMEN D’ENTREE EN SIXIEME 2013 : Les élèves évalués en fonction du curriculum de l’éducation de base
« Cette année, pour les examens d’entrée en sixième, le Sénégal a décidé d’appliquer la nouvelle réforme qu’est le curriculum de l’éduction de base. Ces élèves en classe de Cm2 vont servir « d’agneaux de sacrifice » pour mesurer l’impact de ce nouveau programme axé sur les compétences.
À l’instar de beaucoup de pays africains, le Sénégal a tardé à s’inscrire dans la dynamique des méthodes et des contenus pédagogiques susceptibles de « booster » de manière durable le développement de son éducation. C’est en ce sens, en vue d’améliorer la qualité de l’éducation par la définition de programmes scolaires pertinents, que le Sénégal a élaboré un nouveau programme appelé Curriculum de l’éducation de base (Ceb). Lequel programme date d’il y a 10 ans.
« On a commencé à reformer, depuis plus de 10 ans. Maintenant, il y a eu des phases d’élaboration de programme et une phase de mise à l’essai », renseigne le directeur de l’Enseignement élémentaire du ministère de l’Education nationale, Abdou Diaw, qui signifie que « c’est à partir de 2006 qu’on a commencé à l’appliquer dans les classes, à faire des formations ». Ce qui fait, indique-t-il, que « les premières promotions qui ont fait le Ci avec le nouveau curriculum sont, cette année, au Cm2 et ils vont être évaluées sur la base des standards du curriculum de l’éducation ». »
Mais, toujours dans Le Populaire, « Les résultats fournis par les examens blancs pour l’entrée en sixième, organisé récemment sur l’ensemble du territoire national ne sont pas fameux. En effet, le taux de réussite de ces examens tournerait autour de 30%. Ces examens ont été déroulés en fonction de la nouvelle réforme qu’est le curriculum de l’éducation de base. » et ABDOU DIAW, DIRECTEUR DE L’ENSEIGNEMENT ELEMENTAIRE DU MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE précise : Tous les enseignants ont été formés au curriculum de l’éducation de base

Et l’argent ?
Un service du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies précise qu’ au BURKINA FASO : L’éducation, victime de la ruée vers l’or

« À l’échelle nationale, le nombre exact d’enfants qui abandonnent l’école pour la mine reste indéterminé, mais beaucoup d’écoliers travailleraient principalement dans des mines artisanales où ils concassent des pierres, passent les résidus au tamis, transportent l’eau et cuisinent. D’autres se rendent à la mine les jours où ils n’ont pas cours ; jeudi et samedi, a affirmé Moussa Ouedraogo, le directeur régional du nord du pays pour le ministère de l’Enseignement de Base et de l’Alphabétisation. »

Le Partenariat mondial pour l’éducation offre 4,6 millions de dollars aux Comores
« Cette aide du Partenariat mondial pour l’ éducation va contribuer également à l’ amélioration de la qualité de l’ éducation et le suivi évaluation et se joindra à une autre aide d’ environ 500 millions de francs comoriens (environ 1,325 million de dollars de l’ Etat français pour l’ appui à la langue française). »

Et pendant ce temps à NEW YORK Les étudiants de Cooper Union, une des dernières universités gratuites aux États-Unis, sont aidés par l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) dans leur révolte contre les frais de scolarité. Ils ont même adopté le carré rouge.

Bernard Desclaux