Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 2 janvier 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 2 janvier 2018

Récap

Vous avez pu peut-être vous mettre entre parenthèse lors de ces vacances. Aussi, je vous propose une petite “récap” de quelques articles présentés simplement par ordre approximatif de parution.


Et pour vous mettre en bouche, une petite “Vue du Québec” par Stéphane Allaire dans Le Quotidien dont le titre donne bien le ton : L’interdiction avant l’éducation. “On a appris récemment que, dès septembre prochain, le ministre de l’Éducation de la France, Jean-Michel Blanquer, interdira l’utilisation des téléphones intelligents aux élèves dans les écoles primaires. Cette orientation, qui avait été annoncée lors de la campagne électorale du président Emmanuel Macron, est justifiée par les motifs suivants. D’une part, on prétend que l’interdiction permettra aux élèves d’être plus attentifs en classe et de s’amuser avec leurs camarades pendant les pauses, plutôt qu’avoir le nez dans un écran. D’autre part, on affirme que la prohibition des téléphones réduira la cyberintimidation. En dépit de bonnes intentions, il est malheureux de constater que le gouvernement français privilégie l’interdiction à l’éducation.”

Le 26 déc. 2017, Claude Lelièvre sur son blog : Histoire et politiques scolaires réagit à L’étrange déclaration de Blanquer devant les représentants des cultes. ’ Jeudi dernier, le ministre de l’’Education nationale a déclaré que « les esprits sont mûrs » pour que soit développé l’enseignement du fait religieux dans l’Education nationale. De quoi peut-il s’agir puisque cet enseignement existe déjà, et que les « esprits » se sont révélés « mûrs » pour cela depuis pas mal de temps ?

Monsieur Blanquer, la discipline comme méthode d’apprentissage de la lecture n’est simplement pas la solution déclare Gabriel Cohn Bendit Professeur, ancien responsable national de l’École émancipée dans une Lettre ouverte à Jean Michel Blanquer, Ministre de l’Education Nationale.

Jean-Michel Zakhartchouk déclare, La laïcité, le fait religieux : tout sauf simple ! "En cette période de Noël où les crèches kitch côtoient les sapins en tous genres et où s’éloigne toujours plus le temps où des curés nous admonestaient de trop mélanger le profane et le sacré, « petit papa Noël » et « il est né le divin enfant », plusieurs faits ou déclarations nous font à nouveau réfléchir ce que peut être la laïcité aujourd’hui et en particulier concernant l’école."

Caroline Beyer dans le Figaro constate : La chorale revient en force à l’école. "Persuadé de son utilité pour le développement des enfants, le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer mise sur le chant pour « permettre aux collégiens de prendre confiance en eux et en leur réussite »." Mais elle conclue par : “Une annonce qui laisse Loïc Saouter, directeur de la prestigieuse chorale du collège Hippolyte-Rémy de Coulommiers, un peu sceptique. « Nous connaissons bien ce type de plans, grince-t-il. Najat Vallaud-Belkacem nous avait promis la même chose l’an dernier sans que rien n’ait changé depuis (une circulaire avait été signée fin 2016 pour généraliser la pratique du chant choral, NDLR.) Et puis, comment trouver en un an autant de professeurs de chorale qu’il existe d’écoles en France ? »

Bruno Magliulo poursuit ses réflexions sur le “remplacement” d’APB : Les "attendus" dans la nouvelle plateforme "Parcours sup" : de quoi s’agit-il ? A quoi cela servira-t-il ? "Comme beaucoup le savent désormais, en France, il a été décidé de mettre en œuvre une nouvelle plateforme télématique de gestion des candidatures des bacheliers désireux de passer dans l’enseignement supérieur. Nommée "Parcours sup", elle vient remplacer en 2018 la plateforme "admission post bac" (APB") qui existait depuis 2009. Au moment où nous rédigeons cet article, la version définitive de cette nouvelle plateforme n’est pas encore connue : elle fait l’objet d’un débat parlementaire qui doit aboutir à une loi dont on espère qu’elle sera votée avant le 15 janvier 2018, date officielle du lancement de la nouvelle plateforme."

Des sociologues lancent une pétition contre la sélection à l’université, le 28 décembre 2017 ! Un peu tard, n’est-il pas ?

Le 28 décembre, sur Adozen.fr, une ancienne vidéo refait surface, l’interview de Michel Fize dans laquelle il déclarait : « Il faut supprimer les notes à l’école » en juin … 2014. “Michel Fize est sociologue et chercheur au CNRS. Il nous explique en quoi le système scolaire mériterait d’être révolutionné notamment par l’abandon des notes et même la transformation du Bac. L’enjeu, selon lui, est de développer le plaisir d’apprendre en favorisant le renforcement positif. Les élèves seraient ainsi bien plus motivés (intrinsèquement) et moins stressés.” Une ancienne vidéo, oui, mais à réécouter !

Le 29 déc. 2017 Christophe Chartreux sur son blog : Le blog de chris titre : Education - Notre école mérite un débat digne, majeur et responsable…Voilà ce que mérite notre école : un débat digne, majeur et responsable. Utile. Gardons-nous de l’enchaîner aux modes populistes, aux bassesses, aux résumés hâtifs. Et par là, de l’asservir !

Et puis la célèbre polémique est relancée par Jean Sévillia le 29/12 : Histoire de France : arrêtons les mensonges. “Faut-il débaptiser les lycées Colbert ou réhabiliter les « fusillés pour l’exemple » de 14-18 ? Il n’est pas de mois où l’actualité ne ramène une controverse suscitée par la volonté de certains de réécrire l’histoire de France selon leurs critères politiques et idéologiques. Face à la manipulation du passé par le politiquement correct, défendre l’histoire véridique est un impératif vital.”

Toute l’équipe des rédactrices et rédacteurs de votre revue vous souhaite une très belle et heureuse année 2018.
Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 541 - Les tâches complexes à la loupe

Dossier coordonné par Christophe Blanc et Florence Castincaud
décembre 2017

Depuis l’instauration du socle commun et l’incitation des enseignants à mettre en œuvre des «  tâches complexes  » dans leurs classes, on assiste à un foisonnement de propositions, personnelles et institutionnelles. Un dossier pour poursuivre la réflexion et nous aider à faire des choix pédagogiques et didactiques plus pertinents.

N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en
cours

Dossier coordonné par Sabine Coste et Nicole Priou
novembre 2017

La rénovation de la voie professionnelle engagée en 2009 a modifié les représentations sur les études initiales et la façon d’envisager les inégalités scolaires. Les caractéristiques sociales des jeunes scolarisés dans la voie professionnelle se sont, elles aussi, modifiées. Entre «  diplôme bradé  » et «  émancipation sociale  », quel état des lieux ?