Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 1er octobre 2015


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 1er octobre 2015

Brevet - Cérémonie - Notation - Sexualité - Ambition


Comme vous vous en doutez, la presse est revenue massivement sur les annonces ministérielles concernant l’évaluation des élèves et la nouvelle mouture du brevet des collèges. Il reste quand même une petite place pour l’éducation à la sexualité et pour la promotion de l’ambition scolaire des filles.

Brevet

Si Le Monde observe que Les "compétences" au centre du nouveau brevet des collèges, le quotidien précise que Najat Vallaud Belkacem a voulu faire de ce "premier examen national de la scolarité des élèves français (...) la dernière pierre de l’édifice de la refondation de l’école" initiée en 2012. Un brevet "remanié tant sur la forme que sur le fond",

Les Dernières Nouvelles d’Alsace précisent le contenu de ce Brevet remanié et reviennent sur l’évaluation des élèves. Un bilan global sur les huit champs d’apprentissage du socle commun à la fin de chaque cycle (CE2, 6e et 3e) pour remplacer l’actuel Livret Personnel de Compétences, et un nouveau brevet sur 700 points dont 400 évalués en contrôle continu et 300 par une épreuve terminale remaniée : 100 point pour une épreuve de lettres et sciences humaines, 100 points pour les matières scientifiques et 100 point pour un oral portant sur des enseignements interdisciplinaires. Le latin et le grec pourront apporter des points de bonus (hé oui, il y aura toujours du latin et du grec après 2016...).

Une nouvelle organisation qui laisse un goût d’inachevé à certains enseignants, comme Anthony Lozac’h interviewvé par L’Obs. Il regrette que les bilans de compétences n’interviennent qu’en fin de cycle mais surtout la persistance d’épreuves écrites, dont les résultats n’ont aucune incidence sur l’orientation en fin de 3e mais qui maintiennent tout au long de l’année une forte pression sur les élèves. Il est également critique au regard de la cérémonie de remise des diplômes instituée par la ministre, qui par définition, exclura ceux qui auront échoué. Ce qui la rendra, aux yeux de cet enseignant d’histoire-géographie finalement fort peu "républicaine".

Cérémonie

Jean-Frédéric Tronche dans L’Obs souligne que cette cérémonie, qui a pour but de "redorer le blason du brevet des collèges en lui redonnant un certain décorum", pourrait avoir trouvé son inspiration dans les teen-movie étasuniens.
Cyprien Cini et Loïc Farge sur RTL nous rappellent qu’au contraire, il s’agit là "d’une tradition bien française puisque que la cérémonie solennelle de remise des diplômes a été créée dès le début de la Renaissance par des étudiants de l’université de Paris".

Notation

Et les notes dans tout ça ? Le Figaro voit dans leur persistance un "recul" de Najat Vallaud-Belkacem face aux attaques dont elle est la cible.
VousNousIls, moins partisan, se fait l’écho d’un sondage commandé par le ministère de l’Éducation National à l’IFOP (et dont on peut lire les détails dans le Huffington Post) qui montre que 3/4 des Français [sont] favorables à l’évaluation par notes et par compétences.

Le Monde nous offre deux points de vue sur le sujet. Celui de Nathalie Bulle, directrice de recherche au CNRS, membre du Conseil scientifique de l’enseignement scolaire et du Haut conseil de l’éducation pour qui la suppression des notes opacifie les normes de la réussite et celui d’Etiennette Vellas, chargée d’enseignement dans le domaine « Rapport au savoir, métier d’élève, métier d’enseignant » à l’université de Genève (Suisse), qui nous invite à "nous désintoxiquer de la notation de l’humain".
À lire et à approfondir pour vous forger votre opinion et choisir, si vous êtes enseignant, de noter ou non vos élèves.

Sexualité

Najat Vallaud-Belkacem a saisi le haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes pour améliorer les cours d’éducation sexuelle. "Selon une enquête réalisée par Michela Marzano et Claude Rozier, (...) l’âge moyen auquel un enfant serait confronté pour la première fois à une image pornographique est de onze ans." L’association Ennocence a interpellé la ministre dans un lettre ouverte : "Aujourd’hui tabou ou confisqué par des militants empreints de valeurs morales ou religieuses, le débat sur l’éducation sexuelle à l’école doit être relancé. Pour sensibiliser les enfants (et par ricochet les parents), l’article L312-16 du Code de l’éducation existe et dispose dans son article 22 qu’une « information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d’au moins trois séances annuelles ». Or, dans les faits cette loi n’est pas appliquée, faute de moyen et/ou de volonté,"
L’article donne également la parole à Caroline Rebhi, intervenante du Planning Familial en milieu scolaire. "(...) Aborder la question du sexe, et des rapports entre les hommes et les femmes permettrait peut-être de prévenir certains comportements « à risque » : en Allemagne et aux Pays Bas, les cours d’éducation sexuelle ont lieu dès la primaire et leur taux d’IVG est plus bas que celui que nous avons en France."

Sur ce sujet, on pourra également lire dans L’Obs la contribution de Angell Summers, coach en sexualité qui regrette que l’école n’aborde le sujet que par l’angle biologique ou préventif en oubliant de parler de sentiments et de respect de l’autre. "Certains sont contre le fait que l’école fasse l’éducation de nos jeunes à propos de la sexualité, seulement beaucoup de parents ne trouvent pas les mots ou les outils pour cela. L’école pourrait apporter cette aide aux parents."

Ambition

"C’est le high five le plus cool de l’année" aux dires de Charlize Théron qui accompagnait Michelle Obama sur la scène du théâtre Appolo à Harlem (New York) pour promouvoir l’éducation des filles dans le monde. La première dame des USA a en effet créé le programme « Let Girls Learn » en association avec le Corps de la Paix (une agence indépendante du gouvernement américain créée en 1961) et l’agence des États-Unis pour le développement international (USAID). On pourra également suivre sur Twitter le hashtag #62MillionGirls

Bonnes lectures, et à demain pour la revue de presse de Géraldine Duboz.
Mila Saint Anne


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

L’évaluation, plus juste et plus efficace : comment faire ?
Florence Castincaud et Jean-Michel Zakhartchouk
Collection Repères pour agir, Canopé CRDP d’Amiens - CRAP-Cahiers pédagogiques, juin 2014.

Un ouvrage pour faire évoluer les pratiques en terme d’évaluation des élèves. Entre retours d’expérience et analyse profonde du sujet, une lecture stimulante et salutaire pour aborder cette question d’actualité difficile.

L’évaluation en classe
Hors-série n°39 - avril 2015 (Publication disponible uniquement au format numérique)
Dossier coordonné par Richard Etienne et Raoul Pantanella

Une plongée dans les archives des Cahiers pédagogiques, où l’on trouve des textes passionnants sur l’évaluation et où l’on voit que les débats d’hier sont encore bien vivants aujourd’hui ! Le débat est loin d’être enterré et ne se résume pas à « note ou pas note ? ».

Éducation à la santé
Hors-série n°24 - janvier 2012
Publication disponible uniquement au format numérique

Comment éviter le moralisme, les injonctions aux « bons » comportements ? Comment ne pas se limiter à des actions ponctuelles, marginales, déconnectées de l’enseignement ? Des exemples de démarches de projet, de partenariat, pour impliquer les élèves, sans oublier de « soigner le milieu ».

Filles et garçons à l’école
Revue n°487 - février 2011
L’école mixte est régulièrement mise en cause, accusée de desservir tour à tour les filles ou les garçons. La question des violences sexistes et homophobes préoccupe les acteurs de l’école. Ce dossier rend compte des débats, met en lumière l’inventivité de tous celles et ceux qui agissent en faveur de l’égalité entre filles et garçons.