Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 19 mars 2015


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 19 mars 2015

Eclipse - Réformer toujours - Privilèges ? - Etrange - Petits plus


Dans une actualité tristement ailleurs, un mini raz-de-marée solaire éclipse largement le reste de l’éducation. Cependant, la réforme du collège tient encore une certaine place tandis qu’un politique privilégie la langue de bois sur les enseignants. Dans le même temps, les élèves et étudiants étrangers sont dans une situation toujours difficile.


Eclipse totale d’éducation

Aujourd’hui, l’actualité c’est le futur ! Beaucoup de commentaires tournent en effet autour de l’éclipse.
On lit notamment dans Libération ce cri du cœur : « N’éclipsez pas les enfants ! ». L’auteure nous interpelle notamment sur l’attrait pédagogique de l’éclipse « N’est-ce pas l’occasion rêvée d’organiser des activités scientifiques pour les enfants ? Leur expliquer le fonctionnement d’une étoile, la différence avec un satellite naturel, le principe d’une orbite ? Non, attends, j’ai une meilleure idée. On n’a qu’à enfermer tous les mômes de France dans une pièce, fermer les volets et leur passer un Disney. Ha ! Bien fait pour eux » explique-t-elle en évoquant les consignes de certaines inspections académiques. Le dessinateur Jack Koch publie à ce sujet sur son site DangerEcole un dessin humoristiquement poétique évoquant la même idée.
On retrouve dans Le Figaro la même idée d’occasion manquée dans un article intitulé « Éclipse solaire : de nombreux écoliers français resteront confinés en classe » incriminant le manque de lunettes spéciales.
Les dessinateurs blogueurs s’en sont donné à cœur joie, soit qu’ils expliquent comment regarder l’éclipse même sans lunettes comme Sylvain Rivaud sur Rue89, soit, comme Fabrice Erre du blog Une année au lycée qu’ils résument en un dessin l’absurdité de la situation.
D’autant que pour ajouter à l’absurde de toutes ces recommandations et interdictions de dernière minute (une éclipse c’est prévisible très longtemps à l’avance), le mauvais temps pourrait bien gâcher le spectacle comme l’annonce 20Minutes.

PNG - 240.2 ko
L’événement du jour d’après - Le dessin de Jean-Marie Olaya

De ce fait, remercions l’Académie de Paris qui conseille sur Twitter de suivre plutôt la retransmission : « Le CNRS retransmet en direct et en toute sécurité l’#eclipse2015 Vendredi de 9h à 12h sur Dailymotion ».


Réformer toujours

La réforme du collège continue de se discuter. Mais pour l’instant aucune unanimité ne se dégage.
La Croix nous annonce que « L’Enseignement catholique approuve la réforme du collège » car la réforme convient bien à l’enseignement catholique comme l’affirme son secrétaire général Pascal Balmand. Dans le même temps, Le Café Pédagogique déclare dans un expresso qu’« A l’issue de la première réunion au ministère sur la réforme, les tensions sont plus fortes entre syndicats et avec le ministère. ». Dans un autre Expresso le Café Pédagogique évoque même l’idée que l’indépendance de l’Éducation nationale serait menacée par l’intermédiaire d’une demande de recadrage émanant de l’opposition et visant Le CSP (Conseil supérieur des Programmes) et le CNESCO (Conseil national d’évaluation du système scolaire).
Politis évoque la question d’« un collège unique sur mesure » se demandant si la réforme proposée répond « aux attentes en termes d’orientation générale et en matière de justice sociale » car « le collège est devenu une gare de triage. 20 % des 3,5 millions de collégiens y perdent pied chaque année. ».
Vousnousils mentionne une clarification du Ministère sur le « maintien des classes bilangues 6e assurant "la continuité de l’apprentissage" d’une langue » du primaire.


Privilèges ?

Selon Jean-Marie Le Pen, dont les propos sont rapportés par L’Express, le monde enseignant « surestime l’effort qu’il fait par rapport au reste de la nation ». Dans un bon travail d’investigation, le journaliste compare ces propos et les faits. Il remarque notamment que « Les profs français apprécieront sans doute d’être présentés comme des fonctionnaires privilégiés. Difficile d’estimer s’ils font des efforts à relativiser par rapport à ceux du "reste de la nation" comme le fait Jean-Marie Le Pen. Les chiffres de l’OCDE montrent néanmoins qu’ils sont loin d’être favorisés par rapport à leurs homologues d’autres pays ».
Sur son blog, Jean-Michel Zakhartchouk répond en analysant le programme du FN sur l’éducation au sujet duquel il se demande s’il est « Plus indigent que sinistre ou plus sinistre qu’indigent ». On n’ose répondre, on ne saurait le faire aussi bien que notre dessinatrice.

PNG - 159.1 ko
Le Pen à l’école - Geneviève Brassaud

En filigrane, les élections départementales au sujet desquelles L’Express titre « le prof est candidat FN ». Tout tient dans le chapeau « Ils sont plus d’une centaine à se présenter aux élections départementales sous les couleurs du Front national. Dans un milieu qui était un bastion de la gauche, cette percée ne passe pas inaperçue. D’autant que nombre d’entre eux en sont issus. »


Etrange

Oui, c’est étrange, alors qu’on évoque partout les valeurs de la République, donc logiquement la fraternité que L’Etudiant puisse encore titrer « Les étudiants étrangers toujours confrontés au casse-tête administratif ».
On y lit que « selon les chiffres de l’Unesco, la France reste le troisième pays d’accueil des étudiants internationaux en 2012, avec 271.000 étudiants reçus, et 62.200 titres de séjour délivrés aux étudiants. Ainsi, "si la circulaire Guéant n’a pas eu d’effet numérique, elle a eu un effet psychologique dévastateur", estime Antoine Grassin, directeur général de Campus France. Depuis son abrogation, plusieurs mesures facilitent la vie des étudiants étrangers, comme le renouvellement du titre de séjour de ceux qui deviennent salariés “ ». Du mieux, mais apparemment il faut encore progresser dans l’accueil.
D’autant que ToutEduc nous apprend que « le Défenseur des droits pourrait être prochainement saisi de la question de l’inscription des mineurs isolés étrangers dans les établissements scolaires à Paris. ». En effet, « les affectations dans les établissements scolaires dépendent dorénavant du passage des jeunes par la PAOMIE, la permanence d’accueil et d’orientation des mineurs isolés étrangers, déjà sévèrement critiquée par le Défenseur des droits” délais trop longs entre autre
“les conséquences pour les jeunes auxquels est refusée une scolarisation, "sont d’une certaine gravité", d’autant que "l’accueil provisoire d’urgence (’mise à l’abri’ durant cinq, voire treize jours) n’est toujours pas garanti à l’égard des mineurs isolés qui sollicitent une protection (...) Déjà contraints de ’vivre à la rue’, ou dans des conditions extrêmement précaires, l’empêchement de suivre un enseignement constitue non seulement une frustration supplémentaire, mais surtout une désespérance qui ne fait qu’accroître la situation de danger dans laquelle ils se trouvent.
 » D’autant que « Jean-Luc Rongé fait remarquer que "les nouvelles règles imposées par le CASNAV - et sans doute par le rectorat d’académie - constituent une violation du Code de l’éducation, et des conventions internationales garantissant l’instruction pour tous". Ces textes prévoient "qu’il ne peut y avoir d’obstacle à la scolarisation des enfants, voire même des personnes majeures". »


Petits plus

Pleins de petites informations circulent.
La Croix nous annonce que « les ministres européens de l’éducation se sont retrouvés mardi 17 mars à Paris pour rappeler leur rôle essentiel dans la défense des valeurs du Vieux Continent, mises à mal par les récents attentats en France et au Danemark ». D’ailleurs, Libération mentionne les ministres de l’Éducation française et danoise dans un collège pour évoquer les attentats.
Le Danemark, restons-y pour évoquer avec Slate ce professeur de sexologie qui souhaiterait « que les élèves, dès l’âge de 13 ans, [soient] autorisés à discuter d’images et de littérature pornographiques dans le cadre des cours d’éducation sexuelle. ». Buzz et scandale assuré !
20Minutes se concentre sur les « 350 collégiennes issues de ZEP, accueillies chez Microsoft pour casser les codes » à Paris.
L’Humanité a fait les comptes et dénonce fort justement « la grande supercherie » des moyens insuffisants dans l’éducation prioritaire.
A cela s’ajoute l’information de Libération concernant « le racket d’un certain nombre d’élèves ». Cela concerne « Les élèves d’Ile-de-France [qui] doivent payer 5 euros pour passer les épreuves du CAP et du BEP » car le SIEC en charge des examens et concours en Ile-de-France depuis 2008 a « demandé aux familles une participation aux frais d’affranchissement de 4 euros pour l’envoi en recommandé des diplômes ».
Libération toujours rappelle que les papas sont orphelins depuis le décès d’Alain Le Saux, auteur d’ouvrages pour enfants.
Enfin, une nouvelle qui réjouira ce soir de nombreux enfants ! Chers parents, Rue89, vous interdit d’aider vos enfants à faire leurs devoirs ! Pourquoi ? Car « les ingérences des parents ont surtout pour résultat de rendre les enfants plus anxieux qu’enthousiastes à propos de l’école. ». Pas convaincus ? Pourtant, « L’implication des parents dans les études de leur enfant n’a pas d’incidence sur sa réussite, rapporte The Atlantic. Au contraire, révèle une méta-étude américaine menée par les professeurs de sociologie Keith Robinson et Angel Harris  ».

Comme un clin d’œil à l’éclipse, en ce 120è anniversaire du tournage du 1er film de l’histoire du cinéma par Louis Lumière, je vous recommande le Voyage dans la lune de Méliès.
Emilie Kochert qui laissera la place à Pascal Thomas demain.

JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Ecole et milieux populaires
Revue n°520 - mars 2015

Le mythe de l’égalité républicaine, nous n’y croyons plus trop, nous savons bien que certains élèves «  sont plus égaux que d’autres  ». Nous ne sommes pas naïfs. Mais pour la plupart, enseignants et acteurs de l’éducation, nous pensons travailler à la promotion de tous et souhaitons souvent pouvoir «  compenser  » les inégalités.

Sciences et compétences - Pratiques au collège et au lycée
Ouvrage - février 2014
Dominique Courtillot et Évelyne Chevigny

Collection Repères pour agir, CRDP de l’académie de Montpellier - CRAP-Cahiers pédagogiques

Faire des sciences physiques et chimiques
Revue n°469 - janvier 2009

Travailler explicitement la dimension épistémologique et s’appuyer sur l’histoire des sciences, partir à la rencontre des sciences telles quelles se font, sans en masquer « l’aspect rugueux », ouvrir sur les grandes questions d’actualité... Il y a de quoi « faire des sciences » !