Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 19 février 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 19 février 2018

Lycée - Parcours sup - Prépa ou Bachelor - Points de vue -

Ce week-end, la presse commente le nouveau Bac, Parcours Sup et le Bachelor. Deux points de vue très différents sur la politique éducative et le show télévisé de Blanquer. Et si on se mettait à la place des lycéens dans leur diversité ?


Lycée

Quelques réflexions sur la réforme du Baccalauréat et du lycée.
Pour ceux qui on très peu de temps, une vidéo de Pierre MATHIOT sur le Baccalauréat.

Bac : les deux enjeux de la réforme
“En voulant un examen mieux connecté à l’enseignement supérieur et moins concentré sur les épreuves finales, le ministre de l’Education nationale va sans doute dans le bon sens. Mais gare aux effets pervers" estime la chercheuse Sophie Morlaix, Professeur des universités en sciences de l’éducation, directrice adjointe de l’Institut de Recherche sur l’Education (IREDU-UBFC) dans Libération.

Au milieu du gué
Communiqué du CRAP-Cahiers pédagogiques
“À quoi doit servir le baccalauréat ? A-t-on vraiment interrogé le sens et l’utilité de cette machine monstrueuse, de ce rite peut-être pas adapté à l’école du XXIe siècle ? Doit-il servir à certifier le niveau des jeunes en fin d’études secondaires ou à préparer leur poursuite d’études dans le supérieur ? Le ministre de l’Éducation nationale ne l’a pas dit, mais on peut se demander si l’anticipation de certaines épreuves n’a pas pour objectif d’asseoir l’orientation, voire d’instaurer la sélection, vers le supérieur sur la base des résultats.”

De Chevènement à Blanquer, trente ans de réforme du bac à la une de « Libé »
Malaurie Chokoualé nous plonge dans les archives du journal.
“Le bac, c’est un peu la croix que traîne chaque ministre de l’Education nationale. Une plongée dans les archives de Libé, et l’on en ressort avec une brassée de unes. Lionel Jospin, Claude Allègre, François Fillon… Aujourd’hui Jean-Michel Blanquer : ils ont tous essayé de toucher à « ce monument national », comme l’avait appelé Jack Lang. A chaque fois, le chemin a été compliqué, jalonné de manifs, d’effets d’annonce, de tentatives et de déceptions .
Le gouvernement renonce à imposer le « mode examen » sur les calculatrices.


Deux points de vues sur le CSP et le show télé

École : la bataille des programmes
« Démissions en cascade, fonctionnement opaque, le Conseil supérieur des programmes traverse une zone de turbulences. Un défi pour sa nouvelle présidente, Souâd Ayada. » Grâce à Mickaël Fonton de Valeurs Actuelles, je comprends mieux ce qu’est un "pédagogiste".

Et Samuel Gontier, dans Télérama, m’a fait rire en revenant sur le débat télévisé de Jean-Michel Blanquer, un islamo-gauchiste dans “L’émission politique”.


Parcoursup

Dans Public Sénat, François Vignal raconte comment : Face à l’urgence, députés et sénateurs s’entendent sur un texte commun. « Agir en concertation avec le gouvernement, sans mettre tous les étudiants dans la rue ».

Réforme de l’université : « Que va-t-il se passer pour les élèves quand le nombre de places en fac sera atteint ? » s’interroge Marie Piquemal dans Libération.
“Elèves, profs, conseillers d’orientation mais aussi enseignants-chercheurs… Tous sont en première ligne face à la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur, qui se met en place à toute vitesse. « Libération » leur donne la parole pour qu’ils racontent les bouleversements en cours.”

Parcoursup, accès à l’université :
Valérie Mazuir nous explique dans Les Echos ce qui change pour les bacheliers “Orientation renforcée au lycée, nouvelle plateforme Parcoursup pour remplacer APB, fin du tirage au sort… le projet de loi sur « l’orientation et la réussite des étudiants » vise notamment à réduire le taux d’échec en première année de fac.”


Prépas ou Bachelor ?

L’épopée des concours d’entrée des grandes écoles
« Les épreuves éliminatoires qui conditionnent l’accès aux grandes écoles ont une longue tradition en France. Un mode de sélection des élites qui, bien que critiqué, tend à se généraliser. » rappelle Pascal Galinier dans Le Monde.

Pourtant, à la Conférences O21/S’orienter au 21e siècle orgaisée par Le Monde, Christophe Michaut, enseignant-chercheur en sociologie de l’éducation à l’université de Nantes explique que : « Des préjugés empêchent les lycéens de postuler en classes prépas »
"Elles sont souvent perçues comme des formations très chères, très sélectives, et situées uniquement à Paris ou dans les grandes métropoles. Alors qu’elles sont gratuites, les places nombreuses et qu’il en existe dans de nombreuses villes moyennes."

Le bachelor, une alternative aux classes prépas ?
"De bons élèves que l’on trouvait habituellement dans les classes préparatoires sont tentés par ce nouveau programme en 3 ans après le bac, dont les débouchés diffèrent largement.
D’abord imaginés pour les étudiants ­internationaux, pour qui le système de prépa et de concours à la française est peu lisible, les bachelors attirent de plus en plus de jeunes Français de bon niveau que l’on avait l’habitude de trouver en classe préparatoire classique."

Polytechnique et Arts et Métiers ont créé des cursus postbac aux publics très différents
"Ces deux prestigieuses écoles d’ingénieurs ont créé chacune leur bachelor, un programme en trois ans. Mais tandis que l’un s’adresse aux bacheliers technologiques, l’autre entend attirer les meilleurs étudiants internationaux."


Les étudiants dans leur diversité

Etudiants et parents, deux vies en une
« Cinq pour cent des étudiants sont aussi parents. Reportage à Lille, où une crèche universitaire accueille les enfants pour permettre aux parents de décrocher leur diplôme. »

Service national universel : les jeunes veulent s’engager sans contrainte
Lycéens et étudiants mettent en garde contre le caractère obligatoire du SNU.
« Il faut faire confiance aux jeunes ! » Andreas Christin, 18 ans, élève de terminale en sciences et technologies du management et de la gestion et coprésident de la Fédération des maisons des lycéens répond au président de la République, Emmanuel Macron, qui a réaffirmé, mardi 13 février, que son quinquennat serait celui d’un nouveau « service obligatoire, ouvert aux femmes et aux hommes ». Chaque jeune Français devra s’engager plusieurs mois au service des autres, de la nation. « Mais peut-on parler d’engagement si c’est une obligation ?, interroge Andreas Christin. Il ne faut pas braquer sa jeunesse. »

Orientation : « Il faut rassurer vos parents, sans aller forcément dans leur direction » conseille Patrick Cottin, directeur de la Maison des adolescents de Nantes.

Revue proposée par Catherine Rossignol, demain, ce sera Géraldine Duboz.


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 542 - Bienveillants et exigeants
Dossier coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk
janvier 2018
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.

N° 541 - Les tâches complexes à la loupe
Dossier coordonné par Christophe Blanc et Florence Castincaud
décembre 2017
Depuis l’instauration du socle commun et l’incitation des enseignants à mettre en œuvre des «  tâches complexes  » dans leurs classes, on assiste à un foisonnement de propositions, personnelles et institutionnelles. Un dossier pour poursuivre la réflexion et nous aider à faire des choix pédagogiques et didactiques plus pertinents.

Et aussi, peuvent être utiles par les temps qui courent...

N° 532 - Justice et injustices à l’école
Dossier coordonné par Marie-Christine Chycki et Émilie Pradel
novembre 2016

L’école est traversée par tous les débats qui agitent la société. La question de la justice y est particulièrement vive et le sentiment d’injustice très prégnant chez tous les acteurs aux prises avec l’institution. Entre la subjectivité du sentiment et les conditions objectives des injustices vécues à l’école, quelles réponses pouvons-nous apporter ?

N° 530 - Former les futurs citoyens