Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 18 septembre 2014


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 18 septembre 2014

Education — Apprentissage — La rentrée — Divers


Pendant que les écossais s’interrogent....

JPEG - 148.1 ko
Le dessin de Geneviève Brassaud

nous réfléchirons sur l’éducation. L’annonce des assises de l’apprentissage se poursuit, et la rentrée universitaire est là, avec quelques infos diverses.


Education

Philippe Meirieu : "Protégeons l’école contre la marchandisation et l’individualisme". Son interview sur Ventscontraires.net.

Et à propos de pédagogie... , attention, attention, elle arrive à l’Université ! Au Canada, l’éducation est participative « L’image de Denis Bédard, professeur à la faculté d’éducation de l’université de Sherbrooke (Québec) et directeur du Centre d’étude et de développement pour l’innovation techno-pédagogique, résume bien la révolution lancée il y a quelques décennies dans les établissements canadiens : c’est celle d’un professeur-metteur en scène face à des étudiants acteurs qui montent sur scène plutôt que d’être spectateurs. La pédagogie participative est au cœur des méthodes adoptées. »
Éducation des filles : retour sur un siècle de stéréotypes à l’école. Un entretien avec « L’historienne et coauteure du livre La Fabrique des filles, l’éducation des filles de Jules Ferry à la pilule, Rebecca Rogers décrypte comment l’école enseignait aux filles à être de bonnes mères et épouses. »
Egalité filles-garçons : ressources pédagogiques, des ressources sur le site académique de Versailles.
Et un appel à contributiondans Calenda, publié le jeudi 18 septembre 2014 : « Éducation inclusive, la question de l’évaluation : des représentations aux pratiques évaluatives ».


Apprentissage

Même en Belgique on se préoccupe de nous en commentant l’étude de la DARES signalée hier dans la revue de presse, c’est gentil : Apprentissage : le modèle allemand difficile à importer en France, selon une étude.

Apprentissage, le gouvernement sonne le tocsin !. La tribune nous apprend que «  Des aménagements très ciblés du code du travail pourraient aussi être décidés pour faciliter l’embauche d’apprentis dans certaines filières, la boulangerie par exemple. Actuellement, l’interdiction du travail de nuit des mineurs empêchent les apprentis d’apprendre... à cuire du pain. »
Mobilisation générale pour l’apprentissage en Midi Pyrénées. « L’an dernier le nombre d’apprentis a reculé de 2.6% en Midi Pyrénées, Janine Loïdi la vice-présidente du conseil régional en charge de la formation professionnelle et de l’apprentissage répond à Jean Marc Perez. »
Le Nouvel Observateur nous rappelle que L’apprentissage forme toujours des plombiers mais aussi de plus en plus d’ingénieurs et managers : «  "La locomotive de l’apprentissage en France c’est quand même l’enseignement supérieur", se félicite Yves Cimbaro, président de l’Anasup, association nationale des centres de formation d’apprentis (CFA) du supérieur.  »
Les syndicats s’inquiètent de la concurrence de l’apprentissage. Les deux « voies » de formation puisent sur le même vivier, et le Café pédagogique titre : Enseignement professionnel : Les syndicats manifestent leur hostilité aux réformes.


La rentrée

La rentrée c’est aussi la rentrée universitaire, et le Figaro.fr étudiant nous donne Les chiffres clés de la rentrée universitaire 2014. «  La ministre de l’Education nationale et la secrétaire d’Etat chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche s’inquiètent également du mauvais fonctionnement de l’ascenseur social français. « Moins de 10 % des étudiants en master [sont] issus de familles modestes qui représentent, elles, 23 % de la population active », constate le communiqué, qui ajoute que le « système ne fait pas que reproduire les inégalités, il les aggrave. ». Il y a aussi 350.000 inscrits à la plateforme FUN. « Un autre nombre est mis en avant, celui des étudiants étrangers en France. Le total s’élève à 300.000 étudiants dont 50 % venant des pays francophones, 28 % de l’UE et deux pays d’origines sont majoritaires, le Maroc et la Chine. »

Et puis il y a ceux qui n’ont pu y rentrer : Les naufragés d’Admission post-bac à la recherche d’une place à l’université. Entre augmentation des tirages au sort et des sections à sélection cachées et actions ou non pour favoriser l’inscription en BTS des bacs pro, on ne peut pas dire que la transparence règne à l’entrée dans le supérieur.

Les études supérieures, un luxe ? par Marie Duru-Bellat

« Ce sont de vastes questions, débattues depuis longtemps par les spécialistes ; on ne saurait les écarter d’un revers de main en disant que l’Etat n’a qu’à payer ! En tout cas, on ne saurait considérer la population étudiante comme un tout homogène qu’il faudrait aider sans distinction. Selon leur milieu social, les étudiants s’engagent dans des études différentes dont le rendement sera très inégal, et leur sensibilité aux coûts engagés l’est tout autant. Ils peuvent aussi les aborder avec une perspective d’investissement ou plutôt de consommation immédiate, les enquêtes montrant que le statut d’étudiant continue d’être socialement attractif. Enfin mais ce n’est pas le point le moins complexe ni le moins important, derrière cette question de l’aide aux étudiants il y a celle de ce que fait l’Etat pour aider les jeunes, tous les jeunes, à entrer dans la vie adulte, étape dont on connaît les aléas et la longueur, et qui ne passe pas forcément par l’accès à l’enseignement supérieur.  »
En Belgique on se pose une question : Enseignement supérieur : réformer, mais pourquoi ?. « Assouplir la notion d’année universitaire, rendre l’université accessible au plus grand nombre, empêcher la concurrence entre établissements sont autant d’objectifs cités sans jamais être développés au regard d’une réalité économique et/ou sociale qui viendrait les justifier. »


Divers

«  Publication au JORF d’un décret définissant les missions, la composition et le fonctionnement des comités régionaux de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles (CREFOP).
Les comités régionaux de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles (CREFOP) permettent de rationaliser le nombre des lieux de concertation (par la fusion du conseil régional de l’emploi et du comité de coordination régional de l’emploi et de la formation professionnelle), d’étendre leur champ de compétences aux problématiques connexes de l’orientation et de mettre ainsi en place les conditions d’une véritable gouvernance quadripartite, qui conditionne l’efficacité des politiques conduites dans les territoires, en réponse aux attentes de la société civile et des usagers des services publics de l’emploi, de la formation et de l’orientation.
 »

Le Pôle numérique de l’académie de Créteil (Délégation académique au numérique, Canopé, CLEMI) propose un kit pédagogique pour accompagner l’entrée de l’Ecole dans l’ère du numérique, pour les référents numériques.


Demain, c’est Mila Saint Anne qui vous servira votre revue de presse du jour.

Bernard Desclaux


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Les portraits de Monique Royer


Hors-série numérique 35
Ils enseignent en classe d’accueil, au Liban, à des élèves handicapés. Ils utilisent un blog, de la couleur ou les volcans. Ils sont enseignants, chef d’établissement, journalistes. Ce sont dix-neuf portraits d’enseignants et d’acteurs de l’école que l’on découvre dans ce dossier

Enseignant : un métier qui bouge
N° 514 Coordonné par Michèle Amiel et Yannick Mével juin 2014

Tous les enseignants expérimentés le disent : ce n’est plus comme avant, le métier change. Allons voir de plus près ce qui évolue, comment le métier change, comment ces évolutions pourraient être accompagnées par l’institution, à toutes les échelles, en quoi elles vont dans le sens de l’essentiel : mieux faire apprendre les élèves.

École et territoires

Hors-série n°Cahiers d’Éducation & Devenir n° 21 - fevrier 2014

Publication disponible uniquement au format numérique (PDF), en téléchargement depuis notre site.
L’école doit devenir partie prenante des territoires afin que se bâtissent alliances et fédérations. Tous les temps et les lieux éducatifs dans le territoire peuvent contribuer à l’acquisition par tous d’un socle commun, à la réduction des inégalités.