Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 18 novembre 2013


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 18 novembre 2013

Redéfinir les missions des enseignants, un nouveau chantier pour Vincent Peillon - Rythmes - Numérique éducatif - Les niches du Socle.

Redéfinir les missions des enseignants, un nouveau chantier pour Vincent Peillon

Aujourd’hui, 18 novembre 2013, le ministre de l’Éducation Nationale ouvrait un nouveau "grand chantier" : celui de la définition du métier d’enseignant. Sous le titre "Vincent Peillon met en chantier la définition du métier de prof", Le Monde précise le cadre de la négociation.
"Qu’est-ce qu’un enseignant aujourd’hui ? Un détenteur de savoirs, capable de les transmettre à une époque où ceux-ci sont accessibles à tous ? Un éducateur, un animateur, un chef de projets, un "gendarme", un assistant social… ? Le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, a décidé d’apporter sa réponse. Ou en tout cas de la mettre en débat avec les fédérations syndicales, invitées à la table des négociations, rue de Grenelle, à compter de lundi 18 novembre. (...)
L’idée n’est pas de s’attaquer au "temps de service" de dix-huit ou de quinze heures – ce qui soulèverait un tollé syndical –, mais d’établir la liste de toutes ces missions."

Dans le Café pédagogique, Claude Lelièvre fait un petit rappel historique "Vous avez dit « statut des enseignants » ?" et souligne que dans les décrets du 25 mai 1950, "il n’a jamais été question en l’occurrence des ’’enseignants’’ dans leur ensemble, mais uniquement des professeurs du secondaire. Et, à l’origine, cet ensemble de décrets n’a nullement été considéré comme un ’’statut’’, mais comme une simple mise en ordre."

JPEG - 98.2 ko

Le Nouvel Observateur annonce "Peillon veut réformer le métier d’enseignant", et cite le ministre : "J’ouvre ce chantier, comme je l’ai fait [en rétablissant] la formation des enseignants, pour qu’on redonne aux enseignants les moyens d’être le coeur battant de la République", a-t-il affirmé.". Ce sont donc treize groupes de travail sur les métiers des personnels de l’éducation qui ont commencé leurs travaux aujourd’hui.
Les échéances ? Le ministre souhaite que les discussions "se concluent soit à la mi-décembre pour un certain nombre de métiers, soit les derniers à la mi-février".

La Croix présente également "Le statut de l’enseignant, l’autre dossier brûlant de Vincent Peillon" et rappelle quelques unes des pistes de travail : "Plusieurs leviers pourront toutefois être actionnés. Tout d’abord, l’annualisation du temps de travail. En effet, un grand nombre d’heures de cours ne sont pas données les semaines où les élèves sont en stage ou en examen. L’idée serait de les redéployer au moment où les élèves en ont besoin.
Surtout, le gouvernement voudrait faire varier l’importance des heures passée en classe. Un enseignant qui travaille en zone d’éducation prioritaire aurait ainsi moins d’heure de cours, afin de se concentrer davantage sur le temps « hors classe » avec les élèves. Un barème, avec coefficient, pourrait aussi être instauré pour moduler la valeur du temps passé dans l’établissement, dans lequel certaines activités seraient facultatives, mais rétribuées par des indemnités."


Rythmes

Rythmes scolaires : Peillon "toujours prêt à faire les aménagements" de la réforme titre le site VousNousIls, citant largement le ministre, invité du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI ce dimanche.
_ "(...) le ministre de l’Education natio­nale a réaf­firmé sa volonté de ne pas repor­ter la mise en place du dis­po­si­tif, mais a indi­qué être "tou­jours prêt à faire les aménagements".
Selon Vincent Peillon, les dif­fi­cul­tés ren­con­trées par la réforme sont dues au fait que "les uns et le autres dans la concer­ta­tion, ont demandé des choses [...] qui ne vont pas ensemble", pré­ci­sant que "tout le monde a été asso­cié plu­sieurs années" à la réor­ga­ni­sa­tion du temps sco­laire."


Le numérique éducatif

Structurer la filière industrielle du numérique éducatif : Un enjeu pédagogique et industriel. C’est le titre d’un entretien avec Michel Perez, IGEN, publié par le site Educavox à la suite de la remise d’un rapport demandé par quatre ministère (ce qui est suffisamment rare pour être souligné !).
"C’est un rapport particulièrement documenté qui a été remis le 24 septembre aux quatre ministres qui l’ont sollicité auprès des inspections générales de leurs ministères. La lettre de mission signée par Vincent Peillon, Pierre Moscovici, Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin, conditionne le "développement du numérique dans la sphère éducative" à la "structuration de la filière industrielle du numérique éducatif" qui "tarde à émerger". "
"(...) Il s’agit donc en particulier de "déterminer les axes de développement de la transition numérique pour les acteurs de la filière pédagogique", et de "formuler des recommandations quant aux modèles économiques les plus pertinents à développer"."
Le rapport et ses annexes sont en ligne.


Les niches du Socle

"Homer Simpson obtient une promotion canapé rue de Grenelle" : c’est le titre humoristique qu’a choisi Mara Goyet pour évoquer dans son blog l’importance de la culture populaire et l’intérêt qu’il y a pour les enseignants à s’en emparer...
"Il est un endroit inattendu où le socle des connaissances se niche. Il est sous nos yeux, nous n’y prêtons pas assez attention. Chez les Simpson. (...)
Évidemment, quand nous sommes devenus profs, notre rêve n’était pas d’entretenir une relation suivie avec Homer (ce que j’ai pu être exaspérée quand j’ai débuté). Mais c’est ainsi. En tenir compte, ce n’est ni déroger, ni s’abaisser. Aucune fourche de Canossa de Claudine. C’est faire correctement notre métier, opter pour le principe de réalité, accepter de faire un détour canapé (hum).
"

A demain pour une nouvelle revue de presse sous la plume acérée de Laurent Fillion.

Mila Saint Anne


JPEG - 59.9 ko

 

Dans la Librairie des Cahiers pédagogiques