Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 16 avril 2014


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 16 avril 2014

Langues - Programmes et Réforme - Orientation - Pour finir


En ce jeudi, l’actualité est essentiellement tournée vers la loi renseignement mais quelques algorithmes continuent de s’intéresser aux langues à l’école, encore aux nouveaux programmes et à la réforme du collège mais aussi à l’orientation des élèves.


Langues à l’école

RFI s’intéresse à l’enseignement du créole dans l’hexagone en relation avec les futures épreuves du bac.
Et Fabula annonce la tenue d’un colloque international sur les « Innovations pédagogiques dans l’enseignement des langues étrangères ».
Mais il est surtout beaucoup question des langues depuis l’annonce de la réforme du collège, qu’elles soient anciennes ou non. Depuis hier, ce sont les sections européennes qui sont sur toutes les antennes. Ainsi, TF1 titre « très demandées, les sections européennes vouées à disparaitre » son reportage pourtant relativement mesuré.
RTL se veut alarmiste en titrant « la fin des classes européennes suscite la discorde » citant au passage Jean-Marc Ayrault. L’ancien Premier ministre a en effet évoqué ses inquiétudes hier concernant notamment l’enseignement de l’Allemand. Nos voisins de Vousnousils closent cette inquiétude en publiant sa réaction « à cette lettre de la ministre en saluant dans la soirée son « sens du dialogue ». « Je souhaite la réussite de la réforme du collège. S’agissant de l’enseignement de l’allemand, les choses ont avancé dans la bonne direction », ajoute l’ancien Premier ministre dans une déclaration à l’AFP. »
Que dit la Ministre dans sa lettre ? C’est 20Minutes qui nous l’apprend. « « J’ai décidé qu’à compter de la rentrée 2016 l’apprentissage de la première langue vivante étrangère commencerait dès le cours préparatoire (CP) pour tous les élèves. Cet enseignement continu tout au long de la scolarité obligatoire contribuera à élever le niveau des élèves français en langue vivante étrangère, à l’oral comme à l’écrit ». »

JPEG - 51.8 ko
Jean-Marc Ayrault et la réforme du collège, dessin de Jimo

Mais alors ? Supprimées ou pas les classes bilangues et euros ? C’est AEFEducation qui répond en partie à cette question dans un article réservé aux abonnés. On découvre que les « Igen et IGAENR proposent quatre scénarios à la ministre
de l’Éducation nationale dans un rapport intitulé "Classes bi­langues, sections
européennes ou de langues orientales en collège", daté de décembre 2014 et
publié le 14 avril 2015. "Quel que soit le scénario retenu, la difficulté sera de
ne pas dégrader l’objectif pédagogique pour des enjeux purement budgétaires",
préviennent les inspections. »
Puis vient la liste et des commentaires sur ces scénarios proposés et notamment « supprimer les classes bi­langues et les Selo et généraliser le démarrage de la LV2 en classe de 6e.[...] proposer deux parcours linguistiques explicitement distincts ».


Programmes et Réforme

Côté langues, l’autre actualité c’est aussi les projets de programmes des cycles 2 et 3. Christine Reymond les commente pour le Café pédagogique. Elle n’en a visiblement pas une bonne impression puisqu’elle dit que « Selon les programmes, les élèves sont chaque année meilleurs. Les élèves devaient être validés A2 en troisième. Les nouveaux programmes prévoient maintenant qu’ils valident au moins deux activités langagières sur cinq au niveau B1. Quand on constate que beaucoup d’élèves de terminales n’ont toujours pas atteint le niveau B1 au bac, on peut avoir des doutes.... ».
Pour les programmes de sciences, l’impression de Marie-Camille Couderc sur son blog est plus optimiste. Pour ses matières, elle reconnait « être contente que les programmes me laissent plus de marge pour ma pratique personnelle. La question qui m’intéresse n’est pas tant « comment bouge le cadre ? » mais « que vais-je faire à l’intérieur ? ». ».
Mattea Battaglia et Matteo Maillard présentent dans Le Monde « les principales nouveautés ». « leur rédaction a été allégée par rapport aux moutures précédentes (2002 et 2008), et si leur formulation se veut plus accessible – les rédacteurs du Conseil supérieur des programmes (CSP) ont fait l’effort de se placer plus du point de vue de l’élève que du professeur –, les nouveautés, pour le néophyte, ne sont pas simples à percevoir ni à comprendre. », qu’on les rassure, les enseignants non plus ne voient pas la révolution, mais bien des avancées et des changements.
Côté réforme, ça ne s’apaise pas. ToutEduc publie d’ailleurs « Les explications de vote des membres du CSE ».
Dans L’Express, Claire Krepper, secrétaire nationale du SE-Unsa publie une tribune favorable à la réforme « parce que le collège d’aujourd’hui est injuste socialement et inefficace pédagogiquement. »
Les opposants se regroupent. Le Snalc qui appelait initialement à une grève le 13 mai a changé sa date pour le 19 et annonce, c’est le Café Pédagogique qui nous le dit, une grève intersyndicale contre la réforme du collège le mardi 19 mai.« De nouvelles associations professionnelles manifestent leur hostilité à la réforme du collège proposée par la ministre ».
Le Point titre donc « 5 syndicats appellent à la grève » en détaillant « La FSU, FO, le SNALC, la CGT et Sud appellent les enseignants à faire grève le 19 mai contre la réforme de Najat Vallaud-Belkacem. ».


Orientation

Le site de l’Agence Régionale de la Formation tout au long de la Vie rend compte d’une conférence sur le thème « Orienter au 21ème siècle ? ». « Sa présentation propose rien moins que de renverser le paradigme de l’orientation en prenant comme point de départ la connaissance de l’existant plutôt que la connaissance de soi, ce qui implique pour le conseiller de renoncer à son rôle d’expert et pour la personne à l’idéal du « métier qui est fait pour moi ». »
Au Service de psychologie et d’orientation, les étudiantes et étudiants de l’UdeS peuvent consulter des psychologues et conseillers d’orientation pour les accompagner dans leur parcours universitaire. Des activités de groupes sur différents thèmes sont également offertes et plusieurs chroniques sont accessibles.
https://www.usherbrooke.ca/etudiants/psychologie-et-orientation/ Mais ça, c’est au Québec.

JPEG - 79 ko
Psycho CIO, dessin de Geneviève Brassaud

Et en Algérie : « L’orientation scolaire "pertinente" renforce les chances de réussite de l’élève » explique l’Algérie Presse Service. Et donc, « L’orientation scolaire constitue un "trait d’union entre l’école, la formation professionnelle et le monde du travail", a indiqué Mme Benghebrit lors des journées portes ouvertes sur l’orientation scolaire qui se tiennent du 14 au 18 avril courant, estimant que l’orientation pertinente de l’élève renforce les chances de réussite dans la vie et d’insertion au sein de la société". Elle a précisé que l’orientation scolaire était désormais "au centre des préoccupations" du ministère, appelant à laisser à l’élève la liberté de choisir la filière qu’il désire suivre.” »


Pour Finir

Deux informations, une plus légère et une très importante à rappeler.
Comme Patrik Juvet, Campus peut chanter « Où sont les femmes ? » « Pas dans les programmes du bac littéraire
Il existe un type de sujet auquel les élèves de terminale littéraire échappent, depuis plus d’une dizaine d’années dans leur deux heures de cours de littérature hebdomadaires : l’étude de l’œuvre d’une femme.
Ce constat indigné, c’est la blogueuse Maureen Wingrove, illustratrice et auteure de bande dessinée, qui le fait dans un post drôle et corrosif intitulé « Femmes de lettres, je vous aime ».
 »
Le Parisien rapporte un « message d’espoir : réussir en sortant d’un collège classé en réseau d’éducation prioritaire (REP), c’est possible ! ». D’anciens élèves sont venus raconter leur réussite professionnelle aux nouveaux collégiens de Charles-Fauqueux à Beauvais. Le journal explique que « Le discours des anciens est bien passé auprès des jeunes ». L’un ’d’eux raconte « Je suis la preuve vivante qu’on peut réussir en étant issu d’un quartier dit sensible et d’un collège pas forcément très renommé, lâche-t-il dans un large sourire. Je ne suis pas là pour dire que tout est facile. Des obstacles, les jeunes d’ici en rencontreront. L’idée c’est de leur dire que ces obstacles ne sont pas insurmontables, même quand on vient d’un milieu social défavorisé... ».

Sur ces paroles optimistes, je vous laisse demain avec Guillaume Caron.
Emilie Kochert


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Le sens de l’orientation
Revue n°504 - mars 2013

Comment adapter l’éducation à l’orientation aux besoins de chaque élève, en prenant en considération les plus fragiles ? Comment concilier les compétences et le rôle de chaque acteur ? Comment éduquer à l’autonomie, développer l’estime de soi dans un système qui aiguille le plus souvent uniquement en fonction des résultats scolaires ?

Ecole et milieux populaires
Revue n°520 - mars 2015

Le mythe de l’égalité républicaine, nous n’y croyons plus trop, nous savons bien que certains élèves «  sont plus égaux que d’autres  ». Nous ne sommes pas naïfs. Mais pour la plupart, enseignants et acteurs de l’éducation, nous pensons travailler à la promotion de tous et souhaitons souvent pouvoir «  compenser  » les inégalités.