Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mardi 15 octobre 2013


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mardi 15 octobre 2013

Enseignement supérieur - Réforme, changement - Discriminations

Entre le numérique, la concurrence, la fatigue des jeunes étudiants et le harcèlement des doctorant(e ?)s, l’Université a de quoi s’interroger. Mais le secondaire n’est pas en reste : comment changer, et que changer ? Et pour finir deux flashs sur la discrimination, ici et aux USA.

Enseignement supérieur

Le Parisien propose l’interview de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Geneviève Fioraso : Le numérique à la fac… c’est FUN ? 12 millions d’euros financeront le développement des MOOCs pour révolutionner l’enseignement à la fac. Elle y détaille les objectifs multiples de cette plateforme.
Le Monde Informatique rapporte la visite de l’Université Pierre et Marie Curie par la même Geneviève Fioraso, et Guy Mamou-Mani, président de Syntec Numérique : La formation IT, un enjeu majeur pour le gouvernement. Les métiers du numérique représentent 700 000 emplois à pourvoir en Europe. Voir cet article.

JPEG - 24 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Mais y a pas que le numérique qui pose problème dans l’enseignement supérieur, il y a aussi les concurrences physiques. La 3 du Languedoc-Roussillon nous apprend qu’à Béziers : le centre libre portugais fait sa rentrée. « Le centre libre d’enseignement supérieur international portugaise Fernado Pessoa accueille 75 étudiants depuis lundi matin. Elle forme des dentistes et des kinés au prix fort : 9500 euros le cursus. L’ouverture de ce centre privé à Béziers reste très controversée. »

Autre problème et pas des moindres, Le Figaro annonce Etudiants, et déjà usés psychologiquement. « A la mi-mai, la Smerep avait tiré la sonnette d’alarme : les étudiants, selon l’enquête de la mutuelle, montrent tous les signes d’une « usure psychologique ». Si 88 % se disent en bonne santé, 66 % d’entre eux sont stressés. Un étudiant sur deux (51 %) a perdu confiance en lui, estime qu’il n’est « bon à rien ». La même proportion (49 %) confie tristesse, déprime ou manque d’espoir... »
Et toujours le Figaro qui signale un rapport du Sénat dénonce le harcèlement sexuel à l’université. « La sénatrice, Françoise Laborde, met en garde contre des dérives qui peuvent arriver entre les doctorantes et leur directeur de thèse. Et demande une évaluation du phénomène... Car c’est la nature de la relation élève-professeur qui est au centre du débat. Réunion de travail régulière en tête à tête, séduction intellectuelle, « une certaine forme de séduction intellectuelle est inhérente à la relation qui existe entre un doctorant et son directeur de thèse, qu’il s’est choisi et qui exerce sur lui un certain ascendant », développe le rapport.  »


Réforme, changement

Sur France info, dans Question d’éducation : Réformer l’école, mission impossible ? se demande Davidenkoff. Il propose un excellent résumé du livre d’Antoine Prost : Du changement dans l’école. Les réformes de l’éducation de 1936 à nos jours. Le Seuil, 2013. Mais si vous avez le temps n’hésitez pas à plonger dans ce livre. Davidenkoff conclut par « On retrouve là l’idée que porte Ken Robinson, ce chercheur en éducation anglais dont nous présentions le livre la semaine dernière, idée selon laquelle la révolution scolaire viendra par la base. ».
L’est-Républicain donne la parole à un proviseur en colère. Il s’agit du secrétaire général du puissant syndicat des chefs d’établissement (SNPDEN) qui dresse un bilan sans concession de la rentrée... et réclame une forme d’autonomie de recrutement des enseignants… « Pour tourner le dos à « la gestion bureaucratique des enseignants, et sans révolutionner le système, on peut imaginer des postes à profil, avec une commission académique qui vérifierait l’adhésion des candidats au projet d’établissement », avance Philippe Tournier. Iconoclaste ? »
Les Echos ont aussi leur point de vue, et ils l’affirment dans un long article qui se voudrait un témoignage : L’Éducation nationale malade de son État. « LE CERCLE. Les réformes et autres "refondations" de l’école s’obstinent à appliquer des mesures de transformation au niveau national, ce qui relève d’un problème très français, la centralisation à outrance, même pour des questions que l’on résoudrait sans doute mieux, plus finement, en décentralisant leur gestion. L’école changera d’abord et avant tout si l’on territorialise les solutions à ses problèmes.  »
Le Café pédagogique propose un long interview détaillé de Rachel Gasparini qui vient de publier "La discipline au collège. Une analyse sociologique de la note de vie scolaire (PUF)" : La note de vie scolaire, bouc-émissaire des contradictions du collège.
Et pendant ce temps, La Croix nous signale qu’un rapport de l’éducation nationale critique les pratiques de notation des élèves.
Dans l’Ecole de demain, Anthony Lozac’h propose une analyse de ce rapport dans un article intitulé : La notation et l’évaluation des élèves : vers une révolution ?. Pour les gros lecteurs, je vous recommande la lecture du rapport de 2005, qui pour la première fois, à ma connaissance, remettait en question la notation à la française : Les acquis des élèves, pierre de touche de la valeur de l’école ?

Et Vincent Peillon s’attaque au lycée professionnel d’après Le Monde. « Les « campus des métiers et des qualifications » regroupent, dans un même lieu ou en réseau, des acteurs de la formation professionnelle – lycées professionnels, centres de formation d’apprentis (CFA), IUT, BTS, etc. –, des laboratoires de recherche et des entreprises, autour d’une thématique industrielle.  » L’objectif est d’en implanter au moins un par région.


Discriminations

Dans le Haut-Doubs, Léonarda 15 ans : arrêtée et expulsée pendant une sortie scolaire. Les réseaux sociaux d’hier se sont emparés de cette affaire. Aujourd’hui « La Préfecture du Doubs, par la voix de son secrétaire général, explique, que c’est la mère de famille qui a souhaité rejoindre son mari expulsé de France la veille. C’est à sa demande que les policiers ont été chercher Léonarda. La famille avait épuisé toutes les voies de recours. L’heure de départ de l’avion expliquant cette intervention en pleine sortie scolaire. » Ceci est rapporté par la 3 Franche-Comté.
Et le Nouvel Observateur nous indique qu’aux USA, la Cour suprême dira si interdire la discrimination positive est constitutionnel.

Bonne soirée et bonnes lectures. Demain ce sera Ostiane Mathon qui vous concoctera votre revue de presse.

Bernard Desclaux