Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du jeudi 14 novembre 2013


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du jeudi 14 novembre 2013

Rythme au pas de deux - Décrochage - Orientation - Lecture


En rythme la grève, pas de deux

Le Café pédagogique, dans son Expresso du jour, fait le point sur la deuxième journée de grève dans l’éducation et s’interroge : « Que pèsent ces deux journées ? L’étalement du mouvement sur deux journées, le fait que les trois premiers syndicats n’appellent pas clairement à une grève nationale ont limité l’impact du mouvement. Il est cependant important même s’il est minoritaire. Car, si dans de nombreux départements les mouvements ont été nuls ou très faibles, dans une dizaine de départements au primaire le mécontentement des professeurs des écoles est à son comble. »

L’Express parle d’une fronde contre les rythmes scolaires et se demande qui sont ces parents sous leurs "gilets jaunes" ? Et le Bien Public de Côte-d’Or - éducation confirme que les choses ne sont pas aussi monolithique qu’annoncé parfois, puisqu’il y a aussi des gens contacts, mais si, mais si.

Des parents très remontés contre les rythmes scolaires, on en trouve toutefois également en Côte d’Or, sur France bleu : « Près de quatre-vingts parents ont manifesté contre la réforme des rythmes scolaires à Dijon. Ils campent sur leurs positions : la semaine de quatre jours et demi a été trop vite appliquée et fatigue les enfants. Ils demandent l’abrogation des mesures appliquées dans 4000 communes françaises. »


Notre beau système

FranceTVInfo se demande "Qui sont les décrocheurs scolaires ?". Et leur portrait se précise avec une étude de l’INSEE France, (portrait social - Insee Références - Édition 2013)
« Ainsi, l’Insee estime qu’un quart des élèves entrés en 6e en 1995 sont des décrocheurs. Parmi eux, huit sur dix n’ont pas du tout de diplôme de l’enseignement secondaire, et deux sur dix seulement ont un BEP ou un CAP. »
Difficultés scolaires, origine sociales modestes et parfois événements difficiles sont en cause selon le rapport. A noter « qu’un cinquième des décrocheurs sont passés par des enseignements spécialisés au collège, notamment par une Section d’enseignement général professionnel adapté (Segpa). »

JPEG - 77.3 ko
Le dessin de Fabien Crégut

Cette info est à rapprocher de l’étude d’hier de la DEPP au titre explicite : "Le déroulement de la procédure d’orientation en fin de troisième reste marqué par de fortes disparités scolaires et sociales." La DEPP indique que « Les conseils de classe ne corrigent pas à la hausse les demandes d’orientation des élèves issus des milieux sociaux les moins favorisés. » Jusqu’à présent cet argument était utilisé pour maintenir la procédure d’orientation : les enseignants contrebalançant le peu d’aspiration des familles modestes… Poussez-vous, y a un mythe qui tombe !

Pour terminer, parlons lecture. Il y a deux jours, Claude Lelièvre commentait une étude américaine de Michaël Thomson, aux propositions iconoclastes pour les garçons, et il rappelait que « Dans tous les pays, les pourcentages de mauvais lecteurs sont nettement plus importants pour les garçons que pour les filles. En France, 26% des garçons (plus d’un garçon sur quatre !) et 14% des filles n’atteignaient pas, en 2009, le niveau de compétence 2 en lecture, considéré comme « le minimum à atteindre pour réussir son parcours personnel ». » Un problème assurément international, mais plus accentué en France.

A demain pour une revue toujours nouvelle, sous le clavier de Lionel Jeanjeau.
Bernard Desclaux


JPEG - 59.9 ko

 

Dans la Librairie des Cahiers pédagogiques

L’orientation, de qui est-ce l’affaire ?

"Le sens de l’orientation".