Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 12 février 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 12 février 2018

Déroutant ministre — Méritocratie ? — Les oubliés — Mathématiques — Sourires

Un portrait de Jean-Michel Blanquer. Divers commentaires sur Parcours Sup toujours, et sur la réforme du Bac. L’enseignement des mathématiques. Et les oubliés : les zones rurales, la maternelle et l’enseignement professionnel. Plus quelques réflexions et sourires, pour ceux qui ont le temps, en zone A.


Déroutant ministre

Si vous avez peu de temps, regardez simplement ce portrait de notre ministre sur France 2 « Jean-Michel Blanquer souvent considéré comme nostalgique qui s’autoproclame pourtant progressiste. »
Portrait qui annonce le duel de « L’Émission politique » : Blanquer face à Corbière
Selon Le Point, « Le député de La France insoumise débattra avec le ministre de l’Éducation, invité principal de l’émission de France 2, le jeudi 15 février. »
« Alexis Corbière, ancien professeur d’histoire en lycée professionnel, se montre particulièrement engagé contre la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur et sa plateforme ParcourSup, dénonçant la mise en place d’une « sélection à l’université qui ne dit pas son nom ».


Méritocratie ?

Avis partagé par Thomas Piketty : « Parcoursup : peut mieux faire »
Dans sa chronique au « Monde », l’économiste exprime certaines réserves sur la mise en œuvre de la nouvelle plate-forme d’inscription post-bac. « Le problème est qu’il existe un gouffre béant entre les proclamations méritocratiques officielles et la réalité ».
« Pourquoi les évolutions du baccalauréat aggraveraient-elles les inégalités ? » demandait l’Humanité du 5 février.

Pour répondre aux questions des bacheliers, et « aider les indécis, plusieurs diocèses et mouvements catholiques proposent aux lycéens et jeunes étudiants de participer à des sessions de discernement professionnel. » , l’Eglise au service des jeunes signale LA CROIX.

Claude Lelièvre était l’invité de l’émission La marche de l’histoire sur le thème Au-delà du bac, les bacs. 29 minutes pour réfléchir !


Les oubliés : les apprentis, les ruraux et les petits

On en oublierait presque l’apprentissage au sujet duquel, selon le Café Pédagogique, « les arbitrages gouvernementaux sont déjà contestés » par les régions qui « soulignent les insuffisances du financement ».

« Depuis quelques jours, la fronde gagne les écoles rurales : élus, enseignants et parents d’élèves protestent contre les nombreuses fermetures de classes prévues pour la rentrée 2018, afin de libérer des postes pour les dédoublements de CP et CE1 en éducation prioritaire, dans les villes ».
Les écoles rurales sacrifiées pour ouvrir des doubles classes en ville  ? questionne Sud-Ouest.fr.
""Les classes rurales sont les sacrifiées de la prochaine rentrée", s’indigne Dominique Dhumeaux, vice-président de l’association des maires ruraux de France."

De la pertinence de la scolarisation à deux ans… Paul Devin fait le point sur l’état de la scolarisation dès deux ans. « Pour le ministre de l’Education nationale, l’école pour les deux ans n’est pas une solution pertinente… Faut-il se ranger derrière cet avis qu’il prétend fondé sur le pragmatisme ? »


Mathématiques

Vingt et une pistes pour une « nouvelle politique » de l’enseignement des maths
Le rapport Torossian-Villani, qui doit être remis lundi 12 février, veut replacer le calcul et les automatismes à tous les niveaux de la scolarité.
Egalement dans Le Monde :
« L’enseignement des mathématiques ne doit pas avoir vocation à former une élite » « Le directeur de recherche " Etienne Ghys regrette que les maths souffrent d’un « déficit d’image ».
« Sans contester le manque d’appétence des élèves français pour les mathématiques, Etienne Ghys, directeur de recherche (CNRS) à l’Ecole normale supérieure de Lyon, plaide pour que l’on fasse confiance aux enseignants pour y remédier. Il partage certaines des pistes identifiées par la mission « Villani-Torossian » pour redonner de l’élan à l’enseignement de cette discipline perçue comme élitiste en France. »


Sourires

L’art de l’insulte chez les jeunes filles
« Après avoir enquêté sur l’entrée dans la vie amoureuse et la sexualité, la sociologue Isabelle Clair a décortiqué le rôle des insultes – y compris sexistes – qui peuvent fuser entre filles à cet âge. »

Drogues licites et illicites : les addictions des jeunes sont en baisse par Luc Cédelle.
« Est-ce le début d’une victoire historique ou seulement une éclaircie ? Les dernières données disponibles, sur 2017, montrent un net recul du tabagisme chez les jeunes. Parallèlement, la consommation d’alcool et celle de cannabis diminuent aussi de manière significative. »

Enfin, si vous voulez découvrir qui était Papino 108 selon les élèves de Fabrice Erre.
Bonnes vacances à la zone A.

Catherine Rossignol


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 542 - Bienveillants et exigeants
Dossier coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk
janvier 2018
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.

N° 541 - Les tâches complexes à la loupe
Dossier coordonné par Christophe Blanc et Florence Castincaud
décembre 2017
Depuis l’instauration du socle commun et l’incitation des enseignants à mettre en œuvre des «  tâches complexes  » dans leurs classes, on assiste à un foisonnement de propositions, personnelles et institutionnelles. Un dossier pour poursuivre la réflexion et nous aider à faire des choix pédagogiques et didactiques plus pertinents.

Et aussi, peuvent être utiles par les temps qui courent...

N° 532 - Justice et injustices à l’école
Dossier coordonné par Marie-Christine Chycki et Émilie Pradel
novembre 2016

L’école est traversée par tous les débats qui agitent la société. La question de la justice y est particulièrement vive et le sentiment d’injustice très prégnant chez tous les acteurs aux prises avec l’institution. Entre la subjectivité du sentiment et les conditions objectives des injustices vécues à l’école, quelles réponses pouvons-nous apporter ?

N° 530 - Former les futurs citoyens