Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 11 septembre 2013


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 11 septembre 2013

Enseignant innovant, enseignant méritant ?

Une revue un peu particulière, focalisée aujourd’hui sur un seul sujet : l’innovation, avec l’annonce faite aujourd’hui d’une possible récompense sous forme de haute distinction nationale adressée aux enseignants innovants.

Dis-moi comment tu innoves et je te dirai comment tu seras récompensé

Dans notre grande maison Éducation nationale, nous connaissions déjà les Palmes académiques, distinction honorifique récompensant l’implication dévouée et rayonnante de certains enseignants. Selon l’expresso du jour du Café pédagogique nous apprenons qu’il serait aujourd’hui question d’aller un cran plus loin en proposant également un certain nombre d’enseignants innovants particulièrement méritants, à la candidature pour deux autres décorations nationales et non des moindres, puisqu’il s’agit de l’ordre du Mérite et de la Légion d’honneur et ce, dès le printemps 2014. En réalité, cette année déjà, suite aux journées de l’innovation organisées à l’Unesco, cela a déjà été le cas pour quelques-uns d’entre eux. Il s’agirait donc maintenant et publiquement d’officialiser cette nouvelle pratique de récompense honorifique.

JPEG - 92 ko
Le dessin de Fabien Crégut

On ne peut que se réjouir du fait que l’innovation soit ainsi encouragée et valorisée par le Ministre de l’éducation nationale lui même. Le système doit évoluer, les études nationales et internationales l’indiquent très clairement et l’innovation demeure un des facteurs essentiels de changement. Voilà donc un signal fort envoyé aux enseignants comme à la nation tout entière. Néanmoins, quelques points de vigilance s’imposent, soulevant d’emblée un faisceau de questions dont les réponses ne sont pas si évidentes qu’il y paraît.

1/ Qu’est-ce que l’innovation, comment la caractériser et en mesurer l’impact réel sur les apprentissages des élèves ?
2/ Comment qualifier le mérite et ne passe-t-il que par la capacité à innover technologiquement ?
3/ Dans un monde scolaire de plus en plus compétitif, ce type de récompense ne risque-t-il pas de générer conflit et frustration et de faire oublier notre mission première à savoir le service aux élèves (et non la servitude à la reconnaissance) ?
4/ A l’heure d’internet, des réseaux d’échanges et des apprentissages collaboratifs qu’ils autorisent, n’est-il pas paradoxal de récompenser nominativement là où les choses se jouent collectivement ?
5/ Enfin, l’innovation est-elle le seul facteur de changement et n’y a-t-il de méritant que le seul fait d’être un enseignant innovant ?...

En synthèse je dirais volontiers : l’innovation récompensée, CHOUETTE ! mais prudence de n’oublier ni l’innovation timide et ordinaire, ni l’innovation collective, ni toutes autres formes de pratiques et de réflexions professionnelles méritant elles aussi d’être encouragées, voire mises en lumière... car ce serait alors la porte ouverte à toutes sortes de dérives individuelles et institutionnelles, nocives tant pour les pratiques collectives que pour le moral de chacun... Ne faisons pas fondre les ailes de l’innovation en transformant les enseignants en Icare solitaires à la conquête d’un Graal chimérique...

Voilà, c’était votre revue de presse du mercredi, en attendant de lire celle de demain, servie par notre ami chroniqueur du jeudi, j’ai nommé Bernard Desclaux !
Ostiane Mathon