Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 10 septembre


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 10 septembre

Une charte utile... ou pas - En attendant les quotas... ou pas - C’était mieux avant... ou pas

Une semaine après la rentrées des classes, les marronniers ont disparu de la presse mais l’éducation est toujours bien présentes dans nos médias.

Une charte utile ... ou pas

La charte de la laïcité dévoilée (sans jeu de mot) hier continue de susciter des commentaires variés et contradictoires. Pour Marie-Caroline Missir dans l’Express, « Vincent Peillon fait surtout de la politique » Elle se demande quelle efficacité autre que politique aura cette charte. Dans La Croix, Dominique Quinio se réjouit que la forme choisie par Vincent Peillon est apaisée. Le journal catholique présente toutefois ses craintes et réserves.. Pour d’autres raisons, le blogueur Bernard Girard crie à l’’imposture sur Rue 89. Pour lui « ces dernières années, la laïcité est devenue le vecteur de l’islamophobie et il faut une bonne dose d’hypocrisie pour ne pas reconnaître que cette charte, directement conçue et peaufinée dans les bureaux de l’Education nationale – ce n’est pas à son honneur - vise exclusivement la religion musulmane. » Au contraire, Jean Massiet, jeune engagé, sur Le + du Nouvel Obs accueille cette charte avec enthousiasme notant que pour la première fois certains droits des élèves sont ainsi « inscrits dans le marbre ». Quant au CRAP, sous la plume de Christine Vallin, c’est d’abord un instrument d’apaisement. Mais « Reste à l’école d’être à la hauteur des beaux principes de cette charte, de pratiquer l’ouverture aux autres, de savoir conjuguer respect des convictions de chacun et recherche de ce qui rassemble. Cela dépend moins d’un texte, aussi juste soit-il, que de la mise en pratique des valeurs, qui ne sont en elles-mêmes que de belles phrases sur des papiers affichés et de grandes idées affirmées le menton haut, et menacent toujours de rester telles. »

En attendant les quotas... ou pas

A la prochaine rentrée des quotas devraient permettre aux élèves issus des bac professionnels et technologiques d’accéder plus facilement aux IUT et BTS. Le Monde et Les Echos font le point sur la situation. On est passé de 27 à 30 % en un an. Pour Le Monde c’est une « timide percée des bacheliers pro et techno en IUT et BTS » Les Echos sont plus optimistes « Les IUT s’ouvrent davantage aux bacs technologiques ». Cette progression fait dire à Geneviève Fiorasso que la loi qu’elle a initiée et défendue va dans le bon sens. Dans Les Echos Le président de l’Union nationale des présidents d’IUT, Jean-Paul Vidal, affirme au contraire que l’instauration des futurs quotas est inutile puisque les IUT ont anticipé le mouvement.

JPEG - 92.4 ko
Le dessin de Fabien Crégut

C’était mieux avant... ou pas

La République des Pyrénées a trouvé et interviewé l’un des acteur de la future émission de M6 "Le pensionnat à la campagne" (ex de Chavagnes) Le professeur,qui a accepté de participer à ce programme à la gloire de la couleur sépia et de l’encre violette, semble parfois éloigné de la caricature dans laquelle il apparaîtra certainement. « Évidemment, il y a aujourd’hui de nouveaux moyens pédagogiques et il faut les utiliser. » affirme-t-il. Ouf ! « Mais il y a aussi des choses qui ne changent pas. Le sens de l’effort, le respect des personnes et des choses, la rigueur, être concentré sur son travail, ce sont les clés de la réussite.Cela, c’était vrai autrefois, et c’est vrai aujourd’hui. » On peut évidemment être d’accord avec ça. Contrairement à ce que peut lasser croire ce type d’émissions les "pédagogues" n’ont pas évacué de leurs actes professionnels le maintien de la discipline et de la rigueur. Par contre ils préfèrent sans doute apporter le goût d’apprendre au sens de l’effort, voire de la souffrance. On sera plus circonspect avec sa définition de la bienveillance : « Mais il ne faut pas croire que, dans les années 50, les professeurs n’étaient pas bienveillants avec les enfants. En revanche, ils ne répétaient pas deux fois la même chose. »
Pour terminer, dans Le Point, Brighelli s’insurge de la diminution de la subvention accordée à ses amis du GRIP.. Il oublie évidemment de préciser que c’est le lot de toutes les associations "pédagogiques" et comme à son habitude préfère la provocation à la réflexion, l’invective à l’argumentation. Il y a des choses qui ne changent pas, le respect des personnes et des choses, la rigueur...

Bonne année scolaire à toutes et à tous,
Laurent Fillion