Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du 10 juillet 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du 10 juillet 2018

Au lendemain du discours de Versailles

Revue de presse composée à partir d’extraits du discours d’Emmanuel Macron devant le congrès réuni à Versailles le 9 juillet 2018 : j’ai essayé de retrouvé ce qui y faisait écho dans l’actualité.


« Macron : L’éducation entre “combat de notre siècle” et réduction des dépenses » remarque le Café pédagogique.
« "C’est pourquoi depuis un an, nous avons tant fait pour l’éducation. C’est le combat de notre siècle parce qu’il est au cœur de nos transformations économiques, de la société postindustrielle dans laquelle nous vivons". Dans son discours devant le Congrès, le 9 juillet, Emmanuel Macron a mis l’école "au cœur" de son projet politique. Une affirmation développée mais aussi tempérée par l’annonce de nouvelles réductions des dépenses publiques. Une annonce qui concerne l’Éducation quand elle est lancée au moment où l’Élysée termine ses arbitrages budgétaires. »

« Le modèle français que je veux défendre exige que ce ne soit plus la naissance, la chance ou les réseaux qui commandent la situation sociale, mais les talents, l’effort, le mérite. »

Le mérite concerne les meilleurs bacheliers qui se voient proposer un « coupe-file » rappelle Le Monde.
Résultats bac 2018 : le dispositif « Meilleurs bacheliers » permet d’obtenir une place sur Parcoursup
« Dans sa version inaugurée sous le quinquennat de François Hollande, ce système baptisé “bachelier méritant”, visait à “récompenser le mérite partout” en offrant aux 10% de meilleurs bacheliers de chaque série de chaque lycée, une seconde chance d’intégrer une filière sélective. Le dispositif a ensuite été élargi pour lutter contre l’autocensure en ouvrant la porte des filières sélectives à des lycéens qui n’avaient pas pris conscience de cette possibilité et/ou de leur potentiel. Le millésime 2018, tel qu’amendé par le gouvernement, prévoit plusieurs modifications.
Qui peut obtenir le coupe-file ?
Selon le décret publié le 2 juillet, pourront en bénéficier les bacheliers 2018 “qui ont obtenu une mention très bien, bien ou assez bien et les meilleurs résultats dans chaque série ou spécialité du baccalauréat dans la limite de 10 %”, et ce, pour chaque lycée. Donc, non seulement il faut être parmi les meilleurs de son établissement mais également avoir une mention. »
Cette mesure tombe alors que les classes préparatoires, qui valorisent « les talents, l’effort, le mérite », sont loin d’avoir fait le plein.

Parcoursup : les effectifs en prépa seulement remplis à 50%
« Du fait du système de vœux mis en place par Parcoursup, les inscriptions en classes préparatoires ont pris énormément de retard à quelques jours des grandes vacances.
Les classes préparatoires aux grandes écoles sont dans l’incertitude à peine deux mois avant la rentrée. Alors que la plupart des établissements ferment leurs portes à la fin de la semaine, vacances obligent, aucun d’entre eux n’a la certitude de voir d’ici là ses effectifs remplis en raison du nouveau système Parcoursup. "C’est un peu comme un embouteillage où tout le monde bloque tout le monde", résume un chef d’établissement auprès d’Europe 1.
 »

Les enseignants : mérite, prime et émancipation
Le « mérite » et l’ « émancipation » sont les deux maîtres-mots du dernier discours présidentiel. Cela mérite une prime : celle de « l’avancement au mérite » ou celle d’ « une prime au mérite » ? Claude Lelièvre nous fait l’historique d’une émancipation.
« Ceux qui sont un peu au fait de la situation et de la position des enseignants (mais sans en connaître vraiment les arcanes) sont souvent étonnés que les professeurs acceptent volontiers dans les faits “l’avancement au mérite” (sous les espèces du “grand choix”, du “petit choix” et de “l’ancienneté”), alors même qu’ils se déclarent volontiers hostiles à l’institution d’ “une prime au mérite”. »

« Nous avons brisé la dignité de la transmission, abîmé le prestige des professeurs, discrédité l’utilité du diplôme, aggravant en cela la pire des inégalités, celle dont nul n’est responsable, l’inégalité de naissance, l’inégalité de condition sociale. »

« Comme chaque année depuis 2013, le concours du premier degré peine à recruter dans deux académies, Créteil et Versailles. Dans le second degré, certaines matières n’ont pas pourvu tous leurs postes » rappelle Violaine Morin dans Le Monde.

« Ce qui s’est installé en France, ce sont les inégalités de destin : selon l’endroit où vous êtes nés, la famille dans laquelle vous avez grandi, l’école que vous avez fréquentée, votre sort est le plus souvent scellé. C’est cela qui m’obsède. »

Parcoursup 2018 : sans affectation, plus de 10 000 candidats ont saisi leur recteur d’académie nous informe Soizig Le Nevé.
« A l’issue des résultats du bac, le dispositif “meilleurs bacheliers” a débuté, tandis que les candidats restés en attente pour tous leurs vœux ont eu le droit de saisir les commissions d’accès à l’enseignement supérieur. » Et nous sommes le 10 juillet. Souhaitons qu’ils ne soient pas déjà partis en vacances !

Aidez-nous à faire toute la lumière sur ParcourSup !
En Seine-Saint-Denis, on a bien conscience de ces inégalités du destin et «  la plateforme d’inscriptions post-bac Parcoursup est l’objet de vives critiques. Le Département lance donc une campagne de recueil de témoignages. Sur cette base, le Président Stéphane Troussel pourrait décider de saisir le Défenseur des Droits. N’hésitez pas à laisser un témoignage. »

« Le dédoublement des classes de CP en REP et REP+ est une mesure de justice sociale plus efficace que tous les dispositifs de redistribution, car on y distribue de façon différenciée le savoir fondamental, celui de lire, écrire, compter, de se comporter. »

« Les droits et devoirs, c’est bien entendu à l’école que nous les enseignerons de façon plus systématique. C’est pour cela que nous poursuivrons la formation et l’accompagnement des maîtres en particulier sur la laïcité. »

Dans l’Expresshttps://www.lexpress.fr/education/education-retrouver-la-force-de-l-institution_2022534.html], l’essayiste Charles Coutel salue les orientations du ministre et plaide pour une refondation de l’école républicaine.
« Le dédoublement des classes de CP en REP et REP+ est une mesure de justice sociale plus efficace que tous les dispositifs de redistribution, car on y distribue de façon différenciée le savoir fondamental, celui de lire, écrire, compter, de se comporter. »

« Le cœur même d’une politique sociale n’est pas d’aider les gens à mieux vivre leur condition de naissance mais à en sortir. C’est pourquoi depuis un an nous avons tant fait pour l’éducation. »

« Dire que le bac est donné à tout le monde est faux »
A l’issue des résultats du baccalauréat, le sociologue Pierre Merle, spécialiste des pratiques d’évaluation scolaire, a répondu aux questions des internautes du Monde lors d’un tchat.
« En 2017, le taux moyen des admis est élevé, presque 88%. Ce qui signifie tout de même que 12% sont collés, soit plus de 80 000 candidats.
On entend sans cesse que le niveau des élèves a baissé en France, mais cela n’empêche pas le taux de réussite au bac d’augmenter. Comment est-ce possible ?
 »

Que reste-t-il de la mixité sociale des colonies de vacances ?
« Parmi les trois types de colonies de vacances, celles organisées par les collectivités ou par des associations ont du plomb dans l’aile, tandis que celles du privé grignotent du terrain » explique Mathilde Damgé dans Le Monde. En effet, il n’y a pas que dans l’école que la mixité sociale disparait.

Sur ce, je vous souhaite, ainsi qu’à vos enfants, de Jolies colonies de vacances !

Catherine Rossignol


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 546 - L’histoire à l’école : enjeux
juin 2018
Comment les élèves peuvent-ils construire un rapport apaisé, critique et intégrateur au passé de la société humaine et à l’Histoire ? Une histoire qui prenne en compte le récit, l’histoire politique, économique, sociale, les représentations, les enjeux de mémoire, qui éveille l’esprit et qui crée du « nous ».

N° 545 - Accompagner en pratiques
Dossier coordonné par Rachel Harent et Xavier Dejemeppe
mai 2018
Qu’est-ce qu’accompagner au sein et hors de la classe ? Qu’en est-il de l’accompagnement personnalisé ? Comment l’accompagnement vise-t-il à construire l’autonomie de l’élève ? Ce dossier interroge le sens donné aujourd’hui à l’accompagnement de tous les élèves par les enseignants et aussi par les coéducateurs.

Et aussi, peuvent être utiles par les temps qui courent...

N° 513 - Quelle éducation laïque à la morale ?
Dossier coordonné par Elisabeth Bussienne et Michel Tozzi
mai 2014
Que s’agit-il d’enseigner, pour ce qui ne peut se réduire à une discipline scolaire ? Dans quel objectif, entre pacification des relations et formation du jugement moral ? Qui pour le faire, dans quel cadre ? Bien des questions, et ce dossier ose dès maintenant des réponses, dans la conviction que nous touchons là à un rôle fondamental de l’école.

N° 542 - Bienveillants et exigeants
Dossier coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk
janvier 2018
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.

N° 532 - Justice et injustices à l’école
Dossier coordonné par Marie-Christine Chycki et Émilie Pradel
novembre 2016
L’école est traversée par tous les débats qui agitent la société. La question de la justice y est particulièrement vive et le sentiment d’injustice très prégnant chez tous les acteurs aux prises avec l’institution. Entre la subjectivité du sentiment et les conditions objectives des injustices vécues à l’école, quelles réponses pouvons-nous apporter ?

N° 504 Le sens de l’orientation Dossier coordonné par Florence Daniaud et Dominique Brosseau
mars 2013
Comment adapter l’éducation à l’orientation aux besoins de chaque élève, en prenant en considération les plus fragiles ? Comment concilier les compétences et le rôle de chaque acteur ? Comment éduquer à l’autonomie, développer l’estime de soi dans un système qui aiguille le plus souvent uniquement en fonction des résultats scolaires ?

N° 539 - Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée
Dossier coordonné par Michèle Amiel et Gwenaël Le Guével
septembre 2017
Prendre des initiatives, engager un processus de décision, animer une équipe, mettre en place une innovation, etc. Est-ce le domaine réservé du directeur d’école, de l’IEN, du chef d’établissement ? Au bout du compte, l’augmentation du pouvoir dans un établissement autonome, c’est celle du chef ou celle des personnels ?

N° 530 - Former les futurs citoyens
Dossier coordonné par Laurent Fillion et Pascal Thomas
juin 2016
Mise en place du nouveau socle commun, de l’enseignement moral et civique : l’éducation à la citoyenneté, thème souvent abordé par les Cahiers pédagogiques, revient au cœur des préoccupations. De quelle éducation à la citoyenneté parle-t-on ? Comment ne plus la confondre avec une éducation au civisme et à la civilité ?