Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse des hebdomadaires (semaine du 22 novembre au 28 novembre (...)


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse des hebdomadaires
(semaine du 22 novembre au 28 novembre 2004)

Les hebdomadaires reviennent eux aussi sur les projets de François Fillon. Ils sont en général assez sceptiques sur les possibilités de réformes et sur l’ambition du Ministre.
On trouvera aussi dans l’Express un dossier intitulé « Adultes-Ados, comment se supporter ? ». La colonne vertébrale de ce dossier est une interview de Marcel Rufo, pédopsychiatre, qui résume sa position par ces mots « Lâchez-les ! »
Bonne lecture


Le Nouvel Observateur du jeudi 25 Novembre 2004 -

Fillon : réforme a minima
On attendait le grand soir, ce fut un flop. En dévoilant sa future loi d’orientation la semaine dernière sur France 2, le ministre de l’Education, François Fillon, a déçu. Dès le lendemain, la consternation le disputait à l’exaspération. « 100 minutes... sans convain-cre », a raillé le principal syndicat des instituteurs. Tout ce temps passé à discuter de l’avenir de l’école depuis un an, ces centaines de débats, d’auditions, de consultations urbi et orbi, pour en arriver là, à ce « patchwork de mesures sans ambition », selon le SE-Unsa, un des syndicats de gauche, ces « mesurettes », ces « rustines », d’après le Sgen-CFDT. On n’a pas eu de mots assez aimables, à gauche, pour qualifier le projet. Quant au Snes, principal syndicat des enseignants du second degré, il avait déjà appelé à une grève pour le 7 décembre, sans même attendre la présentation de la réforme. Seul le Medef s’est ouvertement réjoui de l’idée d’un socle commun de connaissances que devront maîtriser les élèves en quittant l’école. Lire la suite de l’article


Le Point du 25 Novembre 2004

Le bac à l’épreuve
François Fillon parviendra-t-il à réformer le bac ? Ce monument national semble intouchable, alors même qu’en presque deux siècles d’existence il s’est profondément modifié : en 1880, seulement 1 % d’une classe d’âge décrochait l’examen qu’aujourd’hui 60 % des jeunes obtiennent. D’où la proposition du ministre de réduire le nombre d’épreuves de fin d’année à 6 (on en compte de 8 à 12 aujourd’hui), les autres matières étant évaluées en contrôle continu. La France ne ferait ainsi que rejoindre la majorité de ses voisins européens. Mais on sait qu’au pays de l’exception culturelle l’argument est à double tranchant.Lire la suite de l’article


L’Express du 22 Novembre 2004

Ados-adultes - Comment se supporter
Il y a trente ans, Marcel Rufo faisait entrer les jouets à l’hôpital des enfants de la Timone, à Marseille. « J’opérais les ours en peluche », sourit-il. Admirateur de Dolto, il baladait son stéthoscope sur leur ventre velu pour amadouer ses petits patients. Estampillé « pédopsychiatre le plus médiatique de France », le Pr Marcel Rufo est aujourd’hui à la tête d’une structure sans précédent, si l’on en juge par son ambition et son budget - 26,2 millions d’euros - financé en partie grâce à l’opération « Pièces jaunes » menée par Bernadette Chirac et par la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France : la Maison de Solenn - en hommage à la fille anorexique de Patrick Poivre d’Arvor, qui s’est suicidée. Cette Maison des adolescents, située à l’hôpital Cochin, à Paris, est en fait la septième unité réservée en France aux 11-19 ans, et il devrait s’en ouvrir beaucoup d’autres. Avec verve et chaleur, il explique ici comment les adultes peuvent éviter aux ados de déraper vers la pathologie. Et il les sermonne : « Lâchez-les ! »
Lire la suite de l’article

Quand ils ont trop mal
La Maison qu’inaugure le Pr Rufo à l’hôpital Cochin, à Paris, témoigne de cette préoccupation récente pour les pathologies des 11-19 ans. Un lieu pour guérir, mais aussi pour grand
Lire la suite de l’article

La méthode Fillon
Des mots fédérateurs à la Chevènement : République, autorité, réussite pour tous. Une trilogie simple : « Une école plus efficace, juste et ouverte ». Et un saupoudrage de mesures jouant sur une dialectique prudente et habile : assez générales pour ne pas ébranler le « mammouth », après la déroute de Ferry et la fronde du printemps 2003, assez précises pour flatter à la fois l’encolure professorale et l’opinion. Le 18 novembre, sur France 2, le ministre de l’Education nationale a dévoilé les contours de son projet de loi d’orientation, qui doit clore le Grand Débat sur l’école. Et « adapter » la loi Jospin de 1989. François Fillon l’avait martelé : pas question de la torpiller, pas de révolution. Et pour cause. Difficile de s’attaquer à un totem et aux « 80% au bac », maintenus dans le projet. Qui en réaffirme un objectif tombé dans l’oubli : 100% de jeunes qualifiés.
Lire la suite de l’article


Le Figaro-Madame/ Figaro Magazine samedi 27 Novembre 2004

Les quatre vérités de Claude Allègre
Dans l’état où nous sommes, le premier problème, pour l’école, c’est l’inadaptation de l’offre de formations à la demande d’emplois. Et je ne vois aucune réponse à ce problème dans ce que dit Fillon ou ce qu’écrit Thélot. De récentes études économiques ont montré qu’il y a probablement quatre ou cinq millions d’emplois disponibles dans ce pays, non pourvus par suite de non-candidatures.
Lire la suite de l’article

Firefox, le navigateur surdoué
Un vent de changement souffle sur les eaux stagnantes de la navigation internet. La version finale du navigateur Firefox, qui vient de sortir, entame pour la première fois l’hégémonie quasi totale d’Internet Explorer sur le marché
Lire la suite de l’article


Politis du 25 Novembre 2004

Rien vu...


Marianne du 25 Novembre 2004

Rien vu...