Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse des hebdomadaires (semaine du 16 au 22 mai (...)


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse des hebdomadaires
(semaine du 16 au 22 mai 2005)

« Des profs formidables » c’est le titre du dossier de l’Express paru Lundi 16 mai. Bien sûr, on peut regretter que ce magazine, comme la presse en général, mette exclusivement l’accent sur des individus et oublie la dimension collective du métier. Mais dans l’ensemble ces petits portraits sont assez bien faits et permettent de voir, du moins pour certains, qu’un « bon prof », ce n’est pas forcément un prof qui fait son « show » devant des élèves admiratifs. Peut-être que la meilleure place du prof ce n’est pas forcément au centre (de toutes les attentions...) mais à côté (de l’élève, pour l’aider...)
. A noter aussi les articles que vos hebdos consacrent à l’intégration des élèves handicapés. A lire dans Le nouvel Observateur et Le Point.
Enfin, on peut signaler dans Le Nouvel Obs une analyse intéressante sur la « tchtatche des cités  ».
Bonne lecture


Le Nouvel Observateur du jeudi 19 mai 2005 -

Les 20000 oubliés de l’école
Autistes, handicapés mentaux ... On avait promis de les intégrer à la vie normale, en commençant par la vie scolaire. Mais à Paris il n’y a même pas dix places dans le public pour ceux qui sont en âge d’aller au collège...
Lire la suite de l’article

La tchatche des cités
Dans les quartiers, les mots épicés des « lascars » et de leurs « scarlettes » sont aussi et surtout des armes de vie qu’on partage pour se regrouper, échapper à la solitude qui rendrait fatale la galère. Une forme de résistance à un destin tracé d’avance
Lire la suite de l’article


Le Point du 19 mai 2005

Ecoles : inclure les enfants handicapés
Seuls 25 % des enfants handicapés sont scolarisés. Afin de combler ce retard, la loi handicap prévoit, pour la rentrée 2005, l’inscription de tous les enfants handicapés à l’école la plus proche de leur domicile. A l’occasion des premiers états généraux du handicap, qui s’ouvrent le 20 mai à l’Unesco, Eric Plaisance, professeur en sociologie, résume son projet de vie scolaire pour les enfants handicapés.
Lire la suite de l’article

Marcel Rufo
Le psy qui parle au coeur des ados

Auteur à succès, grande gueule, le pédopsychiatre Marcel Rufo est le contraire d’un mandarin. Il est, dans ses consultations, un extraordinaire clinicien, provocateur et pertinent. Récit d’une journée dans sa Maison des adolescents, à Paris.
Lire la suite de l’article


L’Express du 16 mai 2005

Des profs formidables
Enseigner, un métier difficile ? Des collèges à problèmes aux prestigieux lycées des centres-villes, certains l’exercent pourtant avec une passion communicative. Tout leur est bon pour faire partager aux élèves le bonheur d’apprendre. La preuve par sept
Lire la suite de l’article

Xavier de Glowczewski
Le hussard sur l’estrade
Lire la suite de l’article

Marie Cosnay
L’élocution latine
Lire la suite de l’article

Cécile Vigneron
Jongleuse de préjugés
Lire la suite de l’article

Francis Loret
La toge des maths

Lire la suite de l’article

Dominique Natanson
Les cartes de la réussite
Lire la suite de l’article

Carole Diamant
Platon dans la cité
Lire la suite de l’article

Béatrice Salviat
Big bang chez les cracks
Lire la suite de l’article

Le boom de l’« école bis »
Une explosion sans précédent. Le rapport du sociologue Dominique Glasman sur le marché du soutien scolaire dresse un constat alarmant. Le Haut Conseil de l’évaluation de l’école (HCEE) rendra bientôt un avis. Son président, Christian Forestier, en rend compte à L’Express
Lire la suite de l’article


Le Figaro-Madame/ Figaro Magazine samedi 21 mai 2005

Grandes écoles : notre guide de l’excellence
L’ENA à Strasbourg ? Et pourquoi pas Centrale à Marseille ou Normale sup à Lyon ? Eh bien, c’est fait. Cela ne veut pas dire que le centralisme jacobin de l’enseignement supérieur est mort et enterré. Les meilleures grandes écoles d’ingénieurs et de commerce restent parisiennes. De fait, pas question de comparer un élève de Sciences-Po (forcément Paris) à celui d’un IEP de province : il vous en voudrait à mort. Sortir d’Ulm ou du campus de Gerland de l’ENS Lyon n’a pas la même résonance historique... Idem côté prépas, où les meilleures formations sont dans la capitale, à quelques rares exceptions. Mais toutes ces nuances franco-françaises opposant les « vraies » grandes écoles parisiennes aux « fausses » grandes écoles de province équivalent de plus en plus à parler mandarin à un cow-boy texan. Il n’est plus rare de rencontrer un informaticien de la Silicon Valley qui connaît mieux Grenoble, ville du high-tech, que Paris. Et pour agacer un jeune ingénieur de Boeing, on évoquera plutôt Toulouse, coeur de l’« Aerospace Valley » européenne, que l’aéroport Roissy-CDG. Les Régions jouent dorénavant la carte des pôles de compétitivité, et les écoles les suivent. De Nancy à Marseille, de Toulouse à Brest comme de Lille à Lyon, les formations ont évolué. Elles développent des qualités propres au tissu économique régional mais aussi à leurs affinités internationales. Ainsi, suivre sa formation supérieure dans une grande école en Région ne doit plus être vécu comme un pis-aller après un échec au concours des parisiennes. Encore faut-il bien choisir sa destination.
Lire la suite de l’article


Politis du 19 mai 2005

Rien vu...


Marianne du 19 mai 2005

Rien vu...