Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse de la journée du câlin 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse de la journée du câlin 2016

Empathie - Devinettes


Journée mondiale du câlin, on évoquera donc l’empathie et on évitera de s’énerver sur les sujets qui fâchent ici et ailleurs.

Empathie

« Pour renforcer la motivation et les compétences des élèves, la clé du succès tient en un mot : empathie ! C’est ce que tend à démontrer une étude de grande ampleur menée par trois universités finlandaises. » Les explications sont à lire dans un excellent article de Sciences Humaines intitulé L’empathie de l’enseignant, source de réussite scolaire. « Selon les premiers résultats de l’enquête, l’attitude empathique et chaleureuse de l’enseignant agit favorablement sur la motivation et les compétences des enfants, aussi bien en lecture, écriture ou arithmétique. À l’inverse, un faible soutien émotionnel provoque des comportements passifs et d’évitement. Au final, l’interaction entre l’enseignant et l’élève influe davantage sur les résultats scolaires que les outils pédagogiques ou la taille des classes. Pourquoi ? Parce qu’elle joue un rôle décisif dans les mécanismes qui conduisent un enfant à avoir confiance en ses capacités et à se fixer des objectifs. Et cette relation compte autant lors des premières années d’école que par la suite, lorsque les compétences attendues se complexifient. »
Et dire que certains osent encore moquer les notions de bienveillance et d’empathie dans les débats sur l’éducation.
La Croix aborde le même thème en proposant Et si on essayait l’empathie ?. « De plus en plus de psychologues et pédagogues considèrent l’empathie comme une précieuse alliée pour favoriser le développement de l’enfant. »
Empathie encore chez cette enseignante de Marseille qui déplore les conditions dans lesquelles doivent travailler ses élèves. Absence d’empathie pour la mairie qui laisse ainsi se dégrader les locaux scolaires ? C’est dans Libé. « Charlotte Magri est professeure depuis neuf ans. Depuis la rentrée, elle enseigne dans une école des quartiers Nord de Marseille. [...] Elle décrit ces portemanteaux qui se dévissent, des trous dans le sol de sa classe. Elle raconte aussi ces deux planches de bois de deux mètres de long, pointues d’un côté, qui se sont détachées du mur et auraient pu blesser un élève. La température, élevée en été, basse en hiver, faute d’isolation. “Quand tu vois dans ta classe que tes élèves ont les lèvres bleues, tu as honte. J’ai honte.” »
Empathie encore enfin dans chaque page du roman feuilleton Le jour de plus de notre collègue Matthieu Cordary qui continue de paraître sur Wattpad et qui raconte le quotidien d’un enfant et de son instit de père.

Dans quel pays... ?

Dans quel pays les enseignants sont-ils le mieux payés ? Pas en France… Le titre de cet article d’AlterEcoPlus qui commente une étude de l’OCDE est clair. « Pour un enseignant de primaire avec 15 ans d’ancienneté, la rémunération oscille entre 13 000 dollars par an en Estonie et en Hongrie et 60 000 dollars ou plus en Allemagne, au Canada, ou encore aux États-Unis. Sans même parler du Luxembourg, où la rémunération des profs de primaire culmine à plus de 100 000 dollars par an.
Dans ce large éventail, les enseignants français sont particulièrement mal lotis. Ils ne gagnent « que » 33 500 dollars par an, nettement en dessous de la moyenne des pays de l’OCDE (41 200 dollars). La France occupe donc le 24e rang dans ce classement sur 36 pays
 ». Et, pour ne rien arranger, c’est le pays où cette rémunération a baissé le plus.

JPEG - 188.8 ko
Le dessin de Geneviève Brassaud

Dans quel pays parler de choses que l’on ne maîtrise pas bien, surtout de l’école, est une spécialité des médiatocrates ? Le nôtre bien sûr ! Régis Debray nous en offre un exemple supplémentaire dans le 1 paru hier. Dans ce dossier consacré à « Être Français », il ose : « On s’intègre par l’école, qui doit enseigner l’histoire de France par la chronologie et non de façon thématique. Hélas ! on cherche en vain la singularité française dans les programmes actuels. » Journée des câlins oblige, nous ne commenterons pas.

Dans quel pays un enfant peut se retrouver au poste pour une erreur (faute) d’orthographe ? Non pas à tous les coups. Cette fois c’est en Angleterre. France Info avait donné l’information hier, reprise aujourd’hui sur le site de France TV Info
« Un petit garçon de 10 ans a été soumis à un interrogatoire policier pour avoir mal orthographié un mot durant un cours d’anglais, selon la BBC, qui rapporte cette mésaventure mercredi 20 janvier. Le 7 décembre dernier, l’enfant, musulman, a fait cette erreur durant un cours d’anglais dans son école primaire du Lancashire, dans le nord-est de l’Angleterre : il a écrit "je vis dans une maison terroriste" ("I live in a terrorist house" en anglais) quand il voulait écrire "je vis dans une maison mitoyenne" ("I live in a terraced house"). Le lendemain, alertée par l’école, la police est venue l’interroger chez lui et examiner l’ordinateur familial. La famille du petit garçon a déclaré à la BBC que l’incident l’avait traumatisé et qu’il n’osait plus écrire depuis. »
Au CRAP, on sait bien que les mots anglais ont parfois un sens qui peut poser problème...

Demain, vous retrouverez Géraldine Duboz pour la revue de presse du vendredi.
Laurent Fillion


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

La classe, pour apprendre et vivre ensemble
Revue n°481 - mai 2010
Comment mobiliser la classe, par exemple autour de projets, engager les élèves dans la coopération plutôt que la compétition ? Pour ne pas subir, ni même seulement « tenir la classe », des idées et des pistes pour « faire la classe », en faire un lieu d’apprentissage et de vie pour les élèves et leurs enseignants.

Aider les élèves ?
Revue n°436 - octobre 2005
Aider sans empêcher d’apprendre et construire des dispositifs qui amènent l’élève à faire seul ? Pas si simple... On trouvera dans ce dossier un ensemble de pratiques dans des niveaux de classe et des disciplines très variés, qui toutes proposent une analyse des avantages et inconvénients des choix qui ont été faits, et sont prudentes sur les effets observés.