Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de prese du jeudi 26 avril 2018


JPEG - 26.3 ko

Revue de prese du jeudi 26 avril 2018

Le grand timonier — Tendances — Parcoursup — Apprentissage

La presse se fait l’écho des paroles et des écrits du grand timonier pendant que d’autres rappellent quelques grandes tendances. Parcoursup devait tout régler et la préparation de la loi sur l’apprentissage fait des vagues.


Le grand timonier

Le Parisien a donné la parole à Jean-Michel Blanquer : « La liberté pédagogique n’a jamais été l’anarchisme ». Et c’est pas triste ! “Voilà des mois qu’il attendait de dévoiler sa batterie de mesures censées redresser la courbe des résultats scolaires des petits français, en maths et en lecture. Son arsenal ? Quatre circulaires signées de sa main, sur le français et les mathématiques, qui seront publiées ce jeudi au « Bulletin officiel », et un épais « guide » de 130 pages entièrement dédié à l’acquisition de la lecture au CP. Un travail « issu d’une intelligence collective », plaide-t-il. Un signal de fermeté très politique, aussi, lancé à destination des familles.”

Les quatre circulaires au menu du Bulletin officiel spécial n° 3 du 26 avril 2018.

Et ça réagit sur Twitter. Une petite récolte anonymée :
"Ce que nous proposons, ce ne sont pas les méthodes de la IIIe République" - hum hum, c’est toujours bizarre ce genre de dénégation.”
"La liberté pédagogique, ce n’est pas l’anarchisme". Dans mes anciens cours de communication, on m’apprenait qu’une telle formulation signifiait en fait que le locuteur pensait que la liberté pédagogique ETAIT de l’anarchisme. Voilà.”
Parler d’’intelligence collective tout en refusant d’écouter les remarques faites par notre syndicat consulté quand les textes étaient déjà finalisés et relancer la polémique stérile "syllabique / globale"... la CONFIANCE est trèèèèèès loin.”
Le bulletin officiel publie gratuitement une longue intervention de JM Blanquer. Le Point, Valeurs Actuelles et le JDD dénoncent une concurrence déloyale.”
Syllabique partout, liberté pédagogique nulle part ? (il y a tellement de signaux à l’adresse des parents dans cette itw qu’on dirait un feu d’artifice)

Philippe Watrelot a intitulé sa chronique JM Blanquer : “Je pense... donc tu suis !”Cela témoigne d’un manque de confiance à l’égard des enseignants qui sont rabaissés au rang d’exécutants (alors qu’ils ont un statut de cadre). On est dans l’injonction au lieu d’être dans le dialogue. Comme le disait un syndicaliste pour résumer la posture de Macron "Je pense donc... tu suis ! " cette formule s’applique parfaitement à notre ministre.
On notera enfin que cette stratégie du ministre relève de la démagogie et du "populisme pédagogique". On joue clairement la carte des parents (et des grands parents...) en ravivant de vieilles recettes datant d’une école nostalgique et fantasmée.
Et on fabrique du clivage en ressortant les vieilles lunes de la méthode globale au lieu de s’appuyer sur du consensus et les pratiques réelles des enseignants qui se sentent niés dans leur identité professionnelle et y voient une méconnaissance de leur métier
.”

Pour l’Express, Le professeur Jean-Michel Blanquer fait la leçon aux enseignants. Le détail des “conseils”.

Pour le Figaro : Calcul, lecture, écriture : les leçons de Blanquer aux instituteurs

Pour La Croix : Calcul, lecture, grammaire : les recommandations de Jean-Michel Blanquer aux enseignants

Et pour Le Monde, L’Education nationale publie quatre circulaires de « recommandations » pour les enseignants. “« L’idée n’est pas d’homogénéiser les pratiques mais de créer une référence commune », explique le ministre, qui annonce par ailleurs le retour de la méthode de lecture syllabique.”

Le Café Pédagogique propose une série d’articles dont le premier donne le ton : Blanquer : Méthode syllabique et mise au pas des enseignants. “Retour à 2006. Dans un entretien donné au Parisien, dans 4 circulaires publiées ce jour mais dont le Café pédagogique vous a déjà donné la primeure, et dans une brochure envoyée aux professeurs des écoles, Jean-Michel Blanquer fixe des instructions directes sur ce que doit être l’enseignement de la lecture, l’écriture et des maths à l’école maternelle et élémentaire. C’est simple : s’appuyant uniquement sur "certains membres" du Conseil scientifique de l’éducation nationale, le ministre prône une seule méthode pour tout le monde et annonce bientôt un manuel autorisé. Les enseignants sont réduits au rang d’exécutants d’une méthode syllabique stricte, condamnant toute méthode mixte. L’entretien du ministre dans Le Parisien donne le ton.”

L’INA rappelle ce reportage d’un JT En 1979, match nul entre écriture globale et écriture syllabique…

Et puis savourons le billet de Claude Lelièvre sur son blog Histoire et politiques scolaires, Le nouveau tour de chauffe du magister Blanquer. “Blanquer veut décidément être le numéro 1 du gouvernement dans l’exercice du « one man show ». D’où les quatre circulaires ministérielles qu’il vient de publier sur le b.a ba en lecture, la grammaire, la dictée et le calcul mental quotidiens.”

Et en tout cas cet entretien fera date dans les annales pour les exemples de rhétorique !


Tendances

Pour changer, l’école d’aujourd’hui ferait bien de s’inspirer de mai 68 par Gabriel Cohn Bendit Professeur, ancien responsable national de l’École émancipée. “Il faut en finir avec le mythe de la soi-disant fin de l’autorité, la mort de l’école pour les conservateurs ou le début d’une ère nouvelle merveilleuse pour les autres…

EdTech : cinq technologies qui changent le visage des classes américaines par Hélène Labriet-Gross. “REPÉRÉ DANS LA PRESSE AMÉRICAINE. Documents partagés, réalité virtuelle, messageries internes… Dans les universités américaines, les nouvelles technologies déployées dans les classes ont profondément modifié l’approche pédagogique. Le site EdTech Magazine en répertorie cinq indispensables.”

Quartiers prioritaires : Borloo a remis son rapport à Philippe pour "changer la donne". “Jean-Louis Borloo, chargé par Emmanuel Macron d’une mission sur la politique de la ville, a appelé à "changer la donne" dans les quartiers prioritaires et à "relancer la rénovation urbaine", jeudi à Matignon où il venait de remettre son rapport à Edouard Philippe.”

Et puis l’éternelle question : Qui sont les profs ?À propos de : Géraldine Farges, Les mondes enseignants. Identités et clivages, PUF par Benjamin Denecheau. “Géraldine Farges explore avec beaucoup de minutie la pluralité des mondes enseignants. Extrêmement riche, son analyse gagnerait à mettre en relation les résultats obtenus avec les grandes questions de société liées à l’enseignement.”


Parcoursup

Parcoursup : le gouvernement tente de rassurer les familles par Marie-Christine Corbier. “Selon d’anciens présidents d’université, 100.000 lycéens pourraient se trouver « en attente » d’une réponse de Parcoursup, le 22 mai, lors des premiers résultats.Edouard Philippe doit annoncer fin juin la création de nouvelles places sur les filières les plus en tension.”

Derrière Parcoursup, le saccage du service public de l’enseignement supérieur par Clément Fradin Précaire dans l’Enseignement supérieur et la recherche (ESR). Engagé au Parti de Gauche, a participé à la rédaction et à l’animation du livret ESR de la France Insoumise. Et Pierre-Yves Modicom Enseignant-chercheur, Engagé au Parti de Gauche, a participé à la rédaction et à l’animation du livret Enseignement Supérieur et Recherche (ESR) de la France Insoumise. “Le libre accès, la continuité territoriale et l’indépendance des personnels sont trois facettes indissociables de ce service public qui est en train d’être démonté dans le droit fil des politiques décidées de longue date à Bruxelles.”

Sélection à l’université : la parole aux enseignants, par Faïza Zerouala. “La loi d’accès à l’université n’en finit pas de faire débat et d’être contestée. Les enseignants et étudiants sont divisés quant à ses implications futures. Les opposants à la réforme considèrent que l’introduction d’une sélection va toucher les plus faibles et remettre en cause la mission fondamentale de l’université, à savoir accueillir tout le monde. Trois enseignants livrent leur analyse sur cette question.” Pour les abonnés.

Et la ministre, droite dans ses … déclare sur BFMTV à propos des Facs bloquées : "Tous les examens sont maintenus", martèle la ministre de l’Enseignement supérieur.

Des réflexions de fond : Cours et examens en ligne : le numérique s’invite dans la mobilisation par Morgane Taquet. “Après plusieurs semaines de blocages, certaines universités ont pris le parti de multiplier les cours en ligne, ainsi que d’organiser des examens à distance, comme souhaitait le faire l’université Montpellier 3 avant que ses serveurs ne soient détruits. Une décision qui relance la question de la faisabilité et de la sécurisation du processus.”


Apprentissage

Apprentissage : la réforme qui a ébranlé la Macronie par Alain Ruello. “Projet en partie préécrit, bataille rangée avec les régions, guerre froide entre Matignon et Grenelle, reniements de dernière minute : la réforme de l’apprentissage, présentée vendredi en Conseil des ministres, laissera des traces.”

Sur l’apprentissage, Muriel Pénicaud va "droit dans le mur", selon Renaud Muselier.

L’entreprise au cœur du nouveau système d’apprentissage français. Enfin ! “Le projet de loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel », qui contient un volet consacré à la formation en alternance, sera discuté prochainement au parlement. Ce texte attribue un rôle central aux entreprises. Ce qui est une chance, car celles-ci peuvent apporter une précieuse expérience à condition de s’impliquer dans la politique de la formation. Par Pierre Goguet, président de CCI France.”

Et comme le service public de l’orientation sera réduit, d’autres s’organisent : Le marché des coachs d’orientation en plein boom. “De plus en plus d’organismes privés proposent leurs services d’orientation aux familles. Il existe même des forfaits Parcoursup, clés en mains, pour les lycéens désorientés.”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 543 - Enseigner par cycles
Dossier coordonné par Maëliss Rousseau et Céline Walkowiak
février 2018
La réécriture des programmes de l’école obligatoire réaffirme de façon explicite la notion de cycle dans le parcours de l’élève, mise en place dès la loi d’orientation de 1989. Cela change vraiment les objectifs et les conceptions des enseignements et donc interpelle les enseignants au cœur de leur pratique de classe.

N° 542 - Bienveillants et exigeants
Dossier coordonné par Danièle Manesse et Jean-Michel Zakhartchouk
janvier 2018
La notion de bienveillance a fait ces dernières années une entrée en force à l’école. Son articulation avec la mission principale de l’école (transmettre) n’est pas simple, surtout lorsqu’on inscrit cette «  transmission  » dans l’exigence que tous les élèves parviennent à un niveau qui leur donne de l’autonomie.