Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de Presse du vendredi 6 mai 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de Presse du vendredi 6 mai 2016

Refondation ou ISAE - Autre école ? - Supérieur


Aujourd’hui on parle beaucoup d’ISAE et en filigrane d’une autre école possible. Pendant que l’enseignement supérieur se demande s’il veut sélectionner ou innover.


Refondation ou ISAE ?

Pour Le Monde, Lors des journées de la Refondation, « le gouvernement s’autocongratule sans convaincre ». Il est surtout question au début de l’ISAE.

Dans L’Humanité, on donne surtout la parole à la FSU et en particulier au SNES. Mais on évoque aussi rapidement la question de l’ISAE.

Dans le blog d’un directeur d’école, c’est encore l’ISAE qui tient la tête de la refondation. « Les médias s’en sont donné à cœur joie avec ce bilan de la "Refondation" (j’ai quand même encore du mal à écrire ce mot que je trouve fort prétentieux). Mais il n’y comprennent pas grand chose à part l’aspect financier de la question. Heureusement, l’idée à finit par s’imposer dans l’esprit des journalistes que les enseignants français sont vraiment mal payés, comme la vague idée que c’est un peu honteux pour un pays comme le nôtre. Il n’y a donc eu que peu ou pas de reproche sur ce point, si on excepte les commentaires festifs des lecteurs des sites internet des quotidiens, dont vous connaissez la teneur sans avoir besoin de les lire : enseignants feignants, incompétents, toujours en vacances, mieux payés que moi qui suis maçon/retraité/chômeur ou autre - rayez la mention inutile-.  »

Dans Marianne, c’est encore l’ISAE qu’on évoque le plus. « Hollande et les enseignants, c’est Noël en mai ! » « C’est malgré tout avec une hotte lourde de 265 millions d’euros que François Hollande s’est présenté, lundi dernier, sans barbe blanche, devant un parterre d’enseignants – un pactole que se partageront les instituteurs, chacun empochant 800 €. Nul doute que le père Noël présidentiel, qui a déjà distribué quelques cadeaux aux fonctionnaires et aux agriculteurs, n’a pas terminé sa ronde… Et l’Histoire dira si ces présents suffiront à inverser la courbe de confiance d’un chef d’Etat dont le refrain du « tout va mieux » repris par ses disciples peine pour l’instant à convaincre. ». Ceci dit, l’interdisciplinarité est considérée comme « saugrenue a priori, absurde et grotesque dans le détail. »


Autre école ?

Dans l’Expresso du Café Pédagogique on rend compte d’une étude de l’OCDE sur le temps scolaire qui évoque en France un temps scolaire trop ramassé. « En moyenne, dans les pays de l’OCDE, les élèves du primaire reçoivent 185 jours d’instruction par an, contre 183 jours dans le secondaire. Cependant, les élèves de Fédération de Russie (primaire), de France (primaire et premier cycle du secondaire), de Grèce (premier cycle du secondaire), d’Irlande (premier cycle du secondaire), d’Islande (primaire et premier cycle du secondaire), de Lettonie (primaire) et du Luxembourg (premier cycle du secondaire) reçoivent 170 jours d’instruction, voire moins, par an", note l’OCDE. " À l’inverse, au Brésil, en Colombie, en Israël, en Italie, au Japon et au Mexique, les élèves du primaire et du premier cycle du secondaire reçoivent au moins 200 jours d’instruction par an. »

Dans le Huffington Post, Jean-Paul Mongin, philosophe et délégué général de SOS Education raconte « L’école que veulent les Français pour 2017 ».
C’est très individualiste et étrangement simpliste : « En 2017, les Français remettront en cause la nécessité d’un corps de fonctionnaires ayant pour mission de remplir un service éducatif dont rien ne justifie qu’il soit opéré par un monopole d’État. Ils exprimeront le désir de pouvoir simplement inscrire leurs enfants dans un établissement public de leur choix qui fonctionne, avec un projet éducatif porté par une équipe cohérente, et de voir ainsi émerger un certain pluralisme scolaire. Il attendent qu’on leur donne le choix de la proximité et de la subsidiarité, contre un modèle écrasant d’administration centralisée obsolète depuis 40 ans. »

Dans La Croix, un article très commenté dans les réseaux sociaux sur la classe inversée. Entre vision miracle et plus de nuances, cet article oscille entre les deux extrêmes.

Dans Ecole branchée un entretien avec M. Salhberg sur « L’entraide entre les enseignants : un facteur de réussite pour les élèves ». L’entretien est en anglais (vidéo) mais les explications sont très éclairantes.


Supérieur

Dans le Nouvel Obs, on confirme qu’en « Première année de médecine : "Non, il n’y aura pas de tirage au sort" »

Su le site Réalité virtuelle, on nous invite « A suvire : Des étudiants américains révolutionnent l’apprentissage avec Recall » « « Recall » est un programme de réalité virtuelle permettant d’apprendre et de ranger des documents ou autres archives de façon plus efficace que la vieille méthode. ». Cela demande à être testé, d’autres outils numériques existant déjà pour faire la même chose...

Emilie Kochert qui laisse ce week-end à Philippe Watrelot

JPEG - 20.3 ko

- >http://librairie.cahiers-pedagogiques.com/]

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 529 - Des maths pour tous

Dossier coordonné par Guillaume Caron et Rémi Duvert
avril 2016
Plus que jamais, la question des «  mathématiques pour tous  » se pose. Elle implique qu’on cesse d’appliquer partout et à tous le même «  traitement  » mathématique, et qu’on prenne en compte le rapport spécifique aux maths que chaque élève a construit en fonction de son histoire scolaire, familiale, et personnelle.

Mettre en oeuvre les EPI

Revue n°528 - mars 2016
Les enseignements pratiques interdisciplinaires vont se mettre en place à la rentrée 2016. Dans certains collèges, on anticipe déjà. Dans d’autres, les pratiques interdisciplinaires existent depuis un certain temps. On ne part
donc pas de rien et les EPI peuvent s’appuyer sur l’existant.