Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de Presse du mercredi 3 février 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de Presse du mercredi 3 février 2016

Marseille - Intégration - Cigarette - Un peu de tout


Aujourd’hui l’actualité éducative revient sur les écoles de Marseille, se penche sur ces lycéens qui ne se sentent pas français et s’éparpille un peu dans tous les sens.


Marseille

Il y a quelques mois une professeure des écoles de Marseille, Charlotte Magri, publiait une lettre ouverte sur l’état des établissements scolaires du premier degré dans la cité phocéenne.
Hier, Libération titrait en une « la honte de la République » et en article « Marseille : école primaire, gestion secondaire ». Cet article développait une image sordide des écoles phocéennes. « Des murs décrépis, des préfabriqués du siècle dernier, des soupçons d’amiante, des salles de classe qui débordent, du mobilier de récup, une gestion des travaux, ubuesque et même une pénurie organisée de papier toilette… »
Ajoutant qu’après sa lettre ouverte, l’enseignante « Sans réponse de la ministre, elle lance une pétition mi-janvier. Au compteur lundi soir, 15 000 signataires. »
La Provence aussi titre à ce sujet « le tableau très noir des écoles ».
Aujourd’hui, la polémique enfle. Libération persiste et signe « Du moisi et du froid : le ras-le-bol des écoles marseillaises ». Tout comme France Bleu Provence qui résume les faits dans une revue de presse centrée sur cela.
Les politiques ne sont pas en reste, comme le maire de la ville, Jean-Claude Gaudin, invité par Public Sénat. Il dénonce
« la description apocalyptique » faite des écoles de sa municipalité. L’Express le relaie en résumant et citant l’interview « Jean-Claude Gaudin précise par ailleurs que depuis qu’il est maire de Marseille, c’est-à-dire depuis 21 ans, le budget alloué à l’Education nationale en matière de constructions et de travaux s’élève à 550 millions d’euros. »
La Provence a interrogé la ministre qui dénonce : « Ces conditions et la souffrance dans laquelle vivent au quotidien ces élèves, ces enseignants et personnels ne sont pas dignes de la République. »


Intégration

« Combien d’entre vous sont français ? de nationalité française ? » Scène déjà culte d’un documentaire [LES FRANÇAIS c’est les autres] à voir ce soir à 23h30 sur France2 dont on peut déjà voir un extrait sur Dailymotion. Il met en scène de jeunes lycéens issus de l’immigration.
Dans Rue89, Pierre Haski s’interroge sur le miroir que nous renvoie ce documentaire. « En un mot, c’est un film qui montre la complexité. Et pourtant, c’est aussi un documentaire dans lequel tous ceux qui cherchent des réponses simples à des questions compliquées vont pouvoir s’engouffrer ». Il lui trouve pourtant beaucoup de vertus et l’évoque sobrement « Ces jeunes filmés par Isabelle Wekstein-Steg et Mohamed Ulad grandissent à quelques kilomètres seulement du centre de Paris. Mais quand les deux auteurs les emmènent filmer et interroger les passants dans une rue commerçante de la capitale, leur première réaction est la surprise : « Ils nous ont parlé normalement. » ». Un long article mais qui balaie bien les problèmes sociaux qu’évoquent le documentaire, notamment ceux relatifs à leur relation au web.
Télérama est élogieux et titre « Le ghetto comme seule identité ».


Cigarette

C’est le Monde qui a craqué l’allumette. « les proviseurs veulent autoriser temporairement la cigarette dans les lycées ». Suite au plan vigipirate, tout attroupement est interdit devant les établissements scolaires mais « La cigarette étant proscrite dans les établissements scolaires, les lycées tolèrent que les élèves fumeurs – majeurs comme mineurs – sortent durant les pauses pour fumer leur cigarette. Mais depuis les attentats de novembre, afin d’assurer la sécurité de ces élèves, de nombreux proviseurs ont choisi de les autoriser à fumer dans l’enceinte de l’établissement, « pas dans la cour en tant que telle, mais dans un lieu ouvert et bien défini », précise M. Richard, secrétaire général adjoint du SNPDEN »
Ils ont demandé que cette décision prise dans l’urgence soit autorisée temporairement mais « la Direction générale de la santé a récemment refusé, au motif que « l’état d’urgence ne modifie en rien les textes sur l’interdiction de fumer ». Une « réponse stupéfiante, associée à une menace d’amende si nous ne respectons pas la loi », s’insurge le secrétaire général adjoint du SNPDEN, qui en appelle cette fois au premier ministre. »
Information relayée aussi par Le Figaro et L’Express entre autre.


Un peu de tout

Le Parisien s’inquiète des cantines scolaires des collégiens des Hauts-de-Seine.
« « Marre d’avoir faim ! » La grogne monte dans les cantines de nombreux collèges du département. En cause, la qualité, et surtout la quantité jugée insuffisante des repas fournis par la société Elior. Celle-ci s’est vue confier depuis la rentrée 2014 la gestion des cantines de 55 établissements -sur 98- dans le cadre d’une délégation de service public par le conseil départemental des Hauts-de-Seine. ». En bref, la qualité laisse déjà à désirer, mais aussi les quantités faute de pouvoir correctement évaluer les effectifs. Les tarifications auraient elles aussi été modifiées en cours d’année.

« Comment s’informent les jeunes ? » c’est la question que le journal La Croix, a posée à Jean-Marc Merriaux, directeur du réseau d’éducation Canopé/Clémi. La réponse est claire « les jeunes s’intéressent à l’actualité mais ne la suivent pas sur les médias traditionnels (presse écrite, radio). Ils s’informent essentiellement sur Internet et notamment les réseaux sociaux, tels que Facebook et dans une moindre mesure Twitter. Ils vont également chercher l’information sur Youtube ou Daylimotion, des sites de vidéo qui n’ont pas de lien avec l’actualité. »

Dans Educpro, Isabelle Dautresme interviewe Daniel Filâtre, recteur de l’académie de Versailles qui souligne qu’il faut « mettre en place une véritable formation continue des enseignants »

Sandrine Chesnel pose dans L’Express la question de l’usage des classements de taux de réussite par les parents d’élèves pour choisir entre Collèges publics et privés. Mais elle rappelle aussi que ce « taux de réussite au brevet n’est qu’un indicateur parmi tous ceux qui font un "bon" collège, comme par exemple la présence d’une équipe de professeurs soudée et habituée à travailler de concert, ou l’existence de projets pédagogiques innovants et motivants pour les élèves. Des critères qui ne figurent pas dans le classement de France Examen. »

Emilie Kochert


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Pédagogie : des utopies à la réalité

Revue n°525 - décembre 2015
Qu’est-ce qui fait qu’un enseignant, un éducateur, sort des sentiers battus et s’avance sur les chemins de l’expérimentation et de l’innovation ? Qu’est-ce qui le met, l’a mis en mouvement ? Quels sont les utopies, les projets, les rêves, les modèles peut-être qui font entrer dans un collectif, un mouvement pédagogique ?

Enseignants, parents, réussite des élèves : quel partenariat ?
Ouvrage -Pierre Madiot - CRDP de l’académie d’Amiens Crap-Cahiers pédagogiques, collection Repères pour agir, 2010

« Que font les parents ? », « c’est la faute aux parents », « les parents devraient nous laisser faire notre travail » : on entend trop souvent ces plaintes, qui ne sont pas sans se contredire. Le parti pris de cet ouvrage est à l’opposé des déplorations. Comme dans les autres livres de la collection, témoignages, outils, réflexions alternent dans un ensemble organisé et cohérent. Les lecteurs, professionnels de l’éducation ou parents y trouveront de nombreuses pistes pour un vrai partenariat, où chacun prend sa place, toute sa place. Et ceci alors que la mise en place du socle commun le rend encore plus nécessaire, pièce maitresse pour la réussite de tous les élèves.