Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de Presse du mercredi 18 mai 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de Presse du mercredi 18 mai 2016

Marronnier - Programmes - Priorités - Malaise


C’est dans un mois ! Les journaux commencent leur marronnier de printemps, le baccalauréat. Les nouveaux programmes continuent de se focaliser sur le collège, mais l’éducation prioritaire semble en danger quand le confort en classe préoccupe autant que le malaise enseignant.


Marronnier : bac

Vousnousils vous propose de réviser. Il n’est jamais trop tôt pour commencer en effet, en particulier pour le « Vocabulaire anglais : les sites incontournables pour le réviser »

L’Etudiant se demande « comment rattraper les cours perdus ? » des lycées bloqués et égrène des conseils méthodologiques.

Le Parisien suit son lauréat 2016 des lycées, le LGT W.A. Mozart du Blanc-Mesnil, et dévoile « A un mois du bac, les candidats confient leurs peurs et leurs astuces ». « Des révisions aux résultats, nous allons suivre le quotidien d’Abdoulaye, Maxence, Salim et Sabera, élèves de terminale du lycée Mozart du Blanc-Mesnil, l’établissement arrivé en tête de notre palmarès 2016. » Feuilleton à suivre donc.

Dans Le Dauphiné, c’est plutôt sur les cafouillages qu’on insiste « Cluses : ils sont inscrits dans les mauvaises épreuves au baccalauréat ». Dans tout ça, rien de bien nouveau sous le feuillage médiatique...


Nouveaux programmes

Dans le Huffington Post, une tribune de Fatiha Boudjahlat, Secrétaire Nationale du MRC à l’Education est intitulée « Les manuels scolaires nouveaux sont arrivés ». On y découvre un pamphlet à charge contre les nouveaux programmes mais aussi des punchlines amusantes : « Quand des agrégés qui confectionnent les manuels essaient de parler comme des jeunes, essaient de trouver des activités tirées de leur vécu, cela donne des pages navrantes ». Du côté des charges, on lit « Les manuels ont été fabriqués pour respecter le contenu des nouveaux programmes mais également les nouvelles modalités de l’architecture pédagogique qui nous viennent du monde anglo-saxon : le spiralaire, le curriculaire, le transdisciplinaire. » et même « La logique est de susciter l’intérêt des élèves pour les enrôler dans une tâche complexe, dans une logique de projet collectif. ». Enrôler...

Dans un esprit plus pratique, Actua Litté propose « 4 solutions pour marquer facilement les manuels scolaires à la rentrée ». Ces solutions sont bien connues des professeurs documentalistes mais bien pratiques pour les écoles ou pour comprendre à quoi sert chacune d’elle.

Ouest France interviewe Michel Lussault, président du Conseil Supérieur des Programmes pour un point d’étape. Constat ? « Les nouveaux programmes scolaires s’installent ». S’il rappelle qu’il y a de vraies nouveautés dedans, il précise que ce n’est « pas une révolution ».


Priorités

La question de l’éducation prioritaireagite Vousnousils : « en colère, les « profs zombies » de Colombes organisent une « Garden Party » ». « Pour protester contre une baisse des moyens, et contre la sortie du réseau d’éducation prioritaire des lycées, les profs de Colombes manifestent le 18 mai d’une façon originale. Ils organisent une "Garden Party" devant le ministère. »
Elle agite aussi Guyane Première qui signale que « les syndicats dénoncent la remise en cause des REP+ » car « La Guyane pourrait ne pas être classée en REP+ (réseau d’éducation prioritaire renforcée) L’’ancien recteur l’avait pourtant promis début 2016, mais le gouvernement reviendrait sur sa promesse invoquant des raisons budgétaires. Le syndicat UNSA annonce une grève à la fin du mois de mai. ».

Une autre priorité, l’éducation à la citoyenneté. Audrey Azoulay sur TV5Monde « veut que les musées contribuent davantage à "l’éducation citoyenne" »
« Le musée est un passeur de mémoire, un producteur d’émotion esthétique, un médiateur entre les disciplines", a dit Mme Azoulay, en soulignant qu’il devait être aussi "un socle de l’éducation citoyenne, un producteur de lien collectif »


Malaise

Au sein d’un dossier sur l’architecture scolaire, Le Café Pédagogique titre « Architecture scolaire : Le regard inquiétant de l’ergonome sur nos classes ». Et en effet ce n’est guère rassurant. « Ergonome, Catherine Bonnety travaille en entreprise à améliorer l’adaptation des postes de travail à la santé des salariés. [...] "Si les élèves et les enseignants étaient des travailleurs régis par le Code du travail, tous porteraient des casques acoustiques en permanence", explique C Bonnety »
Sur cette question, on peut aussi lire le dossier du groupe Respire sur Viaeduc.

Dans Mediapart, Faïza Zerouala nous livre deux réflexions sur le malaise enseignant. La première revient sur « ce que dit la polémique Antoine Prost ». « Lors d’un débat récent autour des valeurs de la République, l’historien Antoine Prost s’est livré à une analyse sévère du mode de fonctionnement des professeurs, les accusant, entre autres, de ne pas avoir le sens du collectif. Des propos qui ont agité la Toile et crispé les enseignants, décelant du mépris dans ces mots et révélant un certain mal-être parmi le corps éducatif. »
La seconde mentionne « L’école à l’épreuve d’une révolution conservatrice ». Elle y livre un entretien avec Grégory Chambat : « L’école est en proie depuis les années 1980 à un assaut conservateur, qui s’exprime dans le champ médiatique et politique et qui rêve de restaurer l’ordre et la nation au sein de cette institution. C’est cette révolution conservatrice insidieuse que Grégory Chambat, enseignant dans un collège de Mantes-la-Ville, décrypte dans son ouvrage L’École des réac-publicains, la pédagogie noire du FN et néo-conservateurs (éditions Libertalia). »

Emilie Kochert (avec l’aide précieuse des recherches de Bernard Desclaux)


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Comprendre les énoncés et consignes - Un point fort du socle commun
Ouvrage - avril 2016
Jean-Michel Zakhartchouk - CANOPE, Editions AGIR

Tant d’élèves échouent dans leur travail scolaire parce qu’ils n’ont pas compris ou mal compris la consigne ! Il est donc impératif pour les enseignants de les aider dans cette compréhension, moins en supprimant les difficultés qu’en leur permettant d’affronter ces difficultés, à l’aide d’outils, de « bons gestes », d’entrainement méthodologique. C’est pourquoi cet ouvrage, qui contient un grand nombre d’activités, éclairées par des apports plus théoriques, rendra service aux praticiens dans le cadre du domaine 2 du socle commun, de la maternelle au lycée.
Ce livre est une réédition largement revue et augmentée de travaux précédents du même auteur qui mène depuis trente ans une réflexion sur le sujet.

Mettre en oeuvre les EPI

Revue n°528 - mars 2016
Les enseignements pratiques interdisciplinaires vont se mettre en place à la rentrée 2016. Dans certains collèges, on anticipe déjà. Dans d’autres, les pratiques interdisciplinaires existent depuis un certain temps. On ne part
donc pas de rien et les EPI peuvent s’appuyer sur l’existant.