Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de Presse du mercredi 10 février 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de Presse du mercredi 10 février 2016

OCDE - Comptes - Rythmes - Bref


En ce jour du dernier conseil des ministres avant remaniement, l’actualité éducative ne s’en préoccupe nullement. Non, aujourd’hui il est question de rapport de l’OCDE, de cour des comptes et de rythmes scolaires. On y mentionne aussi quelques brèves de-ci de-là.


OCDE

« La lutte contre l’échec scolaire selon l’OCDE » titre Le Point dans un article dont le ton est à l’avenant du chapeau : « L’OCDE a épluché la dernière étude Pisa pour tenter de comprendre les problèmes des élèves peu performants et d’y remédier. »
SudOuest précise que la lutte contre « les faibles résultats scolaires, qui concernent 28% des élèves de quinze ans, coûte de l’argent mais s’avère rentable à long terme ».
Quant à Metro édition belge, il insiste sur le fait qu’ « Une meilleure mixité sociale dans les écoles aide les élèves les plus faibles. « Les élèves n’apprennent pas seulement de leurs enseignants, mais aussi de leurs pairs. Si la plupart de leurs compagnons de classe sont faibles et issus de milieux socio-économiques défavorisés, ces élèves peuvent alors avoir une scolarité plus difficile étant donné que tous les enseignants ne sont pas adéquatement formés pour gérer de fortes concentrations d’élèves de ce type ». »
L’Express rappelle que, si coût il y a au départ, « selon les experts de l’OCDE, le coût financier du soutien à ces élèves en difficulté serait moins élevé que les conséquences d’une scolarité manquée ou inaboutie. Les mauvais résultats scolaires "ont des conséquences à long terme", avec "un risque élevé de décrochage complet" pour ces jeunes et une croissance économique amoindrie est-il écrit. Certains pays se retrouvent même dans un "état de récession permanente", prévient le rapport. » Lorsqu’on cumule les facteurs « la probabilité d’être peu performant en mathématiques culmine à 76 % pour une fille issue de l’immigration, parlant à la maison une autre langue qu’à l’école, vivant dans une famille monoparentale en zone rurale, qui n’est pas allée à l’école maternelle, ayant redoublé et scolarisée dans une filière professionnelle. ».


Cour des comptes

Le rapport de la cour des comptes est passé à la loupe pour ses recommandations sur le tabac. Pourtant il évoque aussi l’éducation.
Polynésie1ère pointe le « peut mieux faire » de la Cour des comptes « qui dresse un bilan sans concession du système éducatif en Polynésie française et en Nouvelle Calédonie ». « Dans ce rapport, on apprend que les dépenses publiques consacrées à l’éducation représentent 1,3 milliards d’euros, soit 156 milliards de francs CP. Une partie de cette somme est prise en charge directement par l’État. Pourtant, seuls 54% d’une classe d’âge obtient le baccalauréat. Un chiffre en constante augmentation, mais encore très éloigné des 83% de la métropole. Autre donnée à retenir... Les effectifs scolaires ont fortement baissé depuis 10 ans : 8000 élèves en moins au fenua ! » Mais « Suite à ces recommandations, la Polynésie française a fait savoir qu’elle se rapproche peu à peu des références métropolitaines et que l’État doit continuer à l’accompagner dans la modernisations des infrastructures éducatives. »
Les Décodeurs du Monde s’intéressent à Science-Po de leur côté : « Au cours des vingt dernières années, Sciences Po a beaucoup changé, se tournant vers l’international, proposant de nouvelles formations… mais « en s’appuyant sur des règles et des modes de fonctionnement ayant peu évolué depuis 1945 », constate la Cour. Un premier rapport avait déjà alerté en 2012 sur le risque de « gestion défaillante ». » Ils insistent sur « une persistance du manque de clarté dans la rémunération des cadres dirigeants de l’institution, et en particulier de son directeur. Certes le salaire a été diminué de plus de moitié (537 000 euros en 2010, contre 200 000 euros en 2013), mais il reste bien supérieur à celui de ses homologues d’université. »


Rythmes

On reparle des rythmes scolaires dans un dossier du Parisien qui titre « La réforme des rythmes scolaires est une nouvelle fois sur la sellette. Avec des maires en première ligne. ». « Les grandes métropoles, par la voix de leur association France urbaine, viennent de lancer un appel à la ministre pour qu’un bilan soit tiré des effets pédagogiques des nouveaux rythmes. D’autres communes, comme Arras, ont engagé des spécialistes pour faire évaluer leur politique locale... et ne se priveront pas pour réclamer bientôt de l’État la même introspection. »
Pendant que SudOuest délivre un satisfecit à « Une meilleure organisation du temps de l’élève  ». « Le dispositif, dont le coût s’élève à près de 20 000 euros (Cauna y participe au prorata du nombre de ses élèves), est probant et satisfait l’ensemble de la communauté éducative. Pour Christophe Sourrouille, maire adjoint délégué à l’éducation pour le Sivu, il s’agit, depuis le début, « de bâtir un projet cohérent en étroite collaboration avec les enseignants et les parents, en recherchant le meilleur équilibre hebdomadaire ».  »
On ne sait finalement que croire...


Bref

Bref moment d’humour au début du discours de la ministre sur le très sérieux sujet du complotisme hier dont Europe1 se fait l’écho en titrant « Trois minutes de Najat Vallaud-Belkacem démontant avec ironie toutes les rumeurs à son sujet » : Claudine y complote contre l’accent circonflexe depuis son enfance, tout en divorçant d’avec son bébé ou à peu près... Un humour de bon aloi dans un discours nécessaire.

Brève du Café pédagogique mentionnant l’intersyndicale au sujet des enseignants spécialisés.
« Le Snuipp, le Sgen et le Se-Unsa se sont unis pour soulever auprès de la ministre le cas des enseignants spécialisés. "La situation des enseignants spécialisés et des coordonnateurs pédagogiques exerçant en établissement médico-social ou de santé repose sur des textes obsolètes et conduit à des traitements très inégalitaires à l’échelle nationale. Ils n’ont jamais fait l’objet d’un réexamen", expliquent les syndicats. » Ils y donnent un lien vers la lettre, voici les deux autres : lettre et lettre. Un oublie fortuit.

Zone numérique annonce brièvement que le « professeur Yann Le Cun qui a été nommé à la tête du laboratoire d’intelligence artificielle de Facebook est allé au Collège de France ce jeudi 4 février pour démarrer un cycle de conférences sur le deep learning. »

Emilie Kochert
qui a pris brièvement les commandes avant de les transmettre à Mila Saint Anne demain.


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Quelle éducation prioritaire ?
Revue n°499 - septembre 2012

Où va l’éducation prioritaire, après les dispositifs « Ambition réussite », puis « Éclair » ? Quelles évolutions des pratiques professionnelles, dans la classe, dans l’établissement, dans le réseau ? De ces établissements trop souvent lieux de relégation sociale et scolaire, peut-on faire une école commune ?

Travailler avec les élèves en difficulté
Revue n°480 - mars 2010

Que faire avec ces élèves que l’on dit « en difficulté », c’est-à-dire ceux qui mettent leurs enseignants en difficulté, qui incarnent la difficulté de l’école à assumer ses ambitions d’une culture commune pour tous ?

Le temps d’apprendre
Revue n°490 - juin 2011

L’objet de ce dossier est de montrer différentes manières dont joue le temps dans les apprentissages. À long terme sur les parcours des élèves ou la conception des enseignements. À court terme sur la vie de la classe, ses gestes au quotidien, le respect des rythmes de chacun, les souplesses à trouver entre lenteur et rapidité.