Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de Presse du jeudi 21 avril 2016


JPEG - 26.3 ko

Revue de Presse du jeudi 21 avril 2016

Numérique - Droits - Enseignement supérieur - Absences - Ailleurs


21 avril, anniversaires dans la presse, certains people (en juin en fait) et d’autres politiques. L’actualité éducative n’est pas en reste mais pas en fête. Il est question aujourd’hui de numérique en tablettes, de droits, des enfants comme des enseignants, de la situation dans l’enseignement supérieur. On évoquera aussi le sujet des absences ainsi que de l’éducation ailleurs. Une revue de presse bien chargée...


Numérique

Dans Le Monde, la ministre explique que le plan numérique renforce le rôle des enseignants. Elle évoque aussi 3 jours de formation numérique obligatoire d’ici juillet. Ce plan était prévu mais dans de nombreuses académies, ces journées n’auront pas lieu.

Le président l’avait mentionné, c’est en cours selon OuestFrance, « Un quart des collèges équipés de tablettes en cinquième. »
Mais pour le Figaro, le « Numérique au collège : le grand « bricolage » ». En effet « « Tous les élèves de cinquième », soit 800 000 collégiens, devaient être équipés d’une tablette numérique individuelle dès la rentrée 2016. C’était une promesse de François Hollande, exprimée en 2014. Alors que la ministre de l’Éducation fait un déplacement sur ce thème ce jeudi, l’objectif est loin d’être réalisé : seuls 900 établissements sur 7100 collèges ont répondu à un premier appel à projets lancés par le ministère. Certes, quelques centaines de plus ont répondu à un deuxième appel à projet, comme doit l’indiquer jeudi Najat Vallaud-Belkacem. Mais l’objectif a bien été revu à la baisse pour cette année. » C’est surtout que selon Thierry de Vulpillieres, responsable éducation France de Microsoft « Un écran n’a aucune vertu particulière. L’enseignant est la seule clé, le mètre étalon. S’il n’est pas motivé, cela ne sert à rien d’y aller. L’écran sera rangé dans un carton ou ne constituera pas un objet éducatif. Mieux vaut débuter avec des personnes vraiment motivées.  »

Dans Sen360, on questionne l’usage informatique et notamment « la prise de notes sur ordinateur est en train de tuer l’apprentissage ». « la science a récemment démontré que la prise de notes à la main était plus utile et plus efficace pour l’apprentissage sur le long-terme.
Cette conclusion, on la doit à une étude publiée dans la très sérieuse revue américaine Psychological Science, par Pam A. Mueller de la Princeton University et Daniel M. Oppenheimer de l’University of California. Tous deux ont évalué comment la prise de notes, qu’elle soit informatique ou manuscrite, influe sur l’apprentissage. Et il y a bien des différences. « Quand les gens tapent leurs notes sur l’ordinateur, ils ont tendance à essayer d’écrire le maximum de ce qu’ils entendent mot pour mot » [...]
D’après Mueller et Oppenheimer, les méthodes de prises de notes peuvent être séparées en deux catégories : celle qui nécessite une réflexion, et celle qui n’en nécessite pas. La première fait appel à des capacités comme la notion de concept et de synthèse quand la seconde ne demande qu’une reproduction identique et machinale de ce que l’élève entend.
 » Donc, ces éminents scientifiques ont choisi comme situation pédagogique de référence l’enseignement frontal, celui qu’ils utilisent dans leurs universités respectives...

Le Figaro s’intéresse aussi à l’autoédition professorale : « Quand Amazon forme les profs à l’autoédition » « D’un côté, « une filière industrielle française du numériqueéducatif », régulièrement mise en avant par François Hollande. De l’autre, un accord signé en mars entre Canopé, l’opérateur public du ministère de l’Éducation national, qui édite des ressources pédagogiques et… Amazon. » « « Le ministère n’encourage pas les enseignants à produire leurs propres ressources, se défend-on Rue de Grenelle. Amazon forme des enseignants à ses outils ». Apple, les Éditions du Net, ou tout autre éditeur pourraient faire de même, explique Jean-Marc Merriaux, le directeur général de Canopé. » mais le choix d’Amazon passe mal auprès de certains syndicats de l’édition.


Droits

Droits des fonctionnaires d’abord avec la « Publication de la loi sur la déontologie des fonctionnaires. » évoquée dans le Café Pédagogique.
« Le texte a perdu notamment les articles qui voulaient imposer un droit de réserve strict aux fonctionnaires. Il est simplement indiqué : " Dans l’exercice de ses fonctions, (le fonctionnaire) est tenu à l’obligation de neutralité. Le fonctionnaire exerce ses fonctions dans le respect du principe de laïcité. A ce titre, il s’abstient notamment de manifester, dans l’exercice de ses fonctions, ses opinions religieuses. Le fonctionnaire traite de façon égale toutes les personnes et respecte leur liberté de conscience et leur dignité". Un long paragraphe traite du cumul d’activités et des limites qui y sont dorénavant appliquées. »
Vous pouvez vous reporter au texte de la loi paru au Journal Officiel.

Droits des enfants aussi comme à Sotteville-lès-Rouen pour soutenir une famille de réfugiés arméniens au sujet de laquelle France3 a réalisé un reportage. « Une grande chaîne humaine s’est formée ce mercredi midi, à Sotteville-lès-Rouen, à l’initiative des élèves des collèges Emile Zola et Jean Zay, où sont scolarisés 2 enfants arméniens menacés d’expulsion. ». Un bel exemple d’engagement citoyen et de solidarité pour valider ces compétences en EMC.

Le Café Pédagogique signale qu’à Calais le défenseur des droits demande que les mineurs non accompagnés soient scolarisés.

Autre droit dans Le Monde, le retour du « Projet de loi contre la fessée ». L’article est réservé aux abonnés.


Enseignement supérieur

Dans l’Etudiant, on apprend que selon « Ghislaine Filliatreau : "Le classement U-Multirank est toujours en phase pilote". »
« 1.300 écoles et universités, dont 74 françaises, 13 grandes disciplines... L’U-Multirank poursuit, dans sa troisième édition parue début avril 2016, son ambition de cartographier l’enseignement supérieur européen. Directrice de l’OST, Ghislaine Filliatreau évoque l’avenir de ce palmarès interactif toujours en quête d’un modèle économique. »

The Conversation nous dévoile, en français, un secret bien gardé ? « les universitaires se doivent d’avoir de l’humour » : à lire et pas seulement par les universitaires !

JPEG - 65.6 ko
Les universitaires ont de l’humour par Geneviève Brassaud

L’Etudiant encore nous informe que « Apax et Bpifrance rachètent cinq écoles privées »
Le Figaro rentre dans le détail du communiqué « Business School (EBS), l’Ecole Centrale d’Electronique (ECE) et le Centre d’Études Politiques et de la Communication (CEPC), qui rassemblent quelque 7.500 étudiants, »


L’absence

Le site du Ministère publie des informations concernant l’absentéisme des élèves analysées par la DEPP : « La moitié des élèves absentéistes concentrés dans 10 % des établissements » « Le taux d’absentéisme dépend du calendrier scolaire : faible en septembre 2014 (2,5 % en moyenne), il atteint 6,1 % en mars 2015. Le mois de janvier est souvent pris comme référence pour la mesure de l’absentéisme car, peu touché par les vacances, il compte quatre semaines entières chaque année... ». « Les lycées professionnels connaissent trois fois plus d’absentéisme lourd que les lycées d’enseignement général et technologique et sept fois plus que les collèges. »
Vousnousils reprend ces informations et précise : « Si l’absentéisme reste « plus important » en lycée professionnel, c’est principalement en raison d’une « orientation plus ou moins désirée, des temps de transport plus élevés, et du temps consacré à un travail d’appoint », peut-on lire dans l’étude de la Depp. »

Le Monde préfère revenir sur « Le non-remplacement des professeurs en trois chiffres »


Ailleurs

Sur le site du CRAP-Cahiers pédagogiques on rappelle que « Molenbeek, c’est aussi cela ! »
« En 2014 et 2015, le CRAP-Cahiers pédagogiques est intervenu dans une formation d’animateurs, à la demande de la Coordination des écoles de devoirs de Bruxelles, dans un quartier devenu célèbre à son corps défendant. En Belgique francophone, cette institution assure surtout du soutien scolaire pour un public populaire, même si ses responsables voudraient qu’elle soit davantage que cela, un véritable accompagnement à la scolarité. Nous publions ici le témoignage d’une actrice engagée, aux lendemains de la tragique tuerie de mars dernier à Bruxelles. »

Euronews s’intéresse à la grève des enseignants en Hongrie. « Ecoles fermées et piquets de grève : les enseignants hongrois ont de nouveau cessé le travail ce mercredi. Depuis des mois, ils réclament des moyens supplémentaires et dénoncent l’hyper-centralisation de l‘éducation par le gouvernement de Viktor Orbán. Un gouvernement qui se dit prêt à négocier mais sous étroites conditions, quitte à choisir leurs interlocuteurs. »

Selon Solidarité Laïque, « L’éducation pourrait ne plus être un droit humain mais un marché de 50 milliards de dollars. ». « Depuis quelques années, dans les pays du sud, les écoles à bas prix se développent à un rythme inquiétant. Sylvain Aubry, conseiller juridique et recherche à la Global Initiative for Economic, Social and Cultural Rights, fait le point sur la situation. »
« Il faut distinguer plusieurs types d’écoles : certaines, telles que les écoles communautaires, agissent là où les services publics ne s’investissent pas et ont un but essentiellement éducatif. D’autres écoles, liées à des multinationales, ont une visée essentiellement commerciale, avec l’objectif de générer un profit en vendant à des populations pauvres des services éducatifs d’une qualité douteuse. La plupart de ces écoles, dites « à bas coût », ne coûtent « que » quelques dollars par mois, ce qui ne les rend pas pour autant accessibles à tous. Il faut compter entre 6 et 20 dollars par mois par enfant. A ce tarif, on estime que 10 à 50 % des plus pauvres du monde ne pourront jamais scolariser leurs enfants. ». Encore un droit bafoué...

Emilie Kochert qui laisse sa place demain à Pascal Thomas.


JPEG - 20.3 ko

Dans la librairie des Cahiers Pédagogiques

Quelle éducation laique à la morale ?
Revue n°513 - mai 2014

Que s’agit-il d’enseigner, pour ce qui ne peut se réduire à une discipline scolaire ? Dans quel objectif, entre pacification des relations et formation du jugement moral ? Qui pour le faire, dans quel cadre ? Bien des questions, et ce dossier ose dès maintenant des réponses, dans la conviction que nous touchons là à un rôle fondamental de l’école.

Enseigner en primaire avec le numérique
Hors-série n°38 - février 2015
Dossier coordonné par Armelle Legars et Ostiane Mathon

Photographie numérique instantanée, ce dossier montre les modifications des pratiques pédagogiques en classe. Avec un regard à la fois positif et critique, les auteurs nous parlent en effet de ce qu’ils font ou observent.
On y découvre des hésitations, des enthousiasmes, sur fond de travail collectif et d’apprentissages adaptés