Accueil > Le Cercle de recherche et d’action pédagogiques > L’association > Les évènements > Les rencontres > Rencontres 2011 : Enseigner - Apprendre - Se former > Retour sur nos Rencontres d’été 2011 : Apprendre, enseigner, se (...)


Retour sur nos Rencontres d’été 2011 : Apprendre, enseigner, se former

par Jean-Michel Zakhartchouk

Sous le beau soleil aveyronnais et dans le cadre très agréable d’un lycée de Saint-Affrique se sont déroulées les traditionnelles Rencontres du CRAP-Cahiers pédagogiques. Près de 80 participants dont un certain nombre de jeunes enseignants, et toujours le même dynamisme, le même bouillonnement qui permettent de « faire le plein d’énergie pour la rentrée » comme le notent plusieurs participants et comme en témoigne la vidéo en fin d’article.

Des ateliers ont permis de creuser encore un peu plus des questions souvent travaillées par notre association : comment développer la coopération en classe, comment concilier l’individuel et le collectif au lieu de les opposer, comment faire travailler en équipe autour du socle commun, comment développer des dispositifs de formation efficaces et correspondant à des valeurs progressistes. Un autre atelier explorait les possibilités nouvelles que nous offre le Web 2.0 et les nouvelles technologies.
Mais les Rencontres CRAP, ce sont aussi des activités créatrices et d’exploration. Oui, participer à un atelier « clown » ou « danses africaines » permet de découvrir d’autres formes d’expression et est une autre façon de se former. Oui, apprendre à découvrir une région chargée d’Histoire, intéressante sur le plan de la géologie ou de la botanique, c’est aussi réfléchir aux apprentissages de ce qu’on ne connait pas toujours, c’est apprendre à observer, à explorer. Oui, on peut aussi faire de la « randonnée-philo », mais aussi échanger dans des moments informels, parfois en dégustant un roquefort arrosé d’un vin de Millau…
À l’occasion de ces Rencontres, notre ami Thierry Foulkes a tourné une vidéo qui nous en donne un aperçu (voir plus bas). Et cela nous permet d’évoquer un autre élément important, qui contribue à la réussite : la présence de nombreux enfants des participants, pris en charge pour un prix modique par des animateurs, mais qui donnent un plus à cette rencontre. On pourra se rendre compte de la saveur de cette présence dans la vidéo !
Au cours de ces journées, des débats également pour préparer notamment nos futures troisièmes Assises de la pédagogie en octobre prochain et alimenter nos propositions pour 2012. Avec notamment une table ronde par Jean-Charles Cayla, Louis et Anita Weber, trois militants engagés, pas forcément toujours en accord avec le point de vue du CRAP (par exemple les critiques sur le socle commun de Louis Weber, engagé à la FSU), mais à la parole forte et stimulante.
Il y aura des échos de ces Rencontres dans les futures publications du CRAP. Déjà bien sûr, on pense à celles de 2012 qui se produiront forcément dans un contexte nouveau et donneront lieu encore à bien des débats.

Jean-Michel Zakhartchouk

La table ronde

Le 18 aout, le CRAP avait invité, profitant de leur proximité géographique, trois intervenants pour apporter des éclairages divers autour des questions qui se posent à l’école en cette période de crise et de malaise. Il s’agissait de Louis Weber, engagé dans l’Institut de la FSU et auprès d’Attac, de Anita Weber qui est depuis longtemps une militante de la démocratisation culturelle, y compris au Cabinet du Ministère Trautman et de Jean-Charles Cayla, qui fut IPR et inspecteur d’Académie en Aveyron et fortement impliqué dans l’accompagnement des élèves. Un débat avec la salle a suivi bien entendu les interventions initiales. Nous voudrions seulement ici rapporter quelques moments forts de ce temps visant pendant la semaine des Rencontres la stimulation des participants…
Pour Louis Weber, la période actuelle est marquée par une tendance qui va à l’encontre du mouvement de démocratisation né aux lendemains de la seconde guerre mondiale : la montée d’une politique libérale, qui ouvre la voie à une réduction du savoir à l’utilitaire, surtout pour les élèves les plus défavorisés. L’évaluation est utilisée dans ce contexte comme un outil du libéralisme dans le sens de la concurrence entre écoles et du souci essentiel de « rentabilité ». Le socle commun et les compétences risquent du coup de n’être que des instruments de cette normalisation libérale et être perçus surtout comme des dangers… Mais dans la discussion, Louis Weber semble davantage du côté du pragmatisme, reconnait certaines vertus aux évaluations internationales (Pisa pointe par exemple la montée des inégalités scolaires en France) et critique l’encyclopédisme excessif des programmes disciplinaires. Il demande cependant à ce que l’on réfléchisse aux effets des innovations, qui ne sont pas forcément démocratisantes. Mais il s’agit bien là d’une préoccupation à laquelle les militants pédagogiques ne sont nullement étrangers. Et Philippe Watrelot, président du CRAP, a fait remarquer qu’à priori, rendre l’école plus efficace n’était pas forcément un péché. Tout dépendait sans doute de la finalité et de l’objectif poursuivi, la recherche de l’efficacité n’étant pas une valeur, mais un moyen d’évaluer des réussites et de vérifier qu’on n’est pas seulement dans le discours.
Anita Weber interroge, elle, la place de la culture dans cette école qui remet en cause les projets ambitieux auxquels elle avait participé (plan Arts et Culture à l’école Lang-Tasca, abandonné en 2002). Or, plus que jamais il s’agit par exemple de permettre aux élèves de maitriser le flux d’images auquel ils sont confrontés, de les aider à construire leur culture en les ouvrant à autre chose que ce qu’ils reçoivent à travers le « mainstream » produit par les industries culturelles. La médiation culturelle doit être à l’ordre du jour, partant du principe que les élèves ne peuvent aimer ce qu’ils ne connaissent pas. Mais elle passe par la mise en activités et Anita Weber craint qu’un dispositif comme l’histoire des arts remette en avant une manière académique d’enseigner la culture et fasse disparaitre des pratiques qui s’étaient développées, même si elles étaient loin de toucher suffisamment d’élèves. Là encore, un débat s’est engagé avec la salle, l’histoire des Arts apparaissant au contraire à certains comme une riche opportunité, à condition d’exploiter les potentialités de textes officiels qui laissent finalement beaucoup de liberté.
La vigoureuse intervention de J.-C. Cayla est un plaidoyer pour une prise en compte réelle de l’accompagnement des élèves dans le cahier des charges de tout enseignant. Et alors que l’institution semble surtout penser cet accompagnement comme une « aide aux élèves en difficulté » surtout externe aux cours ordinaires, lui au contraire demande de penser les cours autrement pour que cet accompagnement soit au cœur de l’acte pédagogique. Il combat l’idéologie du « on lui a pourtant donné toutes ses chances » et les scandaleuses formules autour de « on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif », autant de trahisons d’un idéal de réussite pour tous qui ne peut être confondu avec la méritocratie et la seule aide à « ceux qui en veulent ». Il prône une révolution dans les services et plus encore dans les missions des enseignants, laquelle est indispensable si on veut vraiment que les choses bougent. Les moments de production-appropriation et d’accompagnement de cette production doivent être au moins aussi importants que les moments magistraux. Il constate que sur la question de l’accompagnement, les textes officiels parlent plus d’horaires et de techniques que du fond. À la veille de 2012, il espère vivement que ces questions ne seront pas occultées, car elles sont essentielles, si on veut une école plus juste.


La vidéo des Rencontres 2011

Réalisation de Thierry Foulkes

Un article de la Dépêche sur les Rencontres