Accueil > Ressources > Nous avons lu > Récits et fictions des mondes disparus - L’archéologie-fiction


Récits et fictions des mondes disparus - L’archéologie-fiction

Alain Zamaron, Textuelles littérature, Presses universitaires de Provence, 2007.

6 mai 2007

Notre ami Alain Zamaron, qui va coordonner un prochain numéro sur la littérature jeunesse, est un passionné de ce genre trop peu étudié de « l’archéologie-fiction ». Or, voilà un de ces « mauvais genres » (pour reprendre le titre d’une excellente émission de France Culture) qui peut être une source de motivation et de travail très intéressant avec des élèves, amateurs d’Indiana Jones ou de recherche de mondes disparus. Lié aux découvertes archéologiques qui se sont succédé à partir du milieu du xviiie siècle, cette littérature s’est inscrite dans l’histoire culturelle de façon forte, tout en trouvant ensuite des prolongements dans la BD, le cinéma et plus récemment les jeux vidéo. Quelques grands noms d’écrivains émergent et en tout premier lieu Jules Verne, mais aussi des auteurs connus pour d’autres œuvres comme Gaston Leroux, Théophile Gautier ou Conan Doyle. L’auteur étudie sans excès d’érudition, les grands thèmes (l’Atlantide en particulier), les recettes littéraires utilisés et les rapports avec la modernité (les liens avec l’actualité sont fréquents). Sans doute d’ailleurs l’étude en collège, voire en lycée, de certaines œuvres en tant que fictions qui font rêver serait-elle une antidote à la confusion entre ces rêveries et la réalité scientifique, une confusion qui apparaît dans d’innombrables ouvrages ésotériques à base d’extra-terrestres constructeurs de pyramides et de temps cyclique opposé au progrès et à la science...

Jean-Michel Zakhartchouk