Accueil > Publications > Les avant-propos > Quoi de neuf à la doc ?


N°404 : Quoi de neuf à la doc ? coordonné par Marie France Blanquet et Raoul Pantanella

Quoi de neuf à la doc ?

Editorial du dossier 1


Les documentalistes vous invitent à pénétrer dans leur univers documentaire pour y découvrir ce qu’il y a de nouveau. En effet, ces professionnels suivent et répercutent dans leur CDI les évolutions nombreuses de la société de l’information dans laquelle nous entrons. Et des « facteurs de changement au CDI », il y en a beaucoup qu’analysent ici les auteurs en parlant des TICE, de la recherche sur Internet, des cartables électroniques et des dispositifs de réforme qui entraînent vers « de nouvelles façons d’apprendre et d’enseigner ». Les documentalistes y jouent un rôle actif, inventif, entraînant dans leurs actions les professeurs de discipline. Sans leur appui et leur collaboration, les documentalistes ne peuvent rien faire, du moins leur rayon d’action perd beaucoup de son ampleur. L’un de leur objectif prioritaire est de créer une synergie entre tous les acteurs concernés et impliqués par le processus de formation. Cette formation demande bien sûr d’être imaginée en IUFM, tant pour la formation initiale que continue. Mais on peut aussi se coformer en établissement avec l’aide active des documentalistes en place qui peuvent fort bien apprendre aux élèves et aux professeurs des disciplines les gestes qui sauvent de la maladresse documentaire...
Travailler autrement implique, pour l’essentiel, de travailler en équipe interdisciplinaire, ce qui a bien évidemment des répercussions sur la manière d’organiser la pédagogie documentaire. Et c’est à l’occasion de l’introduction des nouveaux dispositifs de la réforme des lycées et des collèges que l’interdisciplinarité prendra tout son sens : accueil en 6e, projets d’activités culturelles (PAC), itinéraires de découverte (IDD), travaux personnels encadrés (TPE), projets personnels à caractères professionnels (PPCP), enseignement civique, juridique et social (ECJS), heure de vie de classe (HVC), etc. Peu à peu le paysage pédagogique du secondaire se recompose offrant aux professeurs documentalistes de pouvoir participer pleinement aux croisements des disciplines et des savoirs tout au long du processus même de construction des apprentissages des élèves. Jusqu’alors souvent anecdotique et discontinue, l’interdisciplinarité fait du CDI son centre névralgique.
Et dans les « nouveaux espaces CDI », les documentalistes inventent de nouvelles fonctions à exercer.
On fera un tour dans les school libraries de New York pour voir concrètement se dessiner le futur technologique de ce qui commence à se faire en France. Pour s’apercevoir aussi qu’au-delà des techniques de pointe, l’essentiel demeure, comme pour nos documentalistes, le rôle pédagogique des teacher librarians. On verra quel rôle peuvent jouer aussi les CDI, avec l’appui des COP (conseillers d’orientation psychologues), pour que les élèves puissent construire leur projet personnel et s’orienter positivement. Et au-delà, les documentalistes n’ont-ils pas désormais un rôle central à jouer dans la communication interne et externe des établissements, dans la production des outils multimédias dont toutes les disciplines vont avoir un besoin quotidien ? Ne sont-ce pas là des pistes à suivre pour une plus grande professionnalisation des fonctions des documentalistes ?
Mais les docs au cœur de nouvelles façons d’apprendre connaissent parfois le découragement, sont lucides sur les difficultés qu’il y a à innover, à entraîner l’adhésion de tous. Car tout n’est pas lisse et sans aspérités pour une profession qui a peiné longtemps avant d’être vraiment reconnue comme une discipline centrale, essentielle. Nous allons donc faire plus ample connaissance avec ce corps professionnel spécifique à l’école française, encore mal connu et mal perçu par de nombreux acteurs scolaires mais qui ne perd pas son enthousiasme et sa foi dans sa mission d’humaniste contemporain.

(Marie-France Blanquet, professeur d’information-communication, Université de Bordeaux.
Raoul Pantanella, professeur honoraire de lettres.