Accueil > Ressources > Nous avons lu > Qui va sauver l’école ? 10 questions pour 14 candidats


Qui va sauver l’école ? 10 questions pour 14 candidats

Emmanuelle Daviet et Sylvain Grandserre, ESF éditeur et France Inter, 2012, 174 pages.

27 février 2012

Si les réponses des candidats à l’élection présidentielle aux questions posées par notre ami Sylvain Grandserre et une journaliste de France Inter appartiennent surtout à une conjoncture brève et d’ailleurs changeante (déjà certains ne sont plus candidats), les « propositions pour repenser l’école » à usage de tous les acteurs concernés (parents, enseignants, politiques, élèves…) sont stimulantes, alliant réalisme et utopie avec bonheur. On sent la patte d’un pédagogue qui sait de quoi il parle. Si une partie d’entre elles pouvait être mis en ordre, n’avancerait-on pas dans cette « refondation » à laquelle beaucoup d’entre nous sommes attachés ?

Ce livre est le fruit d’une intéressante collaboration entre un pédagogue averti et son éditeur dont on connait l’engagement en faveur des idées novatrices en matière d’école, et une radio de service public qui remplit ici pleinement sa mission de participation au débat citoyen.

Les auteurs posent les mêmes questions aux divers candidats [1] à l’élection présidentielle sur l’école et son avenir, mais aussi sur le sens de leur engagement dans ce domaine. Tous ont joué le jeu, sauf François Bayrou, ce qui ne manque pas d’étonner, et d’une certaine façon Nicolas Sarkozy, qui ne révèle pas « quel écolier il a été »… Bien des réponses sont instructives et dévoilent des clivages parfois inattendus. On lira avec intérêt le tableau comparatif de la page 86, qui réserve des surprises. Par ailleurs, syndicats et associations de parents répondent aussi à l’interpellation des auteurs. On s’étonnera de l’absence du SGEN (réponse non parvenue ?).

Mais la partie la plus riche et la moins liée à une conjoncture éphémère est la première où sont énoncées de nombreuses propositions pour « repenser l’école ». L’originalité est peut-être dans le ciblage qui est fait : telle proposition s’adresse plutôt aux politiques, telle autre plutôt aux parents, etc. Pour les auteurs, on peut travailler, à travers des mesures concrètes, à court ou à moyen terme, à ce que les « profs » soient plus pédagogues, moins isolés, plus généreux entre eux, à ce que les parents soient aidés, informés, accueillis, ou encore que les relations entre l’Éducation nationale et les collectivités territoriales soient plus claires. On trouvera même des propositions inattendues et qui secouent les idées reçues. Pourquoi pas pour les élèves une « tenue commune » qui serait autre chose qu’un uniforme, dans l’optique de renforcer l’identité des établissements ? D’autres idées sont plus classiques, mais pas moins intéressantes, sur la présence sur place des enseignants, la complexité des tâches à accomplir et leur valorisation ou sur l’exigence de formation initiale et continue. Les réponses des candidats permettent aussi d’avoir une idée de ce qui pourra éventuellement se mettre en place plus tard, sur le terrain.

Un livre utile pour ce débat public sur l’école pour lequel les Cahiers pédagogiques militent depuis bien longtemps !

Jean-Michel Zakhartchouk

[1Depuis, certains ne le sont plus candidats, d’autres se sont officiellement déclarés...