Accueil > L’actualité vue par le CRAP > « Qu’est-ce qui me permet de travailler mieux en classe ? »


Classe de 6e Freinet de Mons-en-Baroeul

« Qu’est-ce qui me permet de travailler mieux en classe ? »

Bilan de l’année

15 juillet 2014

Dernier rendez-vous de l’année avec l’équipe du collège Rabelais de Mons-en-Baroeul qui a ouvert une classe de 6e Freinet, avec Laurette Marotel en histoire-géographie, Stéphanie Jolivet en français, Murielle Bouré en anglais, Viviane Monnerville en mathématiques et Julien Cognet en documentation. Voici venu le temps du bilan puis de la présentation de la rentrée.


A lire aussi :
La première rencontre en octobre

En direct d’un cours de mathématiques


-Alors, comment ça va ?

- Ca va très bien ! C’est d’abord l’équipe qui va bien. Nous avons été amenés à parler plusieurs fois de ce que nous faisions dans cette classe de 6e Freinet, à des collègues, aux parents, dans un atelier lors d’une journée du CAPE (Collectif des associations partenaires d l’école). Nous participons au groupe d’échange du second degré institué le premier samedi après les vacances scolaires. Nous avons donc en retour reçu différents regards sur notre expérience, et puis beaucoup de messages de soutien, des demandes de conseils d’enseignants qui voudraient faire de même. Tout cela oblige à partager avec l’extérieur, à se remettre en question. On se préserve toutefois, on donne priorité à ce qui permet de continuer à nous interroger, nous former. Mais peu à peu, nous nous sommes rendu compte que tout cela avait fait « prendre » l’équipe, qui pourtant n’est pas fermée : nous faisons des régulations avec tous les collègues.

JPEG - 157.5 ko

Les élèves vont bien eux aussi. Ils semblent souvent avoir en tête cette question : « Qu’est-ce qui me permet de travailler mieux en classe ? » Alors leur comportement et leur attention sont très positifs, ils sont vraiment engagés dans le travail, dans une attitude de recherche, et de critique de ce qu’ils trouvent. Vraiment constructifs. D’autant que nous sommes passés au bulletin par compétences, que la note ne prend plus toute la place. Les élèves acceptent mieux aussi les remarques des enseignants : on a l’impression d’être sortis de la dualité, ils font preuve de réflexivité sur leur travail et leur comportement, les uns et les autres, les uns sur les autres. Le travail à la maison s’est bien amélioré aussi, grâce au tuteur sans doute, un enseignant référent qui les suit en plus du professeur principal.

C’est Viviane Monnerville qui conclut et qui annonce les projets pour l’an prochain.

JPEG - 6.9 ko

« Nous avons fait le le bilan de cette première année et mis en place un cahier des charges pour fixer différents points.
La formation d’abord, pour continuer à nous enrichir : nous avons fixé un calendrier pour éviter que les impératifs ne prennent le dessus et que la formation ne soit reléguée au dernier plan. D’autant plus que deux collègues qui n’ont jamais enseigné en Freinet ont exprimé le désir de se joindre à l’équipe : une en français et un autre en SVT.
Ce cahier des charges nous permet aussi d’harmoniser nos pratiques en matière de sanctions, la tolérance face à un comportement, à du travail non fait... Il nous a permis également de pointer des thèmes transversaux qui doivent faire l’objet d’échange dans l’équipe.

Nous avons eu 25 demandes pour 21 places pour la sixième à venir et la cinquième ouvre en septembre. Ce qui signifie quatre semaines des arts à penser : nous nous y sommes penché cette fin d’année.
D’un point de vue "administratif" nous profitons du travail fait en amont : nous gardons les matrices des plans de travail et les bulletins de compétences.
Les parents ont longuement exprimé leur soutien, leurs remerciements. Cela nous touche beaucoup. Et nous les remercions aussi car cela nous galvanise et donne de la légèreté à la tâche qui nous attend en septembre !
 »

Propos recueillis par Christine Vallin

Sur la librairie

 

Les portraits de Monique Royer
Ils enseignent en classe d’accueil, au Liban, à des élèves handicapés. Ils utilisent un blog, de la couleur ou les volcans. Ils sont enseignants, chef d’établissement, journalistes. Ce sont dix-neuf portraits enthousiasmants d’enseignants et d’acteurs de l’école que l’on découvre dans ce dossier.