Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Annonces et communiqués > Qu’est-ce que l’art sacré ?


Qu’est-ce que l’art sacré ?

Conférence du Centre Civique d’Etude du Fait Religieux* mardi 10 janvier à 20h00 à la Mairie de Montreuil


Conférence animée par Bruno STREIFF, historien d’art, metteur en scène d’opéras, essayiste, romancier.

Le sentiment religieux, le sens de la transcendance, sont-ils à l’origine de l’art ? Ou bien la religion ne représente-t-elle qu’un des registres de l’expression artistique, vite subverti pour autonomiser les « genres mineurs » - Autoportrait, nature morte, paysage - et les élever au rang de peinture estimable ?
La religion catholique n’a-t-elle pas instrumentalisé l’art, le traitant comme un outil de propagande et une arme au service de la Contre-Réforme ?

Autant de questions qui se répercutent jusque dans nos débats idéologiques actuels sur la laïcité.

Mardi 10 janvier 2006 à 20h00 - Mairie de Montreuil - salle des fêtes - ENTREE LIBRE


Par ailleurs, en vue d’approfondir le sujet, un cycle de 4 cours est proposé sur le thème " Culture et religion".

Ce cycle se déroulera en salle du conseil de l’hôtel de ville de Montreuil, les mercredis 18 et 25 janvier 2006 et 1er et 22 février 2006, de 14h à 17h.

Culture et religion - 18 janvier 2006
Cours animé par Bruno STREIFF, historien d’art, metteur en scène d’opéras, essayiste, romancier.
« Quoi de plus religieux en apparence que les thèmes de l’Annonciation et de la Crucifixion ? Pourtant les peintres classiques n’ont eu de cesse de les tirer vers le profane. Du Christ en croix au peuple crucifié. »

Hugo et la liberté de l’art - 25 janvier 2006
Cours animé par Jean-Paul SCOT, historien et Henri PENA-RUIZ, écrivain, philosophe, maître de conférence à l’Institut d’études politiques de Paris.
« Si c’est dans sa lutte contre la censure d’Etat que Victor Hugo forgea sa conception romantique de la liberté de l’art, c’est bien vite contre l’Inquisition, l’intolérance religieuse et le cléricalisme qu’il affirme sa vision prométhéenne de l’émancipation humaine. (...). »

L’art religieux en islam : formes, spécificités et emplois - 1er février 2006
Cours animé par Silvia NAEF, professeur adjoint, Unité d’arabe, Université de Genève (Suisse), chargée de l’enseignement de l’histoire du monde arabe.
« Contrairement à une idée fort répandue, il y a bien, en pays d’Islam, une distinction entre art religieux et art profane. Certes, l’islam officiel ne recourt pas, dans sa pratique rituelle, à des images ou à des sculptures ; il y a néanmoins un art qui s’est développé pour décorer l’intérieur des mosquées ou pour calligraphier et embellir les manuscrits coraniques. (...). »

Autour des Requiem - 22 février 2006
Cours animé par Bruno STREIFF, historien d’art, metteur en scène d’opéras, essayiste, romancier.
« Comment prétends-tu écrire un Requiem, toi qui ne crois en rien ? » demandait Dvorak à son ami Brahms. Ambiguïté d’un genre musical qui a séduit les plus grands compositeurs et qui oscille entre une forme liée à la liturgie et une autre qu’on pourrait qualifier de profane et destinée à célébrer un homme ou un évènement politique (Verdi dédiant le sien à la mémoire de l’écrivain Manzoni). »

Pour tous renseignements complémentaires :
[ www.ccefr.org ]
06 19 89 62 65

Pour nous écrire : [ contact@ccefr.org ]
CCEFR - Maison des associations - 35/37 avenue de la Résistance - 93100 MONTREUIL


* Le Centre civique d’étude du fait religieux a été créé à l’initiative de Jean-Pierre Brard, député et maire de Montreuil et de Mohammed Arkoun, professeur émérite d’histoire de la pensée islamique (membre de la commission Stasi sur la laïcité, élevé à la dignité de commandeur de la légion d’honneur). Il propose des conférences et des cours ouverts à tous sur le fait religieux appréhendé d’un point de vue historique et anthropologique dans ses répercussions politiques et sociales.