Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Annonces et communiqués > Pratiques pédagogiques et valeurs culturelles


Pratiques pédagogiques et valeurs culturelles

Un dossier de la Revue internationale d’éducation


Tel est le titre d’un passionnant dossier de la Revue internationale d’éducation, dans son numéro d’avril 2009. On y parle de la classe, des pratiques ordinaires, avec une question importante : quelle est l’influence des habitudes (ou habitus) culturel(e)s sur ces pratiques. Problème délicat, car en même temps, on sait bien que dans un pays, il existe une diversité de pratiques et que les généralisations sont toujours dangereuses. Néanmoins, à travers des études de cas, dont certains malheureusement datent un peu (la comparaison entre école russe et écoles américaine et anglaise qui révélait le goût fort pour l’étude chez les élèves de l’ex-URSS comparativement aux anglo-saxons), on voit se dessiner des profils culturels marquants.

Ce qui est intéressant également, c’est que le dossier ne prétend pas mettre en avant une meilleure école, mais plutôt des aspects divers, certains positifs, d’autres beaucoup moins, mais à observer selon des contextes bien particuliers. La préoccupation du bien-être de l’élève et de bonnes relations entre élèves et professeurs dans l’école anglaise a pour contre-partie peut-être un moindre intérêt pour les apprentissages cognitifs et une sous-estimation parfois des potentialités des élèves. La comparaison à partir de films de classes entre une école de Beauvais et une école de Naples s’avère aussi quelque peu surprenante (et en l’occurrence pour l’école italienne très liée un contexte napolitain un peu spécial). Quant aux échanges entre enseignants, ils provoquent à la fois des incompréhensions (de jeunes professeurs anglais devant par exemple l’abus de magistral en France et la faible place du travail de groupes, ou de jeunes professeurs français devant l’absence de rigueur anglaise) , mais aussi sont l’occasion d’une prise de recul. A noter aussi une incursion dans les pays d’Europe du Nord, avec une contribution sur « les valeurs danoises » et un article sur les écoles chinoises. L’école française ressort de ses comparaisons avec ses grandeurs (une haute ambition intellectuelle, une exigence de réussite de tous...) mais aussi ses faiblesses (l’insuffisante différenciation pédagogique, la faible part des feed backs positifs)

Une question qui revient à plusieurs endroits : les évolutions actuelles, autour de la mondialisation et de la convergence des préoccupations éducatives au moins au sein des pays développés, uniformiseront-elles les systèmes éducatiifs ou ont-elles leurs limites ?

Un numéro utile et stimulant.

Programmation 2014-2015 www.ciep.fr