Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Pour une refondation de l’école en polyphonie


Communiqué de presse du CRAP-Cahiers pédagogiques

Pour une refondation de l’école en polyphonie

2 septembre 2013

La rentrée scolaire, c’est comme les premières notes d’un concert symphonique : il faut que tous les musiciens soient accordés et démarrent sur le même tempo pour éviter les couacs. Comment sonnera cette rentrée ?


En ce mois de septembre, des communes vont mettre en place de nouvelles modalités de l’organisation du temps scolaire au primaire. D’autres ont préféré prendre le temps d’accorder leurs violons. Dans tous les cas, il va falloir que chaque pupitre soit à la hauteur de la partition : enseignants, parents d’élèves, cadres de l’éducation nationale et des collectivités locales, élus. On peut penser ce qu’on veut du chef d’orchestre, estimer que Vincent Peillon aurait dû être plutôt plus directif, ou plutôt moins, ralentir ou augmenter la cadence, proposer un autre répertoire. Reste que la musique finale sera bien l’œuvre de tous.

Renouveau de la formation initiale des enseignants avec les ESPÉ, évolution des parcours scolaires avec de nouveaux cycles pluriannuels, refonte des contenus d’enseignement avec la réaffirmation par la loi du socle commun et la mise en place du conseil supérieur des programmes : le menu de la saison éducative ne peut satisfaire tous les gouts, mais il est déjà copieux. Nous espérons pour notre part qu’il s’enrichira de décisions sur la définition des métiers enseignants, indispensables pour donner des marges de manœuvre aux professionnels dans les établissements.

Les dernières répétitions sont loin d’avoir dissipé tous les doutes. La mise en place des ESPÉ est laborieuse, et on peut craindre que les trompettes des disciplines universitaires ne couvrent les flûtes pédagogiques qui ont de la peine à se faire entendre. Les discussions sur le statut des enseignants ne doivent pas se réduire à un face à face entre l’État employeur et les syndicats.

Gare à la cacophonie ou aux solos intempestifs. La concertation menée à l’automne dernier avait montré l’intérêt d’associer tous les partenaires de l’école au projet de la refondation. Il faut renouer avec cette démarche pour sa mise en œuvre. Sa réussite dépend maintenant de la contribution des uns et des autres à ce qui est la raison d’être de l’école : favoriser les apprentissages des élèves, en particulier de ceux qui en ont le plus besoin, transmettre à tous une culture commune, permettre à chacun de trouver sa place de citoyen.

Le bureau du CRAP-Cahiers pédagogiques

Contact presse :
Philippe Watrelot
0674999690