Accueil > Le Cercle de recherche et d’action pédagogiques > Les évènements > Pierre Frackowiak : « Pas de refondation de l’école sans refondation de (...)


Pages d’école

Pierre Frackowiak : « Pas de refondation de l’école sans refondation de l’inspection »

Qu’est-ce qui selon vous pourrait faire avancer l’école ? Quel élément entre tous choisiriez-vous, pour changer un fonctionnement, améliorer un point critique, débloquer des tensions, simplifier des procédés, rendre plus efficace un dispositif ?
C’est aujourd’hui Pierre Frackowiak, inspecteur honoraire de l’Education Nationale, qui nous répond.

Dans le cadre de la refondation, il est évident que les corps d’inspection ne pourront pas échapper aux révolutions attendues. Il faudra reconnaître que cette vieille habitude de donner des conseils de moins en moins crédibles (« cause toujours ! ») relève souvent d’une certaine malhonnêteté intellectuelle. « Monsieur P ou Madame Y pourrait, devrait, ne manquera pas, etc, etc » ces formules toujours faciles à égrainer du haut de sa fonction ne sont que des critiques en creux. Si Monsieur X ou Madame Y ne l’a pas fait, c’est qu’il ou elle a eu tort, et moi, chef, je sais comment il ou elle doit faire.

Le pilotage par les résultats a encore aggravé le caractère infantilisant et désuet de ce type de pratiques. Il est dans la droite ligne de l’idéologie ultra libérale autoritaire. « Les courbes et les camemberts mettent clairement en évidence que les résultats dans votre classe sont nettement inférieurs aux moyennes du secteur, du département. Il faudra prendre toutes dispositions pour améliorer ces pourcentages l’année prochaine. Voici votre feuille de route ! ». Cette novlangue empruntée à l’industrie et à la finance a fait des ravages au cours de ces dernières années ; elle prétend se justifier par les évaluations, alors qu’il ne s’agit que de contrôle, que les critères sont contestables, que le fait de réduire les prétendues mesures aux maths et au français dans leurs aspects les plus mécaniques ne peut donner que de fausses images sur les compétences réelles des élèves. Elle cherche ses alibis dans la détection des fautes, des carences, des insuffisances avec la prétention affichée d’y remédier. Or, on n’apprend qu’à partir de ses réussites, pas à pas.

Si seulement la refondation permettait aux inspecteurs de réfléchir avec les enseignants, à une réforme fondamentale de l’inspection, elle aurait quelques chances supplémentaires de réussir.

Le texte complet peut être lu sur le site de Philippe Meirieu, dans la rubrique Forum

Le dernier livre de Pierre Frackowiak : « L’école. En rire, en pleurer, en rêver », avec les dessins de Jacques Risso.
Préface : André Giordan Postface : Philippe Meirieu.
Editions Chronique Sociale. Décembre 2012