Accueil > Publications > Articles en ligne > Picoreurs, grignoteurs et dévoreurs


Quelle éducation prioritaire ?

Picoreurs, grignoteurs et dévoreurs

Marylène Barré, EMF, coordonnatrice/animatrice RRS

Le rôle de coordonnateur de réseau est précieux pour organiser un projet comme la participation à un prix de littérature, en y impliquant différents acteurs des écoles et du collège.

En 2010, la fédération des foyers ruraux du Nord-Pas-de-Calais nous a exposé son projet d’un prix de littérature jeunesse et d’un salon « Ruralivres » sur le Cambrésis. L’opération existait alors déjà dans le Pas de Calais.

Ce prix de littérature consiste à lire une sélection de cinq ouvrages. Il existe trois sélections possibles, composées en fonction de l’appétit des lecteurs : « les picoreurs » destinés aux élèves de cours moyen/6e, « les grignoteurs » pour les lecteurs de 6ème/5ème et « les dévoreurs » pour les lecteurs plus confirmés, en 4e/3e). Chaque élève doit lire les cinq ouvrages de la sélection et les apprécier en attribuant à chacun une note sur 20.

Appétence à la lecture

Dans notre réseau de réussite scolaire, culturellement défavorisé, la maitrise de la langue a toujours été une priorité. Les thèmes abordés dans les ouvrages proposés dans ce prix de littérature étaient diversifiés afin de coller au gout de chacun. Nous avons donc adhéré à cette opération en y ajoutant des objectifs « éducation nationale ». Outre l’objectif incontournable qui était de développer l’appétence à la lecture, et puisqu’il s’agissait surtout d’un prix, nous avons choisi de travailler sur une compétence bien particulière du cycle 3, mais aussi du socle commun de connaissances et de compétences, à savoir « Argumenter, expliquer, formuler et justifier un point de vue », puisque les élèves auraient l’occasion d’échanger sur ces ouvrages.

La place de la coordonnatrice

C’est là que mon rôle de coordonnatrice et animatrice RRS [1] a pris tout son sens : prise de contact avec les professeurs de français du collège, exposé des ouvrages et du projet aux enseignants du primaire et du collège, formations et animations pédagogiques autour de certains ouvrages des sélections (travailler sur les différentes entrées possibles dans un ouvrage de littérature de jeunesse) et sur la manière de travailler l’argumentation et la justification. Certains enseignants m’ont sollicitée régulièrement dans l’année sur l’exploitation des albums et les projets de classe menés autour de ces albums. Cela fait deux années maintenant que de nombreuses classes du RRS de cycle 3 et du collège sont conquises par le projet, trouvant là un moyen de donner du sens aux apprentissages et de motiver les élèves. Je me suis occupée de recueillir les inscriptions, d’acquérir des ouvrages par le biais du collège qui avait inscrit cette action dans ses demandes d’aide au conseil général du Nord. J’ai consacré du temps à assurer la liaison entre les classes de primaire et de collège, allant régulièrement au collège pour aménager les emplois du temps des sixièmes et ainsi faciliter les rencontres CM2/6e.

Une occasion de découvrir le collège

Sur ces deux années, les échanges ont été nombreux et divers. Chaque année, la rencontre avec un auteur a été un moment fort pour nos lecteurs et elle est devenue un élément central de cette opération dans le RRS de Le Cateau. Le salon du livre, toujours programmé en fin d’année, en est un autre : les élèves sont confrontés à différents ateliers touchant aux différents domaines d’apprentissage et aux différents univers de chaque auteur qu’ils ont découverts lors de la première phase de l’opération.

Ruralivres offre donc une splendide opportunité de travailler la littérature de jeunesse en maintenant l’appétit et l’envie des élèves sur une durée longue puisque je programme les différentes actions régulièrement dans l’année scolaire. Ils sont directement en contact avec les professionnels du livre (bibliothèque municipale, médiathèque, éditeurs, auteurs, illustrateurs…). L’opération permet en outre à nos « petits » élèves de primaire d’avoir un contact régulier avec le collège et quelques professeurs, de désacraliser la rentrée en 6e et donc de réduire le temps d’adaptation à l’arrivée au collège, de faire connaissance avec le principal et le principal adjoint (qui ont accueilli cette opération et les élèves avec beaucoup d’enthousiasme), de fréquenter le CDI et de trouver quelques repères au niveau des locaux… Et c’est l’occasion pour les enseignants du collège de faire connaissance avec certains élèves dont le profil est particulier.

Je peux affirmer que sans le poste de coordonnateur/animateur REP/RRS aucune de ces actions n’aurait été possible, car l’organisation, la mise en œuvre, la conception pédagogique prennent un temps considérable. Les prises de contact avec les auteurs, l’agencement de leur venue, la conception de leur intervention (que je voulais composée en fonction des programmes officiels) ont eu également un impact pédagogique sur de nombreuses autres classes qui pourront adhérer dans les prochaines années.


[1Le RRS piloté par le collège Jean Rostand de Le Cateau compte 17 écoles élémentaires et 2 écoles maternelles, réparties sur 13 villes et villages alentours. J’en suis la coordonnatrice depuis septembre 2009. Auparavant enseignante dans ce réseau, j’ai eu à de nombreuses reprises, l’occasion de travailler en continuité école-collège.

Une classe a mis en voix, théâtralisé un ouvrage, La Manifestation, de Grégoire Kocjan. Les élèves ont joué, en y apportant une touche personnelle, une scène du livre où certains élèves manifestaient contre la disparition de l’école.

En avril 2012, toutes les classes du réseau ont découvert cette mise en scène en présence de l’auteur. Cette rencontre a été un moment clé de ce projet car certains élèves ne réalisaient pas que derrière un livre, il y a une personne. L’auteur, très ému, a demandé aux élèves de primaire quel était leur ressenti et s’en est suivi un long échange sur la mise en scène et sur l’intérêt d’aller à l’école.

Ce n’était pas la première rencontre avec un auteur. L’année précédente, nous avons reçu Gwendoline Raisson, auteure de Ma super famille et présente au salon. Je lui avais demandé de rencontrer ses lecteurs du réseau : beaucoup d’élèves avaient choisi de travailler son ouvrage en production d’écrits selon une démarche de réécriture, un peu redondante à leur goût. Nous avons, l’auteure et moi, monté une animation à partir de tous les brouillons de son ouvrage qu’elle avait heureusement gardés. En les agençant, nous avons prouvé aux élèves combien il était utile de se relire et de réécrire, qu’un écrit prenait du temps avant d’aboutir, que le message véhiculé devait prendre tout son sens et « percuter », le lecteur et que tout cela servait à la conception de l’histoire mais aussi à la fabrication du livre.

La rencontre avec l’auteur est à chaque fois un moment fort pour nos lecteurs et elle est devenue un élément central de cette opération dans le RRS de Le Cateau.


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 538 - La parole des élèves

    Bibliographie-sitographie
  • N° 538 - La parole des élèves

    Paroles de lycéens engagés
  • N° 538 - La parole des élèves

    À Malika
  • N° 538 - La parole des élèves

    Paroles d’élèves et coconstruction des savoirs
  • N° 538 - La parole des élèves

    Des mots et des murs
  • N° 537 - Classes inversées

    Bibliographie-sitographie
  • N° 537 - Classes inversées

    En EPS, un gadget pédagogique ou un outil d’avenir ?
  • N° 537 - Classes inversées

    Les classes inversées, variété et effets différenciés
  • N° 537 - Classes inversées

    Classe inversée et décrochage scolaire
  • N° 537 - Classes inversées

    « Monsieur, j’ai pas fait mes devoirs »