Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Organiser un «  Quoi de neuf ? »


Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative qui vit de ses abonnements et ventes au numéro.
Pensez à vous abonner, c’est grâce à cela que nous tenons bon !

Revenir à l’école

Organiser un «  Quoi de neuf ? »

Sylvain Connac

14 mai 2020

les élèves vont revenir en classe après une longue période de confinement, marqué par une distanciation physique et parfois sociale avec les camarades d’école. Ouvrir des espaces de parole libre cherche donc à ce que les élèves échangent sur leurs vécus de confinement, mais aussi redécouvrent leur appartenance à un collectif sécurisé. Les « Quoi de neuf ? » sont des exemples de dispositifs orientés vers ces intentions


Retour à la rubrique « Revenir à l’école »

Un «  Quoi de neuf ?  » est un dispositif d’échanges au sein d’un groupe de personnes autour de sujets que des volontaires présentent. Ces sujets peuvent être de tous ordres, ce qui constitue la principale richesse de ce moment, en mesure de pouvoir libérer une parole qui fait l’objet d’écoute et d’attention de la part de son groupe d’appartenance. Cette ouverture est particulièrement utile en période difficile, pour que chacun puisse constater la présence d’un collectif solidaire.

Cet espace sécurisé et démocratique de discussion est utile pour affermir les liens de ce collectif (pour que chacun s’en sente membre à part entière), pour qu’une parole soit prononcée sur des émotions ou des perceptions contenues et, éventuellement, pour récupérer du matériau de vie des élèves afin d’alimenter des situations didactiques (sous forme de supports d’activités, d’énoncés de problèmes ou d’occasions de conduire des recherches).

Un «  Quoi de neuf ?  » est animé par un président de séance, qui utilise des maitres-mots comme phrases rituelles (cela permet de faire tourner les élèves volontaires pour occuper cette fonction).

Fiche des maîtres-mots pour la présidence d’un «  Quoi de neuf ?  »

Ouverture Président : Le «  Quoi de neuf ?  » est ouvert. Je serai le président. On ne se moque pas, on écoute celui qui parle, je donnerai la parole en priorité à ceux qui ont le moins parlé, les gêneurs deux fois n’auront plus droit à la parole.
Ordre du jour Président : Le secrétaire va nous donner la liste des enfants qui souhaitent parler aujourd’hui et le titre de leur intervention.
Le secrétaire lit le prénom des inscrits et le titre qu’ils ont choisi.
Pour chaque intervention Président : «  Je donne la parole à… »
À la fin de l’intervention : «  Qui veut poser une question ?  »
Fin Président : Qui sera président la prochaine fois ? (il choisit). Le «  Quoi de neuf ?  » est terminé. Prise de température de la présidence.

Le rôle du président d’un «  Quoi de neuf ?  » est multiple : énoncer et faire respecter les règles de fonctionnement, garantir la sécurisation de l’espace de parole (par l’intermédiaire de ces règles), gérer le temps et distribuer la parole. C’est lui (ou elle) qui veille à ce que les interventions des écoutants ne soient ni de nature à juger ce qui a été dit, ni visant à ramener le sujet à ses propres préoccupations. Souvent, ces réponses à une présentations sont des paroles empathiques ou des demandes de précisions.

Le rôle de l’enseignant présent dans le groupe est d’introduire les habitudes de fonctionnement (fonction et maitres-mots), puis d’assister le président de séance en cas de difficulté. Il peut alors envisager de reprendre la main pour faire fonctionner (ou stopper) un échange qui n’est plus démocratique. Il est aussi présent pour écouter la parole des élèves qui s’expriment et, le cas échéant, intervenir pour donner l’avis des adultes (les interdits, les lois). Si cela se présente, après la séance, il se rapproche alors d’un élève qui a témoigné d’une douleur pour lui prêter assistance.

En amont d’un «  Quoi de neuf ?  », un espace est réservé à l’inscription des élèves : celles et ceux qui souhaitent prendre la parole s’y inscrivent en notant leur prénom et le titre du sujet qu’ils vont évoquer. Si aucune inscription n’est présente, le «  Quoi de neuf ?  » est ouvert, puis fermé. Il reste un espace possible de parole, sans obligation. À l’inverse, si trop d’inscriptions sont notées au regard du temps prévu (souvent, un «  Quoi de neuf ?  » dure 15 minutes au maximum), il peut y avoir des reports d’inscrits à une séance ultérieure, les «  inscrits non-passés  » devenant prioritaires. En périodes particulières, en raison d’évènements extraordinaires, la fréquence des «  Quoi de neuf ?  » peut être augmentée s’il y a une demande des élèves (sous forme d’inscriptions).

Sylvain Connac


Retour à la rubrique « Revenir à l’école »