Accueil > L’actualité vue par le CRAP > On ne joue pas avec les mots


Editorial du n° 514, juin 2014

On ne joue pas avec les mots

Par Patrice Bride

30 mai 2014

La propagande (pardon, la communication) consiste, entre autres, à déformer le sens des mots. On euphémise, on exagère, on emploie un mot pour un autre. Il y aurait de quoi inventer une nouvelle discipline scolaire : désapprendre la langue de bois.

Mais à trop manipuler les mots, ils reviennent parfois à leur envoyeur. Voilà le nouveau ministre de l’Éducation nationale aux prises avec le boomerang de son prédécesseur : la «  refondation de l’école  » est en marche. Tout le monde l’a entendu, y a plus ou moins cru, mais a tout de même le mot à l’oreille. Si on a pris l’affaire au sérieux, on peut être décontenancé de voir le ministre partir en laissant en plan un changement au mieux à peine amorcé. Si on a tenu à ne pas se laisser duper, on peut être content d’avoir eu raison d’être pessimiste : vraiment ?

Las, le supérieur hiérarchique du nouveau ministre sort de son chapeau un autre mot miracle : «  assouplissement  ». Voilà qui va aider à résoudre les difficultés pour revenir sur la (calamiteuse, rappelons-le) semaine de quatre jours à l’école primaire. Benoit Hamon communique : vous avez été entendus, nous assouplissons. Les élèves mesureront-ils leur chance d’apprendre dans une école moins rigide ?

Autre expression audacieuse : un nouveau texte définissant les missions des enseignants marque, selon le site du ministère, «  une évolution historique  ». Certes, il se substitue à un décret de 1950, qui aura donc duré soixante-cinq ans. Mais annoncer d’ores et déjà que ce décret va marquer l’Histoire relève de la méthode Coué, ou en tout cas du même jeu malsain avec les mots. On peut douter qu’il y ait grand monde pour ressentir le vent de l’Histoire souffler dans les salles des professeurs à la rentrée 2015.

Pendant ce temps, les enseignants travaillent, en refondant chaque jour un peu leur métier, en ajustant avec souplesse leurs pratiques, en transmettant vaille que vaille un peu de savoirs historiques aux générations montantes. C’est déjà bien.

Sur la librairie

 

Enseignant : un métier qui bouge
Que s’agit-il d’enseigner, pour ce qui ne peut se réduire à une discipline scolaire ? Dans quel objectif, entre pacification des relations et formation du jugement moral ? Qui pour le faire, dans quel cadre ? Bien des questions, et ce dossier ose dès maintenant des réponses, dans la conviction que nous touchons là à un rôle fondamental de l’école.