Accueil > Publications > Articles en ligne > Nouvel Espace Collégien


N°449 - Dossier "Qu’est-ce qui fait changer l’école ?"

Nouvel Espace Collégien

Par Gilles Grosson

Depuis Freinet, il est tentant de mettre en place des structures expérimentales et la promotion ministérielle de l’innovation allège la tâche des collectifs qui se lancent dans l’aventure. Reste à savoir comment fédérer les équipes et diffuser l’innovation pour que d’autres l’adoptent.

« L’innovation doit intéresser au même moment des gens et des choses, c’est là toute sa difficulté. » Bruno Latour

Plantons le décor

Le Nouvel Espace Collégien est un projet d’innovation soutenu et accompagné par le PASI (Pôle Académique de Soutien aux Innovations) du Rectorat de Lyon. Il est actuellement implanté au collège Saint-Marc de Lyon où ont été mises en place à la rentrée 2005 deux classes de sixième organisées selon le modèle du dispositif du « Nouvel Espace Collégien » (Nec). Franck Séguy, directeur du collège Saint Marc, Gilles Grosson, chef de projet du Nec, et une équipe d’enseignants volontaires se sont engagés dans un travail d’élaboration et de mise en œuvre du dispositif au cours de l’année scolaire 2004-2005. L’ouverture de ces deux classes est aussi le résultat de cinq années de pérégrinations faites de réflexions pédagogiques, de construction d’un réseau qui porte le projet, de controverses et de compromis. La phase de conception du projet a en effet débuté en 1999.
La plaquette de présentation de ces classes propose les intentions et les objectifs pédagogiques suivants : donner du sens aux savoirs... décloisonner les disciplines... diversifier les situations d’apprentissage... prendre en compte la personne en formation... accompagner les élèves dans leur parcours... ouvrir l’école sur l’extérieur. Des visées pédagogiques qui sont aujourd’hui des lieux communs du discours pédagogique. Grosso modo on retrouve ces buts dans toutes les réformes qui traversent l’éducation nationale depuis trente ans. En quoi donc ce projet peut-il être considéré comme une innovation ?

Qu’est ce qui fait changer l’école ? Sans doute un ensemble composite d’enjeux qui touchent aux réformes de l’Éducation nationale, à l’environnement socio-économique en mutation, aux recherches en sciences de l’éducation, aux acteurs éducatifs de terrain et enfin aux attentes des familles et des élèves.
L’expérience nous a montré qu’il ne suffit pas d’avoir de belles intentions pédagogiques ou de proclamer qu’il faut rendre l’élève acteur pour engager une école dans un processus de changement qui modifie les pratiques.
La démarche de projet qui guide notre action part de l’hypothèse que le changement n’est possible ou envisageable que si, dans sa conduite, sont prises en compte conjointement les dimensions pédagogiques, organisationnelles, techniques et institutionnelles. Le Nouvel Espace Collégien invite à repenser la forme scolaire au sens global et systémique pour mettre concrètement en œuvre des pédagogies diversifiées et un véritable travail d’équipe des enseignants.

Des pôles de formation pluridisciplinaire

L’emploi du temps des élèves s’articule autour de trois types de plages horaires : des apprentissages fondamentaux par matière, quatre pôles pluridisciplinaires d’une heure trente et une heure de régulation.

Les quatre pôles sont : maîtrise des langages, culture des humanités, culture scientifique et technique et éducation et socialisation. Sur ces temps de pôles, les deux classes de sixième sont décloisonnées. L’ensemble des élèves est alors pris en charge par deux enseignants de deux disciplines différentes qui proposent une situation d’apprentissage interdisciplinaire autour d’un objectif commun. Les locaux ont été aménagés pour offrir aux enseignants la possibilité d’accueillir dans une grande salle l’équivalent de deux groupes classes ou de les répartir en petits groupes dans deux salles attenantes. Le décloisonnement des groupes classes, la diversification des espaces de travail et la définition d’objectifs interdisciplinaires permettent de varier les situations d’apprentissage.

L’année est découpée en cinq périodes. En début de chaque période, les élèves disposent d’un calendrier des objectifs pour chacune d’elles. Quatre à cinq disciplines interviennent sur chacun des pôles. Toutes les disciplines sont impliquées. Pour atteindre cet objectif, nous capitalisons une part de l’horaire de chaque discipline.

Les temps d’apprentissages s’articulent donc à la fois sur des temps de cours disciplinaires et des temps d’apprentissage par pôles interdisciplinaires. Un travail conséquent a été réalisé par l’équipe pour articuler les activités d’apprentissage sur les pôles en fonction des progressions disciplinaires. Ainsi les enseignants n’ont plus seulement la responsabilité, dans une classe, d’heures d’enseignement organisées autour du programme de leur discipline, mais aussi celle, en équipe pluridisciplinaire, d’un projet global de formation de tous les élèves.

Enjeux pédagogiques

Les pôles tentent de mettre en cohérence des savoirs disciplinaires autour d’objectifs communs. Ils limitent ainsi la juxtaposition des savoirs, favorisent la mise en lien des connaissances et rendent effectif le transfert des connaissances.
Un pôle délimite un domaine d’activités complexes, qui engage des compétences spécifiques. Ainsi la maîtrise des langages contribue à la construction des savoirs et des supports de communication. L’organisation de temps d’apprentissage par pôle permet une meilleure coopération entre les disciplines ; par exemple la lecture de consigne ou la pratique du brouillon n’est pas déconnectée des contenus et des activités d’apprentissages réalisés en cours.

La situation d’apprentissage interdisciplinaire et sa mise en œuvre favorisent une entrée dans les savoirs qui est à la fois plus concrète et contextualisée. La proportionnalité est abordée sur des séances d’apprentissage animées par un professeur de maths et un professeur d’EPS. Les objectifs d’apprentissage ont été ciblés en recherchant les points de convergences entre les programmes. Il ne s’agit donc pas d’activité de détour.
En fin d’année, les enseignants ont le sentiment d’avoir gagné du temps. Ainsi la transcription de données sur des tableaux à double entrée trouve son utilité à la fois dans l’enseignement des mathématiques, de la géographie et de l’EPS. De nombreux croisements de disciplines ont ainsi pu être repérés par les enseignants grâce à un travail de relecture des programmes. L’ensemble des compétences travaillées par les élèves répond donc aux exigences des programmes qui ne sont malheureusement pas tous énoncés en ces termes.

Évaluation et accompagnement

Chaque enseignant reste un expert de sa discipline et les contrôles de connaissances sont réalisés par les enseignants de la discipline. Chaque séance d’apprentissage en pôle a fait l’objet d’une fiche pédagogique qui définit les éléments du programme pris en charge par l’activité, les objectifs visés, les compétences mobilisées et le déroulement de la séance. Cet archivage constitue un investissement indispensable pour la poursuite et l’évolution du projet. C’est à partir de cette base de données que nous envisageons de bâtir un référentiel de compétences par pôle. Dans ce dispositif la construction d’un référentiel de compétences se justifie car les situations d’apprentissage concrètes et complexes mises en œuvre dans les pôles mobilisent plusieurs connaissances issues de plusieurs champs disciplinaires. L’un des objectifs majeurs pour les années à venir est d’élaborer un portfolio qui fasse état de l’acquisition de compétences sur chaque pôle.

Une heure de régulation est inscrite dans l’emploi du temps des élèves. Elle permet de mener des entretiens individualisés ou en petit groupe sous la forme d’échanges et d’analyses de pratique entre élèves. Il s’agit de valoriser le potentiel et les acquis des élèves. Des apports méthodologiques leur sont proposés en fonction des problèmes rencontrés. Chaque élève dispose d’un carnet de bord où il colle le planning des activités de Pôle. Il trouve dans son carnet de bord des fiches d’aide méthodologique.

L’objectif pédagogique de faire naître de nouvelles compétences est en voie de réalisation. Les premières observations montrent que les élèves acquièrent une plus grande autonomie, que leur sens du travail en groupe se développe. Les mises en lien des différentes disciplines favorisent une forme d’apprentissage de la complexité. Les élèves mobilisent leur capacité de curiosité, ils interpellent les enseignants sur des notions vues dans d’autres disciplines. L’enseignant n’est plus simplement perçu par les élèves comme un spécialiste d’une discipline mais davantage comme un adulte référent qui l’aide dans ses apprentissages.
Le dispositif redynamise l’équipe qui acquiert une meilleure connaissance des contenus et méthodes travaillés dans les différentes disciplines. La recherche d’objectifs interdisciplinaires développe l’esprit de créativité des enseignants. Les échanges de pratique font partie intégrante de la structure. L’acte même d’enseigner à deux et la multiplicité des croisements fait que l’équipe enseignante construit un rapport éducatif plus homogène.
Développer le sens critique, appréhender la complexité, donner le goût d’apprendre et de changer, agir avec responsabilité pour soi et pour l’environnement social et naturel sont les finalités éducatives qui orientent le projet du Nouvel Espace Collégien.

Gilles Grosson, chef de projet de l’équipe enseignante du collège Saint-Marc de Lyon.


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N°517 Tout commence en maternelle

    Mettre au centre la résolution de problèmes
  • N° 540 - Rubrique « Faits et idées »

    «   Ça m’a vraiment servi en classe !   »
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Sélection bibliographique
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Ils ont même applaudi !
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Plaidoyer pour l’alternance
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Un modèle d’enseignement à saveur québécoise
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    L’empreinte des professeurs de lycée professionnel
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Des ENNA aux ESPÉ
  • N° 539, Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée

    Préparez votre paire de schizos !
  • N° 539, Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée

    Fonction : coordinateur d’équipe