Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Muséomix


L’actualité éducative du n° 502 - janvier 2013

Muséomix

La chronique d’é.l@b


Cette année, j’ai pour la seconde fois participé à l’aventure Museomix, mais côté organisation cette fois-ci.

Mais tout d’abord, qu’est-ce que Museomix ? Il s’agit de réunir des gens volontaires d’horizons divers (personnels de musée, programmeurs, designeurs et autres) trois jours dans un musée, pour inventer de nouvelles façons de le visiter. Le tout en tirant parti des possibilités offertes par les nouvelles technologies. C’est ce que l’on appelle un hackathon. Hacker signifiant «  s’emparer de  ».

JPEG - 62.2 ko
Credits : Quentin Chevrier

Des volontaires débarquent dans le musée, le découvrent, prennent connaissance des problématiques du lieu et forment des équipes de travail. Ces équipes affinent l’idée de départ, puis mettent en œuvre tout ce qui est nécessaire à sa réalisation. Sur place, des équipes techniques et du matériel de dernière génération sont à leur disposition (imprimantes 3D, robots, tables tactiles, etc.). Enfin, la dernière demi-journée est consacrée à un test des prototypes avec de vrais visiteurs. Cette année, ces prototypes sont restés en place plusieurs semaines après l’évènement.

L’an dernier, Museomix s’était déroulé au musée des Arts Décoratifs à Paris, et cette année, nous étions au musée gallo-romain de Lyon. Ces deux éditions ont donné naissance à des modalités de visite vraiment inhabituelles comme danser dans le musée pour animer une œuvre, échanger avec une courtisane du XIXe via Twitter, découvrir son épitaphe personnalisée sur une stèle romaine ou animer sa propre course de chars avec des robots.

Personnellement, j’étais chargée cette année de faciliter la participation à distance de personnes n’ayant pu venir à Lyon. Nous avons ainsi eu des internautes qui, via les réseaux sociaux, ont donné leur avis, cherché des ressources, voire carrément ont réalisé à distance une partie du projet (affiche, code).

Ce dispositif motivant, qui permet de faire réaliser à des gens qui ne se connaissaient pas avant un travail qui aurait pris plusieurs semaines dans des conditions normales, interroge l’enseignante que je suis. Pourquoi ne pas imaginer des occasions de faire vivre à nos élèves des situations similaires mêlant défi à relever et travail collaboratif autour d’une tâche complexe avec une finalité concrète ?

Nous avons beaucoup à découvrirde ces nouvelles façons de travailler ensemble que sont les hackathons en tous genres (Edu’Hack’Tion, Museomix, Barcamp et autres). Soyons curieux, testons ces dispositifs en tant que participants et voyons ce que nous pourrions en tirer de bénéfique pour nos classes.

Stéphanie De Vanssay