Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Éditorial > Maintenant, le long terme


L’actualité éducative du n° 498 - juin 2012

Maintenant, le long terme

Par Patrice Bride


Dans le rythme de la vie politique française, les périodes suivant l’élection d’un nouveau Président sont particulières : plus d’échéance couperet qui paralyse les projets dans l’attente du verdict ; un capital d’idées, de propositions de mesures brassées durant les débats électoraux ; la possibilité d’au moins envisager des perspectives pour les années à venir.

Tout cela repose en partie sur une illusion : le fonctionnement du système éducatif relève d’abord de tendances lourdes, que ne marquent guère les alternances politiques. Le sort de l’école dépend tout autant des attentes à son égard de ses usagers, des actions au quotidien de ses professionnels que des décisions d’un ministre. Qu’attendre alors des mois à venir ?

Pour bien des raisons qui ne dépendent pas que de l’école, et d’abord la progression des inégalités socioéconomiques, les parcours scolaires ressemblent de plus en plus à une course aux diplômes. L’important n’est pas tant ceux avec qui on court, pourvu qu’ils n’empêchent pas d’avancer, ni les découvertes faites au long du chemin ; c’est le classement final, le sésame que l’on décroche ainsi pour la suite de son existence.

Les Cahiers pédagogiques ont toujours été engagés en faveur d’une école démocratique : une école qui soit ouverte sur le monde, qui transmette une culture et des savoirs en prise avec son temps, utiles aux futurs citoyens ; une école qui soit aussi un espace préservé des tensions, des inégalités, des injustices, en tout cas où l’on s’efforce de les gérer, de les réduire.
À l’avenir, cela passe par deux entrées majeures : la construction d’une école commune, sur toute la durée de l’école obligatoire, avec comme objectif l’acquisition pour tous d’un socle commun de connaissances et de compétences ; une conception globale de l’éducation des enfants, en coordonnant l’action de tous ceux qui participent à leurs apprentissages. Chacun est-il prêt à y contribuer, à tous les niveaux du système éducatif ?

Bonne lecture, bon été, en nous souhaitant un automne printanier !