Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Lundi 13 septembre 2004


JPEG - 26.3 ko

Lundi 13 septembre 2004

Libération consacre un mini dossier aux difficultés des langues vivantes face à l’hégémonie de l’anglais. Dans le Monde, on trouve des échos du colloque organisé par « A gauche en Europe », samedi dernier à la Sorbonne. Cet article permet aussi de faire le point sur les positions du PS en matière d’éducation.
Bonne Lecture...

Libération du 13/09/04

A l’école, la diversité linguistique n’a pas cours
C’était il y a trois ans. Une éternité. Un vaste plan pour le développement de l’enseignement des langues vivantes avait été lancé par Jack Lang, alors ministre de l’Education nationale. Lors d’un séminaire de haut niveau, chercheurs et cadres de l’Education avaient rivalisé de déclarations en faveur de la diversité linguistique, de la nécessité de combattre le « tout-anglais », des vertus de l’apprentissage précoce, du rôle des langues dans l’ouverture à l’autre ... Ce n’était pas la première fois. François Bayrou avait déjà lancé un vaste programme en faveur de l’enseignement précoce des langues vivantes. Un flop aussi [...]Libération a posé la question aux inspecteurs généraux de trois langues confrontées, pour diverses raisons, à la difficulté de grignoter des « parts de marché »
Lire la suite de l’article

Joseph Philipps, inspecteur général d’allemand
« L’allemand fait l’objet d’une désaffection continue »

Lire la suite de l’article

Bruno Levallois, inspecteur général d’arabe
« L’assimilation a eu des effets ravageurs sur l’arabe »

Lire la suite de l’article

Joël Bel Lassen, inspecteur général de chinois
« Le chinois connaît un engouement record »

Lire la suite de l’article

---------------------------------------------
Le Figaro du 13/09/04

Un guide de la laïcité pour les universités
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------
L’Humanité du 13/09/04

Rien vu...

----------------------------------------------------
Le Parisien du 13/09/04

Des menus anti-obésité à la cantine
LE PACTE DES PETITS LOUPS : c’est le joli nom de l’opération anti-obésité qui vient d’être déclenchée dans les cantines scolaires de Nice. Cette initiative - la première en France de cette envergure - concerne plus de 20 000 demi-pensionnaires des classes maternelles et primaires de l’agglomération. Avec la mise en place depuis la rentrée de repas minutieusement équilibrés en protéines (12 %), lipides (33 %) et glucides (55 %) servis par la société Azur Restauration, il s’agit de combattre une obésité précoce qui touche désormais au plan national près de 16 % d’enfants et environ 20 % dans le sud du pays. Le Pacte des petits loups, qui mobilise auprès de l’école et des parents des experts en nutrition, permet d’appliquer des recommandations alimentaires essentielles. [ ...]
Lire la suite de l’article

------------------------------------------------
La Croix du 13/09/04

Rien vu...

------------------------------------------------
20 minutes du 13/09/04

Des lycéennes réclament leur « droit au bandana »
Lire la suite de l’article

Lille : Tout petits ch’tis et déjà à l’école
Dans le Nord, plus de 60 % des enfants sont scolarisés dès l’âge de 2 ans quand la moyenne nationale n’est que de 35 %. Une spécificité dont l’inspection d’académie (et le ministère) se passerait volontiers, mais que l’on revendique haut et fort sur le terrain.
« C’est une tradition liée au travail des femmes  », explique Ariane Capon, adjointe au maire de Lille. « C’est surtout en rapport au manque de place en crèche  », analyse plutôt Pasquier Cognacq, directeur de l’Union des associations familiales du Nord (Udaf). « Les structures d’accueil collectives coûtent cher aux communes. D’où leur intérêt à favoriser la scolarisation précoce. » [...]
Lire la suite de l’article

-------------------------------------------------
Le Monde daté du 14/09/04

Dominique Strauss-Kahn présente son projet pour réduire les inégalités scolaires
Alors que le Parti socialiste reste discret sur ses projets en matière d’éducation, Dominique Strauss-Kahn a décidé de se saisir du sujet, dans le cadre de son club A gauche, en Europe. Samedi 11 septembre, il organisait un colloque sur les moyens de réduire les inégalités scolaires
"Depuis un peu plus d’un an, j’ai le sentiment que la gauche doit nourrir un projet éducatif, explique-t-il. Tout ce qu’on a fait à gauche, depuis la IIIe République, c’est d’essayer de donner la même chose à tout le monde, d’assurer ce que j’appelle l’égalité formelle. Mais le problème, aujourd’hui, c’est de donner différemment, de donner plus aux zones défavorisées. De chercher une égalité réelle." Une manière de prôner plus de discrimination positive à l’école. [...] Mardi 31 août, Yves Durand, secrétaire national chargé de l’éducation, a présenté au bureau national, dans une indifférence quasi générale, un texte sur "le droit à l’excellence pour tous : une exigence démocratique". Le PS s’y engage pourtant à "remplacer les départs à la retraite" des enseignants, qui, d’ici à dix ans, représenteront le tiers des effectifs actuels. "La question, c’est de savoir s’il faut aller plus loin", ajoute M. Durand, qui refuse d’envisager une baisse du nombre d’enseignants alors même que la démographie recule. [...] M.Durand s’oppose à une orientation avant la fin de la troisième et envisage de porter de 16 à 18 ans l’âge de la scolarité obligatoire. François Hollande préfère parler d’une "exigence de formation-qualification jusqu’à 18 ans" et n’est pas favorable au maintien des jeunes jusqu’à leur majorité "dans les structures actuelles de l’école, avec ce qu’on sait des classes-parking et de l’échec scolaire". Afin d’affiner ses positions, le PS prévoit d’organiser une série de colloques sur l’éducation d’ici au printemps. Il devra pourtant préciser ses intentions avant la fin de l’année, quand le gouvernement présentera son projet de loi d’orientation sur l’école.
Lire la suite de l’article

Un conseiller principal d’éducation en grève de la faim Rue de Grenelle
Garé devant le ministère de l’éducation nationale, rue de Grenelle, dans le 7e arrondissement à Paris, Roland Veuillet, conseiller principal d’éducation (CPE), est en grève de la faim depuis le lundi 30 août. Il proteste contre sa mutation d’office de l’académie de Montpellier vers celle de Lyon intervenue à l’issue des grèves du printemps 2003.
Lire la suite de l’article