Accueil > Ressources > Nous avons lu > Lire et comprendre. Psychologie de la lecture


Recension parue dans le N° 373 d’avril 1999

Lire et comprendre. Psychologie de la lecture

Caroline Golder et Daniel Gaonac’h, Coll. " Profession enseignant ", Hachette Éducation, 144 p.

17 avril 1999

Reconnaissons à ce manuel de grandes qualités. Les auteurs, spécialistes de psychologie cognitive, ont su rassembler en moins de cent cinquante pages les connaissances essentielles sur cette activité mentale complexe qu’est la lecture. Le livre est structuré en trois grandes parties :
- 1. Décoder (les aspects visuels de la lecture ; la reconnaissance des mots ; le code phonologique ; le code orthographique ; le lexique et le rôle du contexte).
- 2. Comprendre (les traitements syntaxiques ; les aspects textuels).
- 3. L’apprentissage de la lecture et ses difficultés.

Bref, ils ont su présenter ce qu’il est bon que connaissent aujourd’hui les étudiants (futurs enseignants) auxquels s’adresse la collection, et ils l’ont fait de manière précise tout en évitant le jargon du spécialiste. L’ont-ils toujours fait de manière claire ? D’autres livres existent, qui font le point pour un public large sur ce que la psychologie nous apprend à propos des processus de lecture : ne citons que l’excellent L’Art de lire de José Morais aux éditions Odile Jacob. Ce que pourrait apporter de plus cette collection, c’est une particulière clarté de présentation pour les novices.

Mais cet objectif n’est pas atteint. Le choix d’une maquette façon journal ou magazine est désastreux : la structuration du texte, mis sur plusieurs colonnes, apparaît mal ; des intertitres qui se veulent accrocheurs viennent contrarier le système des sous-titres ; les encadrés sont d’une lisibilité typographique et d’un intérêt inégaux.

À plusieurs reprises, les auteurs énoncent des règles de lisibilité, qu’il s’agisse de la longueur optimale des lignes, de la structuration du texte, ou du marquage physique des alinéas. On a l’impression que l’éditeur a pris le contre-pied de tout cela, au profit d’une présentation démagogique et qui rend beaucoup plus difficile la compréhension du contenu. Dommage !

Jacques Crinon