Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les suites de “L’appel pour la présence des arts et des artistes à (...)


Les suites de “L’appel pour la présence des arts et des artistes à l’école”

Appel lancé par l’ANRAT en décembre dernier.

11 février 2005

Avec la conférence de presse du 15 décembre au théâtre du Rond-Point à Paris l’ANRAT et l’ensemble des partenaires qui se sont mobilisés avec elle sur cette action poursuivaient un premier but : sortir du silence dans lequel se trouvait plongée l’éducation artistique et culturelle depuis la mise en sommeil de fait du plan de 2000/2001 pour les arts et la culture à l’École.


Communiqué de l’ANRAT (extrait)

Nombre de signataires

L’appel national, pour sa part, a été signé par 2672 personnes et par 49 organisations (associations très nombreuses dans le champ du théâtre mais aussi dans d’autres champs artistiques y compris arts plastiques et musique, syndicats enseignants, fédérations de parents d’élèves, syndicats professionnels d’artistes et de directeurs de structures, fédérations d’élus ...).

Si l’on considère le nombre de personnes regroupées au sein de chaque structure ou association, et ce après que ces dernières aient à notre demande consulté leurs conseils d’administration, adhérents, équipes etc., on peut considérer que le nombre de signataires est au-delà de un million cinq cent mille.

Les rendez-vous qui ont suivi l’appel

Signatures, revue de presse et propositions pour le développement de l’éducation artistique et culturelle ont été adressées à Monsieur le Président de la République, par le truchement de son conseiller pour les arts et la culture, Monsieur Roch-Olivier Maistre qui nous a reçu le 31 janvier 2005 et déposées aux deux commissions de l’Assemblée nationale et du Sénat qui devront se prononcer sur les différents textes de loi en préparation à l’Éducation nationale et à la Culture.

Le 15 décembre, le ministre de la culture, présent et intervenant au Rond-Point, disait avoir entendu notre appel et déclarait que l’éducation artistique faisait effectivement partie du socle des fondamentaux de l’éducation.

Le 3 janvier 2005 après que le Président de la République ait dit en conseil des ministres « souhaiter ardemment que le gouvernement et en particulier les ministères de l’Education nationale et de la Culture s’engagent pleinement pour porter une nouvelle ambition en matière d’éducation artistique à l’école ».

Plan de relance

À cette occasion les deux ministres s’exprimaient ensemble sur la question, annonçaient un « plan de relance », et fondaient leur action sur une circulaire commune d’orientation qui marque effectivement, selon nous, une avancée très réelle dans le sens que nous avons défendu le 15 décembre.
L’ensemble des textes et propositions des ministères est EN FICHIER JOINT.

Ces éléments sont importants, ils fixent des engagements que les acteurs que nous sommes ne manqueront pas de vérifier dans la réalité concrète des écoles, des collèges, des lycées et des établissements culturels.

Forum permanent de l’éducation artistique et culturelle

Mais pour faire de l’éducation artistique et culturelle une cause nationale, comme il a été dit le 15 décembre, il faudra encore d’autres mobilisations, d’autres explications, d’autres démonstrations... Il faudra gagner encore à cette cause tous ceux qui, de bonne foi sans aucun doute, ne voient dans l’éducation artistique et culturelle qu’un simple « volet » au projet des établissements (quelle étrange expression : rêve -t-on, comme pour les maisons endormies des bords de mer ou des sommets alpins, qu’ils soient presque toujours fermés ?) ; tous ceux qui pensent que l’éducation artistique se résume aux seuls enseignements artistiques et qui voient d’un mauvais oeil toute tentative d’élargissement ; tous ceux qui pensent bien sincèrement que plus de disciplines disciplinaires constitue la seule voie du Salut pour l’école républicaine, et que par conséquent il n’y a plus de place ni de temps, à l’École, pour ces « activités » complémentaires ; tous ceux qui n’ont rien compris ou qui n’ont rien voulu comprendre aux évolutions nécessaires pour ne pas dire cruciales de notre système éducatif face aux défis redoutables d’un monde uniformisé par la culture marchande de loisirs mondialisés ; tous ceux qui ne peuvent admettre enfin que ce que nous nommons éducation artistique et culturelle est une nécessité éducative, une chance de plus haute qualification des maîtres, c’est-à-dire d’enrichissement de leurs compétences et d’amélioration de leur efficacité pédagogique, un espoir enfin de destiner l’offre artistique et culturelle publique à ceux qui ont le plus besoin de la recevoir et à qui la République devrait se faire un devoir d’adresser ce signe de solidarité, quelles que soient les « contraintes budgétaires » d’aujourd’hui et de toujours !

C’est pourquoi, avec nos partenaires signataires de l’appel, nous avons constitué un « Forum permanent de l’éducation artistique et culturelle ».
Pour veiller à ce que les engagements soient tenus ; pour poursuivre le travail de conviction ; pour proposer des solutions.

A l’issue de sa première réunion, nous adresserons à nos adhérents les premières décisions que les membres constitutifs du Forum auront envisagé de prendre.

Jean-Pierre LORIOL, Délégué national de l’ANRAT


Le site de l’ANRAT : http://www.anrat.asso.fr/

Word - 264.5 ko
Textes et propositions des ministères