Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les rythmes veille/sommeil, les rythmes scolaires, les rythmes et les (...)


Les rythmes veille/sommeil, les rythmes scolaires, les rythmes et les compétences-socles

par René Clarisse, Maître de conférences, laboratoire de psychologie expérimentale de Tours

13 octobre 2003

Propositions pratiques

- Respect du rythme veille/sommeil

Aménagement des emplois du temps pour éviter une entrée en classe avant 9 heures au collège comme au lycée d’ailleurs. Pour éviter des phénomènes de désynchronisation majeurs, il sera recommandé que le lever ne soit pas trop tardif le samedi et le dimanche matin ou pendant les vacances. Les nuits doivent être régulières.

Après 12 ans, modification de la structure du sommeil nocturne qui devient plus léger. Tendance naturelle à la somnolence diurne, hypersomnie physiologique et retard de phase qui se traduit par des couchers et des levers tardifs. Si les besoins de sommeil avant 12 ans sont importants (9 à 10 heures) il reste encore élevé pour l’adolescent qui doit dormir entre 7 ou 8 heures au minimum. On relèvera pour l’adolescent qu’il est en état de privation de sommeil qu’il essaie de compenser par des réveils tardifs pendant le week-end.

- Pause méridienne et temps de restauration : de nécessaires aménagements

Une durée de pause suffisamment longue (1 h 30 à 2h) dans un environnement adapté. On observe un certain décalage entre la réflexion sur la continuité de la journée telle qu’elle a été engagée en primaire comparativement au collège. C’est comme si, ce que l’on savait au sujet de la prise en compte du temps global de l’enfant n’était plus d’actualité une fois franchi le CM2 (et je ne vous parle pas de ce que cela donne en université...). Ainsi ce temps physiologiquement et psychologiquement utile à la récupération qu’est la pause méridienne mérite de gros efforts d’amélioration au collège (durée de la pause, conditions sociales et spatiales, prise en compte de facteurs ergonomiques comme la luminance et le bruit).

- Rythmes et transition : du primaire au collège, du collège au lycée

Modifier ce qui apparaît comme une rupture trop brutale de l’organisation pédagogique dans les rythmes de travail. Mieux accompagner la prise d’autonomie du jeune dans l’organisation de son travail (savoir-faire et savoir-être). Nouvelle approche de la formation des enseignants : possibilité d’intervenir sur plusieurs champs disciplinaires afin d’assurer un passage plus progressif d’une organisation où actuellement on passe d’un même enseignant assurant tous les contenus (primaire) à un enseignant pour un seul contenu (secondaire).