Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les enseignants, problème ou solution ?


Les enseignants, problème ou solution ?

par Patrice Bride

9 septembre 2011

François Dubet et Bruno Julliard ont débattu ce jeudi 8 septembre à l’invitation de la fondation Terra Nova, qui présentait son rapport « Faire réussir tous les élèves ». Parmi tous les sujets abordés, la question de l’adhésion des enseignants au projet proposé semble majeure.


Étrange dialogue jeudi soir à la Bellevilloise à Paris : des constats acérés de François Dubet, qui mettent le doigt là où ça fait mal à l’école ; des propositions revigorantes de Bruno Julliard, dans la perspective d’une rupture avec un système éducatif de plus en plus élitiste et de moins en moins républicain ; mais un sentiment d’ensemble d’impuissance, avec l’ombre des désillusions du passé, celle du contexte économique défavorable, et surtout l’embarras du discours à tenir aux enseignants.

François Dubet est sévère à leur égard : ils ont refusé la transition de l’école indispensable dans le contexte de la « massification » de son public, par attachement à la définition académique de leur métier, et plus précisément aux obligations de service définies en heure de cours disciplinaires ; l’occasion a été manquée en particulier au début des années 1990, quand la revalorisation salariale n’a pas été accompagnée d’une négociation autour des missions. Mais voilà : une réforme de l’école ne pourra pas se faire sans leur adhésion, et nécessite donc « de l’information, des débats ». Mais pour y dire quoi ?

Intégrer dans ces missions d’autres tâches que les cours, augmenter le temps de présence dans les établissements est un des points essentiels du projet du parti socialiste présenté par Bruno Julliard, confiant dans l’engagement des enseignants en faveur de la réussite des élèves. Mais peut-on vraiment croire que ce n’est qu’une question technique, de formulations dans un décret, d’organisation des emplois du temps ? Bien des enseignants assurent déjà des temps d’accompagnement des élèves, bien des établissements essaient de dégager du temps de concertation dans les emplois du temps des équipes, sans que cela suffise en soi à insuffler l’envie de travailler ensemble, à construire les compétences pour aider les élèves ou mener des projets collectifs, à élaborer des pistes pour que ce travail contribue à améliorer les apprentissages. Limite d’une réforme administrative que mesure bien Bruno Julliard quand il parle du nécessaire « changement culturel » pour rompre avec la tradition élitiste de l’école française. Mais comment avance-t-on vers ce changement ?

Sans doute faudrait-il être beaucoup plus clair sur les finalités de l’école, sur les objectifs fixés aux enseignants par la collectivité. « Réussite de tous » ne veut pas dire grand chose. Bruno Julliard déplore que des termes comme « autonomie » ou « personnalisation » soient victimes de détournement en bande organisée par les caciques de la droite : peut-être que ce ne sont pas les bons termes, trop susceptibles d’être entendus dans le sens « débrouillez-vous et vous n’aurez que ce que vous méritez » ? Soyons plus clair : priorité aux plus défavorisés, solidarité comme valeur majeure de l’école, et coopération comme principe d’organisation des apprentissages, de fonctionnement des établissements. L’affirmer en paroles, et en actes : quelles définitions des services, quel recrutement et quelle formation des enseignants, quelles grilles de salaires, quelles procédures d’affectation si l’objectif prioritaire est de faire progresser les 15 % d’élèves, un sur huit, régulièrement pointés comme le plus en difficulté ?
Il n’est pas dit que tous les enseignants adhérent à un tel discours tant ils portent, volontairement ou pas, l’héritage de l’école d’antan. Mais soyons mobilisateurs pour ceux qui veulent changer l’école.

Voir en ligne : Le rapport de la fondation Terra Nova


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.