Accueil > Ressources > Nous avons lu > Les Passagers de l’opéra


Recension parue dans le N° 392 de mars 2001

Les Passagers de l’opéra

Daniel Conrod. Actes Sud-Junior éducation, 1999.

12 mars 2001


Commander cet ouvrage



« Hommage rendu à tous les passeurs », Les passagers de l’Opéra est un « reportage », sous-titre de l’ouvrage, sur le projet maintenant célèbre que l’Opéra de Paris conduit avec l’Éducation nationale. Les classes ont ici une nouvelle couleur : après les vertes - sorties de printemps -, après les rousses - sorties d’automne -, les rouges. La couleur est ici celle du rideau de théâtre, et la saison dure toute l’année scolaire : « Dix mois d’école et d’Opéra », tel est le nom de l’expérience unique en son genre conçue et animée par Danièle Fouache, tout à la fois enthousiasme fait femme et foi faite pédagogue.

Mais de cette militante, il est peu fait mention dans Les passagers, pas plus que du directeur de l’Opéra, ou des recteurs franciliens - l’opération concerne l’ensemble des trois académies d’Ile de France -, bien que tous assidus lors des spectacles faits par les élèves - l’auteur de ces lignes peut en témoigner. Les élèves, en revanche, sont bien présents. Pas tous, et l’auteur s’en excuse ; mais ceux qui sont cités, à défaut d’être représentatifs de leurs camarades, proposent des témoignages largement significatifs. Par exemple, celui de Karim : « Dans ma famille, on était en dehors de l’Opéra, tout ça, c’est grosse monnaie et gros portefeuille, mais mes parents trouvaient ça plutôt bien que je sois dans le projet Quand ma mère a visité Garnier, ça l’a marquée, elle n’avait jamais vu ça, à part à la télé peut-être, des tapisseries, des lustres, une grande scène. Je suis le premier de la famille à avoir fait des trucs dans ce genre, comme si j’avais été tiré au sort. »

Peu de témoins, donc, mais beaucoup de dynamique dans ce reportage sur le passage, sur les passages. Ces classes rouges sont bien des sorties qui permettent de passer de la banlieue à la Place de la Bastille - avec perte de repères à la clé -, de la scolarité subie à la culture vécue, de l’échec programmé à l’espoir évident bien qu’incertain. Parce que ce ne sont pas des sorties comme les autres. Ce ne sont pas des évasions. En fait, on sort pour entrer, ici, dans le monde de l’Opéra : les élèves n’assistent pas seulement à des représentations, ils sont amenés à visiter l’Opéra, les Opéras en fait - Bastille et Garnier -, mais aussi à préparer dans leurs établissements leur propre spectacle, donc à rencontrer et à travailler avec tous les corps de métiers nécessaires à la création lyrique, et enfin à présenter leur spectacle devant des salles combles et enthousiastes.

L’empêcheur de passer en rond pourrait toujours poser la question des effets réels, au-delà de l’ivresse d’un soir. Des réponses sont données : tel enseignant constatera de meilleures performances pendant les exposés en classe, tel autre mettra à profit un incident de parcours aux allures de rébellion pour organiser un conseil Freinet et faire gagner la démocratie contre les caïds. Mais l’essentiel est ailleurs, toujours d’après un enseignant : « Je crois que cette expérience les a amenés à défendre des idées que ne défendent normalement pas des élèves de Seine-Saint-Denis. »

Publié dans la collection Junior éducation chez Actes Sud, cet ouvrage est à la portée du jeune lecteur - la plume de Daniel Conrod est rap-euse et pas râpeuse. L’adulte en tout genre, parent, enseignant, éducateur, artiste, y trouvera aussi son comptant de nouveaux horizons.

Christian Pratoussy


Commander cet ouvrage