Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Les Maisons familiales rurales en congrès


Le point sur ces structures éducatives particulières, fondée sur l’alternance, et souvent perçu comme alternative crédible au parcours scolaire ordinaire.

L’actualité éducative du N° 490 de juin 2011

Les Maisons familiales rurales en congrès

Entretien avec Patrick Guès

Le point sur ces structures éducatives particulières, fondée sur l’alternance, et souvent perçu comme alternative crédible au parcours scolaire ordinaire.

Un petit rappel d’abord, sur l’histoire et le projet des MFR

Les Maisons familiales rurales proposent un modèle d’éducation original dont les origines remontent au début du siècle dernier. Elles sont nées en 1937. La première à Lauzun (Lot-et-Garonne) à l’initiative de syndicalistes paysans, parents d’adolescents qui ne trouvaient pas dans le système scolaire de réponse adaptée à leurs besoins. Partant du constat que l’enseignement traditionnel ne formait pas d’agriculteurs, mais poussait plutôt les jeunes ruraux soit à abandonner trop tôt leurs études, soit à partir vers la ville, ces pionniers du mouvement adoptèrent, dès le départ, les trois grands principes de base qui définissent encore aujourd’hui les maisons familiales rurales :
- la responsabilité des parents dans l’éducation de leur enfant ;
- le système pédagogique de l’alternance ;
- le développement du milieu local.
Ainsi, les maisons familiales mettent en œuvre l’engagement des parents, des professionnels de l’éducation et de l’enseignement et la mobilisation de la société civile. Elles ont mis en pratique l’idée qu’il n’y avait pas de développement durable sans l’engagement des individus rassemblés en groupe, sans le travail collaboratif et partenarial.

En quoi consiste l’alternance, principe auquel vous tenez beaucoup ?

L’alternance dans les Maisons familiales est un concept qui implique le croisement des savoirs théoriques, pratiques et issus de l’expérience et qui exige de privilégier l’autoformation et la coformation, la recherche et la production de savoirs, la question du sens et la réflexion collective.
L’alternance permet l’insertion d’un jeune dans son milieu de vie et provoque souvent un éveil intellectuel et une motivation pour les études. Alternative positive aux méthodes d’enseignement traditionnel, la pédagogie des maisons familiales rurales repose sur un concept simple, mais efficace : les jeunes enchainent deux semaines en entreprise après une semaine ou deux passées à la Maison familiale. Ce rythme peut changer selon les périodes de l’année, les formations suivies ou le statut. Mais ces deux temps forts autour desquels la formation prend tout son sens ne sont pas séparés l’un de l’autre, bien au contraire. Le va-et-vient pédagogique est permanent. L’élève revient de stage en faisant part à son formateur des situations qu’il vient de vivre en entreprise. Il lui pose des questions, revient sur ses travaux. Le formateur dispense son cours en intégrant ces données.

Quels chantiers en cours, à l’occasion de votre congrès de Lyon, en avril dernier ?

Le milieu rural s’est transformé. L’aspiration de la société et des individus n’est plus la même. Les formations des Maisons familiales ont évolué : augmentation des niveaux des diplômes et des effectifs, spécialisation dans un secteur professionnel, zone de recrutement plus importante, diversification des statuts.
Une question essentielle se pose toujours : en quoi chaque Maison familiale est-elle encore au cœur des attentes, des espoirs, des interrogations des familles, des adolescents et des responsables qui la fréquentent ? Comment continue-t-elle à participer à l’évolution de son territoire local et à son environnement professionnel, à l’animation du milieu dans lequel elle est insérée ?

Patrick Guès
Responsable de la communication à l’UNMFREO

Propos recueillis par Roxane Caty-Leslé


Programmation 2014-2015 Le site des MFR
Programmation 2014-2015 Le blog de l’alternance