Accueil > Le Cercle de recherche et d’action pédagogiques > L’association > Les évènements > "Le plaisir d’aller à l’école"


Une soirée de parution

"Le plaisir d’aller à l’école"

Ouvrage coordonné par Claire Héber-Suffrin, ses anciens élèves

Il nous faut remonter 40 ans en arrière...
La maitresse et ses élèves présentent leur expérience d’autrefois dans un livre écrit aujourd’hui. Autour d’un ‘’Quoi de neuf’’, comme en classe (type Freinet) Claire Héber-Suffrin reprend son métier d’instit et rejoue, après 40 ans, avec ses anciens élèves devenus adultes, le début d’une journée d’école.

Ils sont devenus institutrices, coiffeuse, menuisier ou prof de math…..ils sont venus de bien des coins de France… pour le plaisir de se retrouver ! Et ils disent : "Ces années-là ont été mes plus belles années d’école." A cette époque-là à Orly, cette maitresse a pu garder ses élèves trois ans, ce qui a permis un travail de fond.

Suivent les allocutions officielles rendant hommage à cette belle aventure et à son instigatrice : Madame la Maire d’Orly, François Muller, initiateur du réseau Respire, Réseau d’échanges d’expériences entre enseignants innovants, Nicole Desgroppes, inspectrice, animatrice des réseaux d’échanges réciproques de savoirs.

Cette belle aventure ne devait pas rester invisible !
Il y eut un ‘’temps de retrouvailles’’ temps d’émotion, de partage, de mémoire… Grâce à l’acharnement de l’institutrice pour retrouver ses élèves, bien facilité cependant par les technologies d’aujourd’hui, 40 furent retrouvés sur 85 !
Puis vint le ‘’projet Ecrire’’, écrire sur leur expérience de classe d’autrefois, certes palpitant : nouveau partage, mais nouvelles difficultés. En seraient-ils capables ?
Ecrire ne fut pas si simple pour beaucoup… Emotion, souffrance, souvenirs enfouis, puis retrouvés mais quel partage chaleureux !

JPEG - 60.4 ko

Credo
Au cœur de la pédagogie des mots qui résonnent :
Faire, enseigner ou apprendre c’est faire…. et se poser la question : Qu’est-ce qui marche ?
On renverse les perspectives : Sur la proposition d’un élève qui veut partager son savoir on peut organiser un atelier, pourquoi pas même un atelier ‘’nœuds marins’’, alors l’élève devient le maitre et l’instit a le statut d’apprenant !
On déplace les lignes : de la relation enseignant-élève, on passe à la relation élève-vie, de la relation élève-savoir à la relation élève-vie, à la relation savoir-vie, refonder le lien école-société.
De la pédagogie au-delà des méthodes : une ouverture sur la ville avec des sorties de toutes sortes qui ouvrent la classe sur la vie, la primauté de la personne : chaque élève compte, l’importance des échanges.
L’élève ‘’chercheur de savoir’’, il n’y a pas de petits savoirs (rendre la monnaie, travailler le bois, écrire). Savoirs expérientiels et savoirs théoriques se mêlent en allers et retours pour l’élève comme pour l’enseignant. Ne serait-ce pas à privilégier dans la formation des enseignants ? Coopération plus que compétition, partage, échanges. De la passion, voire de l’acharnement !

L’oeuvre

JPEG - 42.4 ko

Ce fut une belle aventure… Les acteurs d’autrefois devenus les auteurs d’aujourd’hui parlent de leur ‘’Plaisir d’aller à l’école ‘’, pendant ces années-là : ‘’j’ai appris l’entraide’’, ‘’j’ai pris confiance en moi’’, ‘’Je suis devenu menuisier grâce aux sorties, à la visite chez un menuisier !’’, ‘’Ce quelque chose qu’on a en nous, on a pu le découvrir, l’exprimer, le réaliser’’, ‘’mon orthographe est toujours en difficulté, mais je sais, je peux écrire’’. ‘’Je suis devenue institutrice pour rejouer la pièce !’’

Ils n’auraient jamais pensé être les auteurs d’un livre, mais ils l’ont fait ! Ils ont de plus réalisé eux-mêmes, certes avec l’aide d’un artiste, une sculpture dont la photo orne la couverture du livre.

Andrée Desvaux